Relations bilatérales France - Brésil

Après une année 2022 confirmant la reprise des échanges postpandémie, le commerce entre la France et le Brésil reste stable en 2023 et atteint 8,4 Mds EUR. Les exportations françaises sont tirées par le secteur des matériels de transport qui continue de dominer les ventes. Le Brésil consolide son rang de 1er débouché de la France en Amérique latine. Les importations en provenance du Brésil atteignent 4 Mds EUR en 2023. La France a ainsi dégagé un solde commercial positif à 379 M EUR, contre un déficit de -216 M EUR en 2022.

Le Brésil est un partenaire majeur de la France au sein de la sphère émergente. Cette relation économique étroite se traduit par une importante présence française, avec un stock d’IDE de 44,2 Mds USD, selon le critère du contrôle ultime. Le Brésil est depuis 2022 la 1ère destination des IDE français parmi les marchés émergents, devant la Chine. Les multinationales y sont d’ailleurs très présentes : la quasi-totalité des entreprises du CAC-40 comptent au moins une filiale au Brésil.

1. Les échanges commerciaux entre la France et le Brésil se stabilisent en 2023 suite au fort rebond de 2022.

Les échanges commerciaux France-Brésil s’élèvent à 8,4 Mds EUR en 2023, dépassant largement le niveau pré-pandémie de 7,2 Mds EUR en 2019. Après s’être contractés de -26% en 2020 en raison de la crise économique et sanitaire, les échanges commerciaux ont repris en 2021 (+15,6%) et se sont confirmés en 2022 (+35,2%). Selon les données des Douanes françaises, l’année 2023 reste stable avec une hausse des échanges de 0,34%.

Le Brésil reste le premier débouché de la France en Amérique latine (seule exception en 2021, année du Covid, devancé par le Mexique). Il devient le 27ème client de la France en 2023 (28ème en 2022) avec 31,9% des ventes françaises à destination de la zone. Les exportations françaises vers le Brésil ont progressé de +7,8% en 2023, pour atteindre 4,4 Mds EUR. Elles ont été tirées par les matériels de transport qui dominent les ventes et représentent près du tiers des exportations (32,6% des exportations françaises vers le Brésil, +23,6% par rapport à 2022). Les autres principaux postes d’exportation sont les produits chimiques, parfums et cosmétiques (21,1% des ventes), les produits pharmaceutiques (11,5% des ventes) et les machines industrielles et agricoles (9,9% des ventes).

Le montant des importations en provenance du Brésil atteint 4 Mds EUR en 2023, après une année record à 4,3 Mds EUR en 2022. Les importations françaises depuis le Brésil sont principalement composées de produits de base, essentiellement des produits agricoles, agroindustriels et de minerais. Les produits des industries agroalimentaires sont de loin le premier poste d’importation de la France depuis le Brésil avec 29,2% des achats réalisés. S’en suivent les hydrocarbures naturels et autres produits des industries extractives (22,6% du total) et du bois, papier, carton (12% du total). Le Brésil est ainsi le 34ème fournisseur de la France et représente 0,55% du total des importations françaises.

Par conséquent, la France, qui pour la première fois avait dégagé un déficit commercial avec le Brésil de -223 M EUR en 2022, retrouve un solde positif de 379 M EUR.

 

2. Le Brésil est la 1ère destination des IDE français parmi les marchés émergents.

Le stock d’investissements directs français (IDE) au Brésil a atteint 35 Mds EUR en 2022, en forte hausse par rapport à 2021 (+28% à 25,5 Mds EUR), d’après les données de la Banque de France. Le Brésil est ainsi devenu en 2022 la 1ère destination des investissements français à l’étranger dans les marchés émergents, devant la Chine (30,7 Mds EUR). Le Brésil est également la 1ère destination en Amérique latine, avec 70,7% du total des IDE français dans la région. Dans l’ensemble, le Brésil se situe au 11ème rang des investissements français dans le monde, avec 2,5% du total. En termes de flux, le Brésil a été la 5ème destination des IDE français dans le monde en 2022, avec des flux record de 7 Mds EUR.

La France est le 4ème investisseur étranger au Brésil, selon le critère de contrôle final des investissements, en recul d’une place par rapport à 2021. D’après les données de la Banque centrale du Brésil, le stock français a atteint 44,2 Mds USD en 2022, ce qui correspond à 5,5% du total des IDE au Brésil. La France rétrograde d’une place, dépassée par le Royaume-Uni, et devancée par les Etats-Unis et l’Espagne. En termes de flux nets, la France se classait en 2022 comme le 3ème investisseur au Brésil en 2022, avec 8,3% du total reçu par le Brésil.

Les investissements français au Brésil traduisent une présence économique française importante, ancienne et diversifiée. La quasi-totalité des entreprises du CAC 40 (39/40) dispose d’au moins une filiale au Brésil. Au total, ce sont 1 156 entreprises françaises qui ont fait le choix de s’installer au Brésil et qui emploient près de 520 000 personnes. Le Brésil se positionnerait de ce fait comme la 3ème plus grande présence française en termes d’effectifs salariés au monde, derrière les Etats-Unis et l’Inde. Le chiffre d'affaires des multinationales françaises implantées localement s'élevait à 61 Mds EUR en 2021, le Brésil se plaçant au 9ème rang mondial et 3ème hors Europe derrière les Etats-Unis et la Chine.

A l’inverse, les investissements brésiliens en France demeurent faibles. En 2022, la France n’accueillait que 0,5% du stock d’IDE brésilien dans le monde, soit 1,8 Md USD. Cela représente 0,2% du stock d'IDE en France, le Brésil se situant au 24ème rang des investisseurs dans l’Hexagone.

Publié le