Commerce extérieur de la Bolivie en 2019

1-  Les échanges commerciaux ont légèrement baissé en 2019

Les échanges de la Bolivie s’élèvent à 18,6 Mds USD, en baisse de 2,3% par rapport à 2018, après deux années de hausse. Les exportations comme les importations contribuent à cette baisse, tandis que le déficit commercial se réduit légèrement de 981 MUSD à 860 MUSD (5e année consécutive de déficit). Le taux de couverture est stable à 90% (89% en 2018).    

2- Les hydrocarbures et les produits miniers entraînent les exportations à la baisse

 Les exportations ont atteint un niveau de 8,8 Mds USD, en baisse de 1,9% par rapport à 2018. Les hydrocarbures (du gaz naturel à 99%) représentent encore 31% du total, soit 2,7 Mds USD (7% du PIB), et sont exportés dans leur quasi-totalité vers le Brésil et l’Argentine. Leur part est toutefois en baisse de 2,8 points par rapport à 2018 et reste nettement inférieure au niveau du début de la décennie (49% en 2013). Les exportations d’hydrocarbures connaissent une baisse de 9,9% en valeur (-8,4% pour le gaz), notamment en raison du moindre volume exporté (-15%). 

Les exportations minières chutent fortement de 12,2% (2,1 Mds USD), entraînant une réduction de leur part dans le total des exportations de 2,8 points (23,9%). Quant aux principaux produits, le zinc (15,2% des exportations) chute de 11,8% et atteint 1,3 Md USD, tandis que l’argent (part de 5,7%) connaît une 3e année de recul avec -4,1% (500 MUSD).

L’industrie manufacturière (40,8% des exportations) progresse de 15,7% pour atteindre 3,6 Mds USD. Cela est dû essentiellement à l’or métallique (19,8% des exportations) qui progresse de 49% en valeur en 2019 (+33,7% en volume) pour atteindre 1,7 Md USD. Le soja et ses dérivés (711 MUSD) chutent en revanche de 11,4%, leur part diminuant à 8,1% des exportations. Enfin, le secteur « agriculture, élevage, chasse, sylviculture et pêche » (365 MUSD) connaît une forte chute de 15,9% entraînée par les noix dites « du Brésil » (156 MUSD ; -29%).

En ce qui concerne les pays clients de la Bolivie, le Brésil (17,3% du total des exportations soit 1,5 Md USD ; -11,3%) conserve sa première position, suivi de l’Argentine (15,5% soit 1,4 Md USD -5%). Les baisses observées pour le Brésil et l’Argentine sont corrélées avec l’évolution des contrats gaziers avec ces pays. La France, 27e client (25e en 2018), représente 0,2% des exportations boliviennes et stagne avec 19,2 MUSD (-0,2% par rapport à 2018[1]).

3 – Une chute significative des importations de biens d’équipement

Les importations boliviennes atteignent 9,8 Mds USD en 2019 soit une baisse de 2,6% par rapport à 2018. La moitié (51%) correspond aux matières premières et produits intermédiaires (5 Mds USD, +4,1%); 25% aux biens d’équipement (2,5 Mds USD, -17,6%), 24% aux biens de consommation (2,3 Mds USD, +3,6%).  

Concernant les matières premières et les produits intermédiaires, le combustible constitue à lui seul 16% du total des importations. En 2019, la Bolivie en a importé pour une valeur de 1,6 Md USD soit +18,2% par rapport à 2018, le volume importé ayant augmenté en cohérence (+22%). Quant à l’évolution des autres postes on relève une hausse des pièces d’équipement de transport (301 MUSD ; +5,6%) ; la stagnation des intrants industriels (2,2 Mds USD ; +0,3%) et des baisses sur les matériaux de construction (529 MUSD ; -5,4%) et les intrants agricoles (383 MUSD ; -10,3%).

Pour les biens d’équipement, on constate des progressions fortes pour les biens d’équipement agricoles (+27,7%), qui atteignent un record de 190 MUSD ; et de transport (+13,7%, 490 MUSD) ainsi que des très forts reculs des biens d’équipement industriels (-25,9%, 1,8 Md USD) et des équipements de transport (-29,5%, 431 M USD). Enfin, pour les biens de consommation on observe une légère baisse des biens non-durables (-2,3%, 1,2 Md USD) et une hausse des biens durables (+10,7%, 1,1 Md USD).

Les principaux fournisseurs de la Bolivie sont la Chine (21,7% soit 2,1 Mds USD ; +2,5%), le Brésil (16,1% soit 1,6 Md USD ; -2,5%) et l’Argentine (11,2% soit 1,1 Md USD ; -6,5%). La France, 11e fournisseur, représente quant à elle 1,8% des importations boliviennes, soit 176 MUSD (+3,5% par rapport à 2018) et récupère 2 places dans le classement par rapport à 2018.

4 –Des partenaires commerciaux peu diversifiés

 Le pays étant géographiquement enclavé, les échanges commerciaux de la Bolivie sont naturellement concentrés sur l’Amérique du sud : à hauteur de 44%, dont 17% pour le Brésil et 14% pour l’Argentine. Cette forte concentration des échanges extérieurs rend la Bolivie dépendante de la conjoncture régionale, la performance de se exportations étant notamment liée à la demande gazière du Brésil et l’Argentine. Ces deux partenaires stratégiques ont révisé à la baisse leur demande lors des dernières renégociations des contrats gaziers. Par ailleurs, l’Argentine ambitionne de  développer  sa propre industrie gazière. Leur part combinée dans les échanges boliviens a baissé de 1,3 point par rapport à 2018.

En 2018, la part de marché de la Chine dans le commerce extérieur bolivien stagne (+0,26%) et atteint 13,6%, avec un fort excédent commercial de 1,7 Md USD pour cette dernière qui plombe la balance commerciale de la Bolivie.

La France est le 17e partenaire commercial de la Bolivie, progressant de 7 places. Avec un volume total de 195 MUSD, elle représente 1,1% des échanges, (+3,1% par rapport à 2018). 


[1] Les statistiques boliviennes font apparaitre un excédent en faveur de la France dans notre commerce bilatéral bien supérieur à celui des douanes françaises: ces divergences statistiques ne sont toutefois pas inhabituelles (comptabilisation FOB vs CIF).

 

Publié le