Relations bilatérales

Les exportations françaises se sont redressées en 2019 après cinq années de contraction

Les exportations françaises à destination du Cameroun se sont élevées à 519,7 M EUR en 2019, en hausse de 2,9 % sur un an. Le rebond de nos exportations à destination du Cameroun est porté par l’augmentation des ventes de produits agricoles (+119,9 % à 55,1 M EUR), composés à 95 % de céréales destinées à la fabrication de farine. Dans leur ensemble, les ventes de produits agroalimentaires progressent de 10,0 % à 86,6 M EUR. Les ventes de produits informatiques, électroniques et optiques (32,8 M EUR) et d’équipements électriques et ménagers (43,8 M EUR) affichent elles aussi un fort dynamisme avec des hausses respectives de 10,7 % et 6,6 % sur un an.

En revanche, les ventes de médicaments, qui représentent le premier produit d’exportation français vers le Cameroun, se stabilisent à 77,4 M EUR (+1,0 % sur un an). Elles se maintiennent ainsi à un de leur plus bas niveau depuis dix ans. La tendance est plus inquiétante encore en ce qui concerne les ventes de matériels de transport qui chutent de plus d’un tiers (-36,5 %) à 21,2 M EUR et atteignent leur plus bas niveau de la décennie, entrainées par la baisse de plus de moitié des ventes de véhicules automobiles (-54,3 % à 8,5 M EUR). Enfin, de manière plus surprenante, les ventes de produits pétroliers raffinés sont également en baisse de près de moitié (-44,7 % à 5,5 M EUR) alors que l’arrêt de la production de la Société nationale de raffinage, qui a contraint le Cameroun à se tourner vers l’étranger pour satisfaire la consommation locale, aurait pu stimuler la demande de produits français.

Les importations françaises en provenance du Cameroun se sont établies à 225,6 M EUR en 2019. Elles sont extrêmement concentrées et traditionnellement dominées par les importations d’hydrocarbures. La chute de 37,9 % enregistrée par rapport à 2018 s’explique avant tout par l’absence d’achats de pétrole sur la période (contre 116,2 M EUR l’an dernier).

Avec 97,0 M EUR, le cacao gagne la place de premier poste d’importations françaises en 2019. Les achats de fruits tropicaux se placent au deuxième rang mais affichent une forte baisse (-45,0 % à 42,7 M EUR). Les importations d’aluminium augmentent en revanche très fortement (+36,1 % à 27,9 M EUR) et retrouvent des niveaux supérieurs à la moyenne de la décennie après une année 2018 marquée par les importants problèmes de fourniture d’électricité qui avaient perturbé la production d’Alucam. Enfin, les importations de bois, papier et carton progressent de 17,2 % pour s’établir à 26,6 M EUR.

Ces quatre produits (cacao, fruits tropicaux, aluminium et bois) représentaient plus de 85 % des importations françaises en provenance du Cameroun en 2019.

Au final, l’absence d’achat d’hydrocarbures et – dans une moindre mesure – la hausse des exportations permettent à la France de dégager un excédent commercial de 294,1 M EUR en 2019, deux fois plus important que celui enregistré l’année précédente (141,5 M EUR).

 

Tableau. Evolution des échanges commerciaux franco-camerounais (M EUR)

Source : Douanes françaises

 

2014

2015

2016

2017

2018

2019

Exportations

654,2

644,4

630,9

537,6

504,8

519,7

Importations

241,7

301,2

277,1

479,1

363,3

225,6

Solde commercial

412,5

343,2

353,8

58,5

141,5

294,1

 

La présence économique française est restée significative malgré l’impact de la crise des matières premières

Avec un total de 1,1 Md EUR en 2018, le stock d’IDE français au Cameroun est le deuxième d’Afrique centrale, derrière le Congo (3,1 Mds EUR) qui bénéficie d’importants investissements pétroliers. Après une période de croissance entre 2008 et 2012 pendant laquelle le stock d’IDE est passé de 544 M EUR à 1 154 M EUR, les investissements français ont connu plusieurs années de baisse jusqu’en 2016, date à laquelle ils ne représentaient plus que 731 M EUR, avant d’enregistrer un fort rebond en 2017 (+46 %).

Malgré la crise, les entreprises françaises ont maintenu une présence significative et très diversifiée. Celle-ci est le fait d’environ 200 entreprises, filiales de groupes français ou entreprises détenues par des ressortissants français.

Les principaux secteurs d’activité où interviennent des entreprises françaises sont l’exploitation pétrolière avec Perenco, l’agro-industrie et le bois avec la Compagnie fruitière (bananes), Bolloré (huile de palme), Somdiaa (sucre et farine), Castel (boissons), Pallisco/Pasquet (bois), le BTP avec Vinci/Sogea-Satom, Fayat/Razel, Bouygues/DTP Terrassement, l’industrie avec Lafarge (ciment) et Air Liquide, les transports et la logistique avec Bolloré (terminaux à conteneurs de Douala et Kribi et chemin de fer), CMA-CGM/Delmas, Bureau Veritas, les activités financières avec Société générale, et AXA, les télécommunications avec Orange, la distribution avec CFAO/Laborex (véhicules et produits pharmaceutiques), Total (produits pétroliers raffinés), Super U, Casino et Carrefour (supermarchés).

Plusieurs entreprises françaises sont positionnées sur des projets d’envergure au Cameroun. Le plan de financement du barrage hydroélectrique de Nachtigal, dont l’actionnaire principal et l’opérateur sera EDF, a été bouclé au mois de novembre 2018 pour un montant total d’environ 1 Md USD et les travaux ont débuté au premier trimestre 2019. Le groupe minier Eramet a pour sa part remporté au mois de juin 2019 un titre d’exploitation pour un gisement de rutile à Akonolinga (région Centre) qu’il souhaite exploiter à l’horizon 2022.

 

Tableau. Evolution du stock d'IDE français au Cameroun (M EUR)

Source : Banque de France

 

2014

2015

2016

2017

2018

Stock

958

821

731

1 065

1 100

Variation

-

-14,3%

-11,0%

45,7%

3,3%

Publié le