Commerce extérieur

Après l’entrée en vigueur de l’ALE avec l’UE en 2017 et sa mise en place progressive, l’Equateur affiche toujours deux grandes priorités : poursuivre les contacts avec l’administration américaine en vue d’ouvrir des négociations commerciales et conclure un ALE avec le Mexique qui lui permettra de s’insérer dans l’Alliance du Pacifique. L’ALE avec l’UE, en vigueur provisoirement (la totalité des parlements européens n’ont toujours pas ratifié l’accord) depuis le 1 janvier 2017, se met en place progressivement. Les barrières à l’importation sont de moins en moins nombreuses et se concentrent essentiellement sur le secteur agricole (procédure de pré-listing, licences non automatiques et appellations protégées). Les Etats-Unis sont traditionnellement le principal partenaire de l’Equateur, totalisant 30,1% des exportations en 2019 (30,8% en 2017) et 23,3% des importations (23,8% en 2018). L’Union Européenne a représenté en 2019 respectivement 13,9% et 12,9% de ces flux.

En 2019 les exportations équatoriennes ont atteint 22,3 Mds USD contre 21,6 Mds USD en 2018, soit une augmentation de 3,2% (et -11,2% sur la période janvier-mai 2020 en g.a.). Cette augmentation des exportations en 2019 est portée par une augmentation des exportations non pétrolières (+6,4%, soit 13,6 Mds USD en 2019 // +11% pour la période janvier-avril 2019/2020), qui compense largement une légère baisse des exportations pétrolières et de dérivés (-1,4% à 8,7 Mds USD // -45% pour la période janvier-avril 2019/2020).

Les exportations primaires, composées essentiellement de produits agricoles et pétroliers, ont représenté 17,8 Mds USD en 2019, soit 80% du total des exportations, en augmentation de 4,7% par rapport à l’année précédente. Outre le pétrole (7,7 Mds USD en 2019, soit 34,5% des exportations), les principales exportations de l’Equateur sont constituées par : i/ les crevettes (3,9 Mds USD en augmentation de 21,8%, positionnant l’Equateur toujours comme le deuxième exportateur mondial après l’Inde) ; ii/ les bananes (3,3 Mds USD en augmentation de 3,1%) ; iii/ les fleurs (0,9 Md USD en augmentation de 12,5%).

Les exportations de produits industrialisés ont représenté 4,5 Mds USD (soit 21,2% du total, en baisse de 2,1%) et sont composées essentiellement : i/ des produits de la mer transformés (1,2 Md USD en baisse de 4,2%) ; ii/ des dérivés de pétrole (0,95 Md USD sans variation) ; iii/ des produits issus des industries de la métallurgie (0,4 Md USD en baisse de 14,6%).

En 2019, les principaux clients de l’Equateur sont toujours les Etats Unis (30,1% des exportations), suivis de très loin par la Chine (13%, soit près du double de 2018), le Panama (8,5%), le Chili (6,6%), le Pérou (4,2%), la Colombie (3,8%) et l’Espagne (2,8%).

En 2019, les importations CIF équatoriennes se sont établies à 22,5 Mds USD (23,2 Mds USD en 2018) soit en baisse de 2,6% par rapport à 2018. Sur les quatre premiers mois de l’année 2020, cette baisse s’accentue (-18,5% par rapport aux 4m 2020) en raison de la conjoncture économique liée à la crise sanitaire et au confinement mondial. L’Equateur a importé essentiellement des matières premières industrielles (essentiellement produits chimiques à usage industriel - 5,3 Mds USD, -8,6%), des biens de consommation (5,1 Mds USD, -2,2%), des biens d’équipement industriels (3,7 Mds USD, +0,5%), des équipements de transport (1,7 Md USD, +12,4%) et des matières premières agricoles (1,4 Md USD, -1,5%). Les importations de combustibles et dérivés ont représenté 4,3 Mds USD en 2019 (-4,4%).

Les principaux fournisseurs de l’Equateur restent les Etats Unis (23,3% des importations), suivis de la Chine (16,5%), la Colombie (8,3%), le Panama (7,1%), le Brésil (4,1%), le Pérou (3,7%), le Mexique (3,1%). La part de marché de l’Union Européenne est de 12,9% en légère augmentation par rapport à l’année précédente et celle de la France est de 1%. Parmi les pays européens, les importations en provenance d’Espagne ont représenté 3%, celles en provenance d’Allemagne ont représenté 2,1%, celles en provenance des Pays-Bas 2% et celles en provenance de Belgique 1,7% du total.

La balance commerciale de l’Equateur affiche en 2019 un excédent commercial de 820 MUSD (contre un déficit de 477 MUSD en 2018) imputable à la forte diminution du déficit de la balance non pétrolière (-3,7 Mds USD en 2019 contre -5 Mds en 2018) et à la légère augmentation de l’excédent de la balance pétrolière (4,5 Mds en 2019 contre 4,4 Mds en 2018).

 

Source : Banque Centrale équatorienne

Publié le