Relations bilatérales

Les exportations françaises vers le Cameroun baissent pour la quatrième année consécutive

En 2017, les exportations françaises vers le Cameroun se sont contractées de 14,8 % à 537,6 MEUR, après une baisse de 2,1 % sur l’année 2016. Il s’agit de la quatrième année consécutive de baisse. Cette évolution reflète la situation de crise économique que connait le Cameroun, et qui se matérialise par la baisse de (i) la consommation finale des ménages pour certains produits tels que les céréales ou les produits pharmaceutiques, et (ii) des consommations intermédiaires et investissements des entreprises pour des produits tels que le malt, les machines pour l’extraction ou la construction.

Les préparations pharmaceutiques constituent le premier poste d’exportation, devant les céréales (à l’exception du riz), légumineuses et oléagineux, le malt et les autres machines d’usage général.

En revanche, nos importations en provenance du Cameroun sont reparties à la hausse (+81,8 % à 476,1 M EUR) en 2017 du fait de la reprise des achats de pétrole. Ces derniers ont atteint 220,8 M EUR contre 24,8 M EUR un an plus tôt, faisant de ce poste le premier poste d’importation en 2017. Les fruits tropicaux et subtropicaux (principalement la banane) arrivent en second et se maintiennent par rapport au niveau atteint en 2016 avec des achats s’élevant à 94,8 M EUR. Le cacao, le chocolat et les produits de confiserie représente le troisième poste d’importation, devant l’aluminium et les bois sciés et rabotés.

Cette évolution, fortement tributaire de la reprise des achats de pétrole brut, s’explique par des opérations de trading opportunistes sur les produits pétroliers. Par ailleurs, la dynamique retrouvée dans la filière aluminium grâce à la remontée des cours en 2017 s’est traduite par une forte augmentation en valeur de nos importations, et ce malgré la situation de crise que connait la société nationale de transformation de l’aluminium ALUCAM. Dans la filière cacao, la baisse des cours, qui ont atteint leur plus bas niveau depuis dix ans, a été compensée par l’augmentation des quantités vendues dont une partie provient des stocks du dernier exercice.

Au total, notre excédent baisse de 83,4 % et passe de 369,0 M EUR à 61,4 M EUR.

 

Tableau. Evolution des échanges commerciaux franco-camerounais (M EUR)

Source : Douanes françaises

  2014 2015 2016 2017 Variation 2016-2017
Exportations 654,2 644,4 631,0 537,6 -14,8%
Importations 241,7 301,2 262,0 476,1 81,8%
Solde commercial 412,5 343,2 369,0 61,4 -83,4%

 

La présence économique française reste significative malgré la baisse des investissements enregistrée depuis 2014

Avec un total de 796 M EUR, le stock d’IDE français au Cameroun est le troisième d’Afrique centrale, après le Congo (4 360 M EUR) et le Gabon (1 274 M EUR), qui bénéficient d’importants investissements pétroliers. Après une période de croissance entre 2008 et 2013 pendant laquelle le stock d’IDE est passé de 544 M EUR à 1 117 M EUR, les investissements français ont entamé une baisse régulière. En 2016, ils se sont réduis de 3,5 %.

La présence française reste toutefois significative et très diversifiée. Elle est le fait d’une centaine de filiales et de 200 entreprises appartenant à des ressortissants français.

Les principaux secteurs d’activité où interviennent des entreprises françaises sont l’exploitation pétrolière avec Perenco ; l’agro-industrie et le bois avec la Compagnie fruitière (bananes), Bolloré (huile de palme), Somdiaa (sucre et farine), Castel (boissons), Pallisco/Pasquet (bois) ; le BTP avec Vinci/Sogea-Satom, Fayat/Razel, Bouygues/DTP Terrassement ; l’industrie avec Lafarge (ciment) et Air Liquide ; les services avec Bolloré (terminal à conteneurs de Douala et Kribi et chemin de fer), CMA-CGM/Delmas, Bureau Veritas ; les activités financières avec Société générale, BPCE (en cours de retrait) et AXA ; les télécommunications avec Orange ; la distribution avec CFAO/Laborex (véhicules et produits pharmaceutiques), Total (produits pétroliers raffinés), Super U, Casino et Carrefour (supermarchés).

Le bouclage du plan de financement du barrage hydroélectrique de Nachtigal, dont l’actionnaire principal et l’opérateur sera EDF, est en cours pour un coût total d’environ 1 Md USD. Des garanties doivent être obtenues sur l’achat de l’électricité.

 

Tableau. Evolution du stock d'IDE français au Cameroun (M EUR)

Source : Banque de France

  2013 2014 2015 2016
Stock d'IDE 1 117 958 825 796
Variation - -14,2% -13,9% -3,5%

 

Publié le