Situation économique et financière

Avertissement : Les données reprises dans cette fiche tiennent compte du récent rebasage du PIB béninois qui passera ainsi en 2019 de 6272 Mds XOF (9,56 Mds EUR) -ancien calcul- à 8368 Mds XOF (12,75 Mds EUR) -nouvelle base-.

Structure de l’économie réelle et croissance économique

Structure de l’économie

Avec un PIB qui devrait atteindre, fin 2019, 8368 Mds XOF (12,7 Mds EUR) pour une population estimée à 11,8 millions d’habitants, le Bénin appartient à la catégorie des pays les moins avancés (PIB/habitant de 1213 USD attendu en 2019 sur la base du PIB rebasé). L’économie est tournée vers l’agriculture et les industries de transformation des produits issus de l’agriculture, secteurs largement centrés sur les deux produits d’exportation que sont le coton et l’anacarde et vers le commerce. Le secteur primaire représente 28,1% du PIB, le secteur secondaire 14,6% dont 6% pour les industries agroalimentaires et 4,4% pour le BTP, le secteur tertiaire 48,8% du PIB dont 13% pour le commerce et 9% pour le transport. Les exportations (450 Mds XOF en 2018 hors réexportations) sont très concentrées sur trois catégories de produits, à savoir le coton fibre (55% des exportations du pays), la noix de cajou (15,5% des exportations) et les oléagineux (4,5% des exportations).

L’indice de développement humain (0,52) est faible et classe le Bénin, en 2019 comme en 2018, au 163ème rang mondial sur 189 pays. Le climat des affaires reste perfectible même si le Bénin a gagné 4 places lors de l’enquête « Doing Business 2020 » (149ième/190 au lieu de 153ième un an plus tôt).

Conjoncture économique

La croissance béninoise s’est sensiblement accélérée depuis 2017. Elle est ainsi passée de 5,7% à 6,7% en 2018, chiffre qui semble devoir être le socle de croissance pour les prochaines années. La récente crise avec le Nigéria qui a conduit à la fermeture de la frontière depuis le 20 août 2019 et au moins jusqu’au 31 janvier 2020 est toutefois susceptible de peser sur la progression du PIB. On s’attend à un chiffre de 6,4% en 2019, en retrait de 0,3 point par rapport à l’objectif initial. Le résultat de 2020 dépendra certes de la réouverture de la frontière mais surtout des conditions dans lesquelles se fera le retour à la normale. Le Bénin peut toutefois compter sur la progression continue de la production cotonnière (620 000 tonnes de coton graine en 2018-2019 et 700 000 tonnes attendues en 2019-2020), sur la poursuite des chantiers d’infrastructures (voieries urbaines, réseaux électriques et d’eau potable, ...) dans le cadre de la mise en œuvre du programme d’actions du gouvernement –PAG- et sur le démarrage de la construction de l’oléoduc Niger-Bénin par la CNPC pour atténuer, voire annuler, les effets d’une crise qui se prolongerait avec le Nigéria.

L’inflation est très modérée, largement en deçà des 3% qui constituent le plafond retenu dans les critères de convergence de l’UEMOA.  L’indice des prix à la consommation a ainsi enregistré en 2018 une hausse de 0,8% en moyenne annuelle. L’enquête de novembre 2019 fait ressortir une contraction des prix de 1% en moyenne annuelle même si la tendance de fin d’année est à la hausse (+1,8% en glissement annuel). Les perspectives pour 2020 restent cependant en faveur d’une faible augmentation des prix de l’ordre de 1% en moyenne sur l’année.

Politique budgétaire / équilibre financiers internes

Politique budgétaire

Le déficit budgétaire exprimé comme le solde global base engagements dons inclus poursuit sa réduction. Il s’établira en 2019 à 2,3% du PIB et tombera à 1,8% du PIB en 2020. Ce résultat est acquit grâce à la progression des recettes fiscales qui passent de 811,4 Mds XOF en 2018 à 935,6 Mds XOF et 2019 et sont attendues à 1030 Mds XOF en 2020 soit une progression escomptée de 27% en deux ans, nettement inférieures aux dépenses de fonctionnement (salaires, fournitures et transferts) qui ne progresseront sur la période 2018-2020 que de 10,2% passant de 731,8 Mds XOF à 806,9 Mds XOF. Après avoir stagné à 450 Mds XOF pendant deux exercices consécutifs, les allocations consacrées à l’investissement public sont revues à la hausse à 500 Mds XOF. Les prélèvements fiscaux restent cependant faibles en proportion du PIB (11,4% du PIB rebasé).

Situation de la dette

La dette publique béninoise à fin septembre 2019 s’établit à 3 734 Mds FCFA (5,7 Mds EUR) -environ 44% du PIB- dont 44,4% de dette interne -1 659,7 Mds FCFA soit 2,53 Mds EUR- et 55,6% de dette extérieure – 2074,3 Mds FCFA soit 3,16 Mds EUR-. Le reprofilage intervenu entre fin 2018 et début 2019 ainsi que l’émission d’un eurobond de 500 M EUR en mars dernier ont contribué à inverser le poids respectif de la dette interne et de la dette extérieure qui s’établissaient, fin 2018, respectivement à 53 et 47% pour une dette totale de 3252 Mds XOF (4,96 Mds EUR).

Publié le