Indicateurs et conjoncture

Fort d’une économie complètement dollarisée, avec un PIB de l’ordre de 100 Mds USD et un marché de plus de 17 millions d’habitants, l’Equateur possède d’abondantes ressources naturelles (pétrole, minerais, produits agricoles et aquicoles) et un secteur exportateur dynamique, qui lui confèrent une place de premier ordre parmi les principaux exportateurs de bananes, de crevettes, de roses et de cacao fin dans le monde.

Après une décennie d’une croissance relativement élevée (en moyenne 4,2% entre 2007 et 2014), le modèle économique équatorien, financé les revenus pétroliers puis par une politique d'endettement non-soutenable, a atteint ses limites en 2015 lorsque les prix du pétrole se sont effondrés sur les marchés internationaux. En 2016, la croissance a été négative (-1,2%) pour la première fois depuis la crise financière de 1999, avant de rebondir à 2,4% en 2017 puis enregistrer une croissance modérée de 1,4% en 2018. Le FMI prévoit un recul de la croissance en 2019 à -0,5% et à +0,2% en 2020.

L’Equateur traverse une période de transition politique et économique depuis l’élection du Président Lenin Moreno en avril 2017, qui se traduit notamment par une réouverture du pays vers l’extérieur, la volonté d'accorder une place prépondérante au secteur privé dans le développement du pays. Le gouvernement s'est engagé dans une politique visant à améliorer les fondamentaux macroéconomiques et assainir durablement les finances publiques, afin d’établir un cadre favorable à une croissance soutenable permettant de poursuivre les programmes sociaux qui ont permis de réduire la pauvreté et les inégalités et de préserver la dollarisation de l’économie.

Les bailleurs internationaux (FMI, CAF, BID, Banque mondiale et AFD) ont annoncé leur soutien à cette politique dans le cadre d'un paquet global de soutien financier (10,2 Mds USD). Au sein de ce paquet, le programme de facilité élargie de crédit (EFF) de 4,2 Mds, approuvé le 11 mars, vise à soutenir les réformes engagées par les autorités et à faire face à de larges besoins de financement externes, tout en développant l'aide de l'Etat aux populations les plus vulnérables.

Les manifestations sociales déclenchées suite à l'annonce de la suppression des subventions aux combustibles en octobre 2019 et la dificulté du gouvernement à faire adopter son agenda de réformes ont conduit les autorités et le FMI à assouplir les objectifs de consolidation budgétaire du programme tout en maintenant une trajectoire soutenable pour l'endettement.

 

En ce qui concerne la politique commerciale, l’Equateur a adhéré à l’accord de libre-échange entre l’UE, la Colombie et le Pérou qui améliore l’accès au marché équatorien aux PME et ETI. Il est également devenu membre associé de l'Alliance du Pacifique, qui regroupe le Mexique, la Colombie, le Pérou et le Chili.

 

Publié le