Indicateurs et conjoncture

Situation politique

Le Cameroun est un pays d’Afrique centrale dont la population était estimée à environ 25,9 millions de personnes en 2019. Le Président Paul Biya, au pouvoir depuis le 6 novembre 1982, a été réélu en octobre 2018 pour un nouveau mandat de sept ans. Les élections législatives et municipales, qui devaient initialement se tenir en 2019, ont finalement eu lieu en février 2020. Le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC), le parti présidentiel, a obtenu 152 sièges sur 180 à l’Assemblée nationale et 316 communes sur les 360 dans lesquelles s’est tenu le scrutin.

Le pays est affecté par les agissements de Boko Haram au Nord et par des troubles dans les deux régions de l’Ouest anglophone. Un Grand dialogue national s’est tenu fin 2019 afin d’apaiser ces tensions. Il a débouché sur la création d’un statut spécial pour les deux régions anglophones, un engagement du gouvernement à accélérer le processus de décentralisation, ainsi que sur l’arrêt des poursuites à l’encontre d’environ 300 militants séparatistes emprisonnés et la libération de Maurice Kamto, principal opposant arrivé deuxième à la présidentielle de 2018, ainsi que plusieurs de ses partisans du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC). La situation demeure instable dans ces régions et la tenue des premières élections régionales, prévues par la Constitution de 1996, n'a pas encore été annoncée.

 

Situation économique

L’économie camerounaise, qui représente plus de 40 % du PIB de la CEMAC, est la plus diversifiée de la région. Elle reste toutefois très dépendante de productions non transformées : hydrocarbures, produits agricoles (cacao, café, coton, huile de palme, etc.), bois, etc. Après une phase de décélération suite à la crise des matières premières de 2014, la croissance de l’économie camerounaise s’était légèrement raffermie en 2018 (4,1 % contre 3,5 % en 2017) avant de ralentir à nouveau en 2019 (3,7 %).

La production pétrolière est depuis de nombreuses années orientée à la baisse. Elle n’atteignait plus que 70 000 barils/jour en 2018. Des espoirs sont néanmoins placés dans la mise en exploitation des réserves de gaz. Un premier gisement de gaz naturel destiné à l’exportation, dont la capacité de production maximale en année pleine est estimée à 35 000 équivalent barils/jour, a été mis en exploitation en mars 2018 au large de Kribi. Un autre projet est actuellement à l’étude mais il ne devrait pas voir le jour avant plusieurs années. L’activité dans le secteur non-pétrolier est restée relativement dynamique malgré la crise mais son rythme de croissance a sensiblement ralenti (3,7 % en 2019 contre 5,3 % en 2016) en raison de la persistance de conditions économiques difficiles (baisse de la commande publique, lenteurs dans le processus d’apurement des arriérés de paiement de l’État, dégradation des conditions sécuritaires et du climat des affaires). La croissance camerounaise a été tirée par l’investissement public, moyennant un endettement en augmentation rapide : la dette publique représentait 40,9 % du PIB en 2019 contre 21,5 % en 2014.

La crise sanitaire mondiale devrait avoir un impact important au Cameroun : le FMI a révisé sa prévision de croissance de 3,8 % à -3,5 % en 2020, contre une moyenne de -3,2 % pour l’Afrique subsaharienne. Le déficit budgétaire se creuserait à 4,5 % du PIB selon la loi finances rectificative adoptée au mois de juin et la balance des paiements, qui aurait dû se retrouver à l’équilibre, afficherait un déficit de 5,7 %. Le Gouvernement a présenté un plan de réponse socio-économique estimé à 479 Mds FCFA sur trois ans, dont 180 Mds en 2020.

Avec un PIB par tête atteignant 1 349 EUR en 2019, le Cameroun est considéré comme un pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure. La croissance apparaît peu inclusive : le taux de pauvreté est passé de 39,9 % en 2007 à 37,5 % en 2014 (dernières données disponibles), soit un taux comparable à celui des PMA.

 

Croissance du PIB (prix constants)

Croissance du PIB

Source : FMI

 

Relations avec la communauté financière internationale

Le Cameroun a conclu le 26 juin 2017 un programme de Facilité élargie de crédit (FEC) de trois ans avec le FMI d’un montant de 666 M USD, conformément aux résolutions du Sommet extraordinaire des Chefs d’État de la CEMAC qui s’est tenu le 23 décembre 2016 à Yaoundé. Les principaux objectifs de ce programme sont de restaurer les équilibres macroéconomiques qui se sont dégradés sur la période récente, et d’enrayer la chute des réserves de devises (centralisées à l’échelle de la CEMAC). Ces dernières atteignaient 4 903 Mds FCFA à fin avril 2020 (+25 % sur un an), soit un niveau équivalent à environ 4,5 mois d’importations. Le programme FMI implique également une limitation de l’endettement non concessionnel et il doit permettre d’apurer les arriérés intérieurs accumulés.

Le Cameroun bénéficie de l’appui de nombreux partenaires techniques et financiers (Banque mondiale, Banque africaine de développement, Union européenne, France, etc.) dans de nombreux domaines : infrastructures (transport, énergie, télécommunications, eau et assainissement, etc.), secteurs sociaux (éducation, santé, etc.), développement du secteur rural, gouvernance, etc. Ces bailleurs de fonds appuient également le Cameroun dans sa stratégie de riposte face à la crise sanitaire. Le pays a, entre autres, bénéficié d’un prêt du FMI au titre de la Facilité de crédit rapide (FCR) d’un montant de 136 Mds FCFA, du moratoire sur la dette extérieure décidé par le Club de Paris et le G20, d’aides directes pour renforcer le système de santé et d’appuis budgétaires.

 

Présence économique française

La présence commerciale française au Cameroun est très diversifiée et est le fait d’environ 200 entreprises, dont près de 130 filiales, le solde représentant des entreprises de droit local appartenant à des ressortissants français. Elle est significative dans l’exploitation pétrolière, l’agro-industrie et le bois, le BTP, la banque, les assurances, les services de transport et de logistique ou encore la distribution. Le stock d’IDE français au Cameroun s’élevait à 853 M EUR en 2019, en baisse de 23 % sur un an. Les exportations françaises vers le Cameroun ont atteint 519,7 M EUR en 2019, soit une hausse de 2,9 % par rapport à 2018.

Publié le