Situation économique et financière

Structure de l’économie réelle et croissance économique
Structure de l’économie

Avec un PIB qui devrait avoir atteint, en 2020, 8814 Mds XOF (15,4 Mds USD) pour une population estimée à 12,1 millions d’habitants, le Bénin est entré dans la catégorie des pays à revenu intermédiaire (tranche inférieure)  avec PIB/habitant de 1250 USD. L’économie est tournée vers l’agriculture et les industries de transformation des produits issus de l’agriculture, secteurs largement centrés sur les deux produits d’exportation que sont le coton et l’anacarde et vers le commerce. Le secteur primaire représente 28,1% du PIB, le secteur secondaire 14,6% dont 6% pour les industries agroalimentaires et 4,4% pour le BTP, le secteur tertiaire 48,8% du PIB dont 13% pour le commerce et 9% pour le transport. Les exportations (498 Mds FCFA en 2019) sont très concentrées sur trois catégories de produits, à savoir le coton fibre (53% des exportations du pays), la noix de cajou (9% des exportations) et les oléagineux (4,7% des exportations).

L’indice de développement humain (0,52) reste faible et classe le Bénin, en 2019 comme en 2018, au 163ème rang mondial sur 189 pays. Le climat des affaires reste perfectible même si le Bénin a gagné 4 places lors de l’enquête « Doing Business 2020 » (149ième/190 au lieu de 153ième un an plus tôt).

Conjoncture économique

L’accélération de la croissance, sensible en 2018 puisqu’elle est passée en un an de +5,7% à +6,7% s’est poursuivie en 2019 avec un PIB en hausse de 6,9%, malgré la fermeture de la frontière nigériane depuis le 21 août 2019. En 2020, le Bénin a toutefois été confronté à deux chocs exogènes, celui de la crise avec le Nigéria qui perdure et celui de la pandémie de COVID 19. Les dernières projections font état d’un ralentissement l’activité qui resterait toutefois positive avec un taux de croissance du PIB de 2% et d’un rebond de 5% attendu en 2021. Si les secteurs portuaire, du transport, de l’hôtellerie-restauration ont été particulièrement touchés, le Bénin a pu compter sur la bonne tenue de la récolte cotonnière avec 715 000 T de coton-graine, en progression de 5,4% par rapport à l’exercice précédent, et sur les grands chantiers d’infrastructure dans le cadre du Programme d’actions du Gouvernement pour soutenir l’activité. 

L’inflation a connu en 2020 une accélération due en partie à la hausse des prix des produits agro-alimentaire. Après +0,8% en 2018 et -0,9% en 2019, elle devrait se situé à 3% en moyenne annuelle soit le plafond retenu dans les critères de convergence de l’UEMOA. La tendance 2021 devrait être orientée à un ralentissement de la hausse des prix avec l’anticipation d’une inflation de 2%, toujours en moyenne annuelle.

Politique budgétaire / équilibre financiers internes
Politique budgétaire

Le déficit budgétaire exprimé comme le solde global, base engagements dons inclus, a poursuivi sa décrue jusqu’en 2019. Il est tombé en 2019 à 0,5% du PIB et devait s’établir à 1,8% du PIB en 2020 avant d’être revu à 5,1% en raison de l’impact de la pandémie. Le gouvernement béninois affiche sa volonté de revenir à 3 % dès 2022.

La situation budgétaire de l’État s’est trouvée sous pression en 2020 en raison du double impact d’une baisse des revenus domestiques dus à la crise sanitaire (y compris les réductions fiscales temporaires) mais aussi à la crise nigériane et de dépenses accrues. Ce sont ainsi 200 Mds FCFA (environ 2,3 points de PIB) de recettes fiscales qui ne devraient pas être collectés par rapport à l’objectif de la LFI 2020. Parallèlement, les dépenses s’accroissent de 200 Mds XOF, à cause des charges additionnelles qui ont pesé sur le secteur de la santé, des transferts vers les populations vulnérables et vers les secteurs économiques touchés (par exemple subventions aux hôtels) mais aussi d’une accélération de l’investissement public, soutien de l’économie, dont les allocations sont passées de 500 à 556,8 Mds FCFA.

Situation de la dette

La dette publique béninoise à fin septembre 2020 s’établit à 4 290 Mds FCFA (6,5 Mds EUR) – 48,7% du PIB- dont 46,6% de dette interne -1997 Mds FCFA soit 3 Mds EUR- et 53,4% de dette extérieure – 2293 Mds FCFA soit 3,5 Mds EUR-. Le reprofilage intervenu entre fin 2018 et début 2019 ainsi que l’émission d’un eurobond de 500 M EUR en mars 2019 avait contribué à inverser le poids respectif de la dette interne et de la dette extérieure qui s’établissaient, fin 2018, respectivement à 53% et 47% pour une dette totale de 3252 Mds XOF (4,96 Mds EUR).

Publié le