Relations bilatérales

1. Le solde commercial français est excédentaire vis-à-vis du Brésil, grâce aux exportations de produits à haute valeur ajoutée

Les échanges commerciaux entre la France et le Brésil se sont établis à 7,5 Mds EUR au cours de l’année 2018, soit une hausse de +5,5% par rapport aux 7,1 Mds EUR d’échanges enregistrés en 2017.

Les exportations françaises vers le Brésil ont atteint 4,5 Mds EUR en 2018 (0,9% du total). Le Brésil est désormais 21ème client de la France (24ème en 2017) après une hausse de +8,1% des exportations. Le profil des exportations de la France vers le Brésil est à plus forte valeur ajoutée que celui de la France vers le reste du monde, avec 98% de produits manufacturés. Le premier poste d’exportation est de loin l’aéronautique : les exportations d’aéronefs et d’engins spatiaux représentent 24% du total des exports vers le Brésil. Les pièces automobiles (5% du total), les produits chimiques (5%) et les produits pharmaceutiques (4%) sont également des produits importants d’exportation.

Les importations en provenance du Brésil représentent 3,0 Mds EUR en 2018 (0,5% du total) et sont en hausse de +1,9% par rapport à l’année précédente, faisant du Brésil le 33ème fournisseur de la France. Le Brésil est de loin le premier partenaire commercial d’Amérique latine, avec 30% d’échanges commerciaux de plus que le second pays partenaire, le Mexique. Les importations présentent le profil inverse des exportations françaises vers le Brésil, à savoir qu’elles sont composées très majoritairement de produits de base, représentant 46,5% des importations, essentiellement des produits agricoles et des minerais. Les produits manufacturés ne représentent que 40% des importations depuis le Brésil mais sont en forte hausse (+41% par rapport à 2018) alors que les produits de base sont stables d’après les données brésiliennes.

Le solde commercial reste nettement excédentaire pour la France à hauteur de 1,5 Mds EUR en 2018 contre 1,2 Mds EUR en 2017. Le Brésil représente le 8e plus grand excédent parmi les partenaires commerciaux de la France.

 

2. Le Brésil est la première destination des investissements français parmi les pays émergents

Du point de vue du pays source, le stock d’investissement direct (IDE) français au Brésil a atteint 23,7 Mds EUR en 2018, soit la 11ème destination en termes de présence française dans le monde (1,8% du total du stock d’IDE). Le Brésil est le 1er pays émergent dans les investissements français à l’étranger en termes de stock. Ce niveau est en baisse par rapport à l’année précédente (-1,1 Mds EUR). En termes de flux, le Brésil est la 15ème destination française en 2018, alors qu’il était 8ème en 2017. Dans le détail, le stock d’IDE français se concentre essentiellement dans les secteurs des services (49%) - surtout des activités financières (22%), des services automobiles (11%) et du commerce de détail (8%) - de l’industrie manufacturière (29%) et de l’industrie extractive (17%). Ce dernier secteur a connu une forte croissance en 2018, avec une hausse du stock d’IDE de +75%.

De point de vue du pays destination, d’après la Banque centrale du Brésil (BCB), la France reste le 5ème investisseur au Brésil depuis 2010 en termes de stocks d’IDE (25 Mds USD). Sur un critère d’investisseur immédiat, la France représente environ 5% des IDE au Brésil derrière les Pays-Bas, les Etats-Unis, l’Espagne et le Luxembourg. En termes de flux on observe un certain déclin français : alors que la France était le 4ème investisseur au Brésil au début des années 2000, elle est descendue à la 7ème place en termes de participation sur le total à partir de 2008. Les flux annuels d’IDE restent cependant considérables, plus de 2500 M USD en moyenne depuis 10 ans.

La quasi-totalité des sociétés du CAC 40 (38 sur 40) dispose au moins d’une filiale dans ce pays, voire plusieurs, souvent dotées de sites de production industriels locaux. Dans une certaine mesure, ces implantations locales permettent d'économiser les coûts réglémentaires et tarifaires que les exportations impliquent. En 2017, 13 groupes français figuraient dans le classement des 200 plus grands groupes du Brésil et y emploient plus de 265 000 personnes. On estime que l’ensemble des groupes français au Brésil (autour de 900 sociétés) sont à l’origine d’environ 500 000 emplois au Brésil.

Publié le