Les investissements directs étrangers en Estonie en 2019

Les investissements directs étrangers jouent un rôle important pour l’Estonie, avec la prégnance d’une logique régionale. Le stock d’investissements étrangers a atteint 24,8 Mds€ à la fin de l’année 2019, soit 85,7% du PIB. Ces stocks concernent principalement le secteur financier et les assurances, l’immobilier et l’industrie. La Finlande et la Suède sont les principaux investisseurs, loin devant la Lituanie et les Pays-Bas, représentant à eux deux 47% du stock d’IDE dans le pays.

L'attractivité de l'Estonie se confirme

Malgré sa petite taille (1,32 million d’habitants au 1er janvier 2020), l’Estonie continue à attirer à elle les investissements étrangers et a ainsi occupé une position respectable dans les comparaisons mondiales relatives à l’investissement direct étranger (IDE). Si ceux-ci connaissent une constante hausse (hors période de crise), leur part dans le PIB semble rester relativement constante.

Selon la Banque mondiale, l’Estonie est en effet le 78ème récipiendaire d’IDE dans le monde en 2018.

Selon la Banque centrale estonienne, le stock des IDE s’élevait à 24,8 Mds€ à la fin de 2019, en hausse d’environ 5% par rapport à l’année précédente. Les IDE demeurent un facteur important du développement économique du pays, très ouvert, et dont le stock représente 85,7% du PIB du pays.

Un autre élément remarquable est la rapidité avec laquelle l’investissement direct étranger s’est développé en Estonie après le recouvrement de l’indépendance intervenu le 20 août 1991. Les IDE, pratiquement nuls au moment du retour à l’indépendance en 1991 ont en effet progressé de plus en plus rapidement, franchissant la barre du milliard d’euros en 1997, la barre des 5Md€ fin 2003 et la barre des 10Md€ courant 2007.

Les investissements se concentrent essentiellement dans le secteur financier et les assurances (8,504 Mds€, soit 34%), l’immobilier (4,547 Mds€, soit 18%), l’industrie manufacturière (3,052 Mds€, soit 12,3%) et le commerce de gros et de détail (2,776 Mds€, soit 11,2%). Les TIC, malgré le tropisme du pays pour le numérique, n’arrivent qu’en 6ème position, avec 1,268 Mds€, soit seulement 5% des IDE.

Depuis le mois de mars 2020, l’Estonie s’est aussi donné les moyens d’attirer davantage d’investissements étrangers en réformant la législation commerciale, permettant ainsi aux investisseurs étrangers de ne pas avoir à se déplacer en Estonie lors d’un investissement dans une société estonienne. L’authentification notariale du transfert de parts d’une entreprise à responsabilité limitée devient volontaire, et donc non obligatoire. Cette mesure vient ainsi faciliter le processus d’investissement dans les entreprises estoniennes, en particulier, les startups, permettant « d’investir l’Estonie de manière totalement digitale ».

La logique régionale des investissements étrangers

Les investissements directs étrangers dans le pays sont marqués par une importante logique régionale. Ce sont la Suède et la Finlande qui dominent le paysage en concentrant près de 47% du stock d’IDE, avec respectivement 5,874 Mds€ et 5,871 Mds€, à raison de 23,7% pour le Suède et 23,6% pour la Finlande. Ce poids se retrouve également dans les relations commerciales, où la Finlande reste le premier partenaire de l’Estonie tant du point de vue des importations que des exportations.

Les autres investisseurs sont les Pays-Bas (3ème), la Lituanie (4ème) et le Luxembourg (5ème), devant la Russie et le voisin letton.

Une présence française modeste

Selon les données fournies par la Banque centrale estonienne, les flux d’investissements français au cours de ces dernières années sont en constante augmentation malgré un certain ralentissement fin 2019, avec 8,8 M EUR, contre 53,4 M EUR fin 2018, positionnant le France au 11ème rang des investisseurs étrangers pour 2019, avec un stock de 420,7 M EUR, soit 1,7% du stock total d’investissements directs étrangers, contre 411,9 M EUR fin 2018 et 358,5 M EUR fin 2017.

Le stock d’investissements français continue donc à progresser depuis 2015.

La présence française en Estonie est constituée par une cinquantaine d’implantations. Les grandes entreprises françaises dans le pays restent :

  • Saint-Gobain
  • JC Decaux, qui gère la plus grande partie du mobilier urbain de la capitale estonienne ;
  • DPD, spécialisée dans la logistique et les transports, filiale de la société Geopost ;
  • éolane Tallinn, qui résulte du rachat de la société Elcoteq début 2012 par la société française éolane, spécialisée dans l’électronique professionnelle.
  • Lemoine, qui possède une usine de production de cotons à démaquiller.

 

 

Publié le