Commerce bilatéral entre la France et les pays de l’UEMOA au 1er semestre 2019

Les exportations françaises vers les pays de l’UEMOA sont restées stables au 1er semestre 2019 (+0,5% en g.a.), à 1,5 Md EUR. Elles ont évolué de façon contraire en Côte d’Ivoire (-25,9 M EUR à 518,6 M EUR) et au Sénégal (+50,2 M EUR à 458,6 M EUR), les deux poids lourds de la zone, qui concentrent près de 2/3 des exportations totales. Les importations françaises ont progressé de +36,7%, à 671 M EUR, principalement sous l’effet de l’apparition d’importants achats d’hydrocarbure en Côte d’Ivoire. Au total, l’excédent commercial de la France avec les pays de l’UEMOA s’est contracté de -16,8%, à 44,2 M EUR. En Afrique subsaharienne, les pays de la zone demeurent des partenaires commerciaux importants, comptant pour 30% de nos débouchés et 10,9% de nos importations.

Les exportations françaises vers les pays de l’UEMOA stagnent (+0,5% en g.a. à 1,5 Md EUR) malgré une augmentation des ventes au Sénégal, pénalisées par la mévente de produits français en Côte d’Ivoire

Les ventes françaises à destination des pays de l’UEMOA sont ressorties à 1,5 Md EUR au 1er semestre 2019 et demeurent stables par rapport au 1er semestre de l’année précédente (+0,5% en g.a.). Elles sont relativement diversifiées, composées notamment de préparations pharmaceutiques (1er poste en nomenclature fine avec 14%), d’équipements mécaniques, matériel électronique et informatique (27,3%), de produits des industries agroalimentaires (14,4%) et de produits agricoles, sylvicoles, de la pêche et de l’aquaculture (10,8%).

Si la ventilation sectorielle est restée peu ou prou la même par rapport au 1er semestre de l’année précédente, plusieurs postes ont vu le montant de leurs exportations progresser, à l’instar des produits agricoles, sylvicoles, de la pêche et de l’aquaculture (+16,3 M EUR en g.a. à 164,2 M EUR) et des produits métallurgiques et métalliques (+15 M EUR à 90,3 M EUR). Les préparations pharmaceutiques ont enregistré une augmentation globale de 2,8% en g.a. (+5,8 M EUR), qui masque des variations très contrastées parmi les pays (de -2,3 M EUR en Côte d’Ivoire (-3,5%) à +3,4 M EUR au Sénégal (+6,7%)).
Ces augmentations ont compensé la baisse de nos ventes de produits des industries agroalimentaires (-24 M EUR, à 219,3 M EUR) et de produits pétroliers raffinés et coke (-11,5 M EUR, à 15,6 M EUR).

1

Poids lourds économiques de la sous-région, la Côte d’Ivoire et le Sénégal sont les principaux importateurs de produits français et réceptionnent respectivement 34,1% et 30,2% des ventes totales à la zone.

Les exportations à destination de la Côte d’Ivoire ont notablement baissé par rapport au 1er semestre 2018 (-25,9 M EUR à 518,6 M EUR), pénalisées par la mévente d’équipements mécaniques, électriques, électroniques et informatiques. A l’inverse, elles ont augmenté de façon significative au Sénégal (+50,2 M EUR à 458,6 M EUR) sous l’effet de la progression de nos ventes de locomotives et autre matériel ferroviaire roulant (+56,5 M EUR à 57,6 M EUR, lié au projet de TER de Dakar).
Les pays de l’UEMOA représentent 30% de nos débouchés en Afrique subsaharienne au 1er semestre 2019. A l’échelle nationale, la Côte d’Ivoire (10,3%) et le Sénégal (9,1%) sont les deuxième et troisième clients de la France sur le sous-continent, derrière l’Afrique du Sud (14,9%). L’Afrique subsaharienne ne représente que 2% des exportations totales de la France.

2

Les importations progressent (+36,7% en g.a. à 671 M EUR) sous l’effet de l’apparition d’importants achats d’hydrocarbures bruts, principalement en Côte d’Ivoire

Les achats français ont progressé de façon significative (+36,7%) pour s’établir à 671 M EUR au 1er semestre 2019, soit une hausse de +180 M EUR en g.a.. Contrairement aux exportations, les importations françaises en provenance des pays de l’UEMOA sont concentrées et portent à 40,7% sur les produits agricoles, sylvicoles, de la pêche et de l’aquaculture ; à 33,4% sur les produits des industries agroalimentaires ; et à 18 % sur les hydrocarbures naturels et autres produits des industries extractives.

L’augmentation des achats français en provenance des pays de la zone au 1er semestre 2019 est essentiellement imputable à l’apparition d’achats d’hydrocarbures, dont les importations ont atteint 122,3 M EUR - dont 112,8 M EUR rien qu’en provenance de Côte d’Ivoire - alors qu’elles n’étaient que de 8,9 M EUR à fin juin 2018. Ces ventes représentent à présent 20,5% des importations françaises de Côte d’Ivoire, faisant du pays le 24ème fournisseur d’hydrocarbures (contre 73ème au 1er semestre 2018) et notre 4ème fournisseur en Afrique subsaharienne. Elles ont également progressé au Bénin, au Niger, au Sénégal et au Togo mais dans des proportions moindres.
Hors pétrole, les importations de produits ouest-africains ont progressé de +13,8% en g.a., soit une hausse de +66,6 M EUR. Cette évolution s’explique principalement par l’augmentation des importations de produits métallurgiques et métalliques (+31,6 M EUR à 34,4 M EUR à fin juin 2019), de produits agricoles, sylvicoles, de la pêche et de l’aquaculture (+15,3 M EUR à 273,1 M EUR à fin juin 2019), et de produits des industries agroalimentaires (+14,3 M EUR à 223,8 M EUR à fin juin2019).
Aucun poste n’a subi de recul important en valeur.

Au 1er semestre 2019, les pays de l’UEMOA ont fourni 13,2% des importations françaises en provenance d’Afrique subsaharienne. La Côte d’Ivoire se positionne comme 3ème fournisseur de la France avec 10,9% de part de marché, derrière le Nigéria (41,3%) et l’Afrique du Sud (14,7%).

3

La balance commerciale de la France avec les pays de l’UEMOA se détériore mais demeure excédentaire au niveau consolidé (+848,1 M EUR)

La balance commerciale de la France à fin juin 2019 est ressortie excédentaire à +848,1 M EUR, en baisse de -16,8% par rapport à fin juin 2018 (+1019,8 M EUR). La France enregistre un excédent avec tous les pays de la zone, à l’exception notable de la Côte d’Ivoire avec laquelle sa balance sort à -31,5 M EUR à fin juin 2019 (contre +130,6 M EUR à fin juin 2018). Notre excédent commercial a cependant progressé au Burkina Faso (+2,7 M EUR à 123,1 M EUR) et au Sénégal (+14,1 M EUR à 411,8 M EUR). Ils sont les deux pays de la zone avec lesquels la France a enregistré son plus grand bénéfice.
Par comparaison, la balance commerciale de la France avec l’Afrique subsaharienne est déficitaire à -9,9 M EUR à fin juin 2019 (contre +4,8 Mds EUR à fin juin 2018).

4

 

Août 2019

Publié le