Les échanges entre la France et le Botswana en 2017

En 2017, conséquence de la forte baisse des exportations (-71,2% à 7,9 M€, plaçant le Botswana au 185ème rang s’agissant des clients de la France) et de l’importante hausse des importations (+1639,7 % 5,5 M €, faisant du Botswana le 163ème fournisseur), l’excédent commercial en faveur de la France a chuté de -91,2% en 2017 à seulement 2,4M€ (après +174 % en 2016). Il s’agit du 124ème excédent commercial de la France dans le monde.

***

  • Forte baisse des exportations en 2017 caractérisée par celle dans le domaine des transports

En 2017, les exportations françaises vers le Botswana ont chuté de 71,2% en g.a pour atteindre 7,9 M€ (après +120,4 % en 2016). Il s’agit de la deuxième moins bonne performance sur les 10 dernières années après 2014, qui comptabilisait seulement 6 M. Ainsi, la part du Botswana dans les ventes françaises reste très marginale (inférieure à 0,1 %), le pays n’étant que le 185ème débouché à l’exportation de la France (en baisse de 35 places depuis 2016). Au sein de l’Afrique sub-saharienne, le Botswana se situait au 43ème rang des clients de la France (sur les 52 pays et territoires répertoriés par les Douanes françaises) soit un recul de 8 places depuis 2016 et au 8ème rang en Afrique australe. La forte baisse des exportations réside essentiellement dans celle des matériels de transport (-90,4% à 1,9 M€), le contributeur le plus important de l’année passée (20,1 M€ en 2016).  La seconde baisse la plus forte enregistrée est dans le secteur des machines industrielles et agricoles avec une contraction de 1,5 M€ soit -71,6%. Le Botswana demeure néanmoins le 8ème client de la France dans le monde pour les équipements militaires, qui ne sont pas comptabilisés dans les données du commerce extérieur.

 En termes de composition, les équipements mécaniques, électriques et informatiques restent le 1er poste d’exportation de la France en 2017 (27,3 % du total des ventes), suivi du matériel de transport (24,3 %) et des produits pharmaceutiques (22,4 %).

 

  • Les importations françaises depuis le Botswana ont connu une forte hausse mais demeurent faibles

 En 2017, les exportations du Botswana vers la France ont augmenté de 1639,7%, hausse due à la faiblesse des flux l’année passée (313 000 € en 2016). Elles s’établissent ainsi à 5,5 M€ en 2017. Les importations ont presque exclusivement été tirées par l’augmentation des achats dans la catégorie « autres produits industriels » (hausse de 272 000€ à 5,4 M€ entre 2016 et 2017 soit +1915,3%), plus précisément celle des « produits divers » (+2601,6% à 5,5 M€).  En effet, les ventes botswanaises d’ « articles de joaillerie et bijouterie » s’établissaient à 5,5M€ en 2017 contre 0 en 2016 et représentent ainsi  la quasi-totalité des importations (98,6% du total), le Botswana étant un important producteur et exportateur de diamants. A noter que les achats des autres grands postes restent très négligeables. Le Botswana reste un partenaire commercial mineur pour la France, le pays étant le 163ème fournisseur de la France en 2017 (211ème en 2016). Parmi les pays d’Afrique sub-saharienne, le Botswana n’est que le 37ème fournisseur de la France (sur les 52 pays et territoires répertoriés par les Douanes françaises).

***

Conséquence de la forte progression des importations et de l’importante réduction des exportations, l’excédent commercial en faveur de la France a chuté de -91,2% en 2017 à 2,4 M€ (après +174 % en 2016), faisant du Botswana le 124ème excédent commercial de la France (80ème en 2016). La faible présence commerciale de la France s’explique certes par une relation commerciale historiquement limitée avec le Botswana, qui s’ajoute à l’étroitesse de son marché domestique (2,1 M d’habitants dont 19 % vivant sous le seuil de pauvreté) mais elle reflète également le fait que l’essentiel des échanges continue de transiter par l’Afrique du Sud, du fait notamment de l’enclavement du pays.

 

 

Publié le