Commerce extérieur du Bénin

Un déficit commercial en baisse pour la première année depuis trois ans

En 2018, le déficit commercial du Bénin a enregistré une baisse de 6,7% par rapport à l’année 2017, qui s’explique conjointement par un tassement des importations de 1,7% (passant de 1855 Mds XOF en 2017 à 1823 Mds XOF en 2018) et une hausse des exportations de 17,8% (passant de 382 Mds XOF en 2017 à 450 Mds XOF en 2018), qui s’explique par les réexportations (passant de 48 Mds XOF en 2017 à 76 Mds XOF en 2018) et la forte progression des expéditions de coton fibre. La baisse des importations est liée essentiellement au ralentissement des importations de riz. Le déficit commercial de 2018 reste toutefois supérieur à celui de 2016 (+3,9%), mais décroit pour la première fois depuis 2015.

Le riz, produit phare des importations

Les importations de riz sous toutes ses formes représentent 27,1% du total des achats béninois à l’étranger, à hauteur de 494 Mds XOF. Elles affichent toutefois un fléchissement entre 2017 et 2018, qui devrait s’accroitre en 2019 à cause du durcissement des contrôles des importations informelles de riz du Bénin vers le Nigéria. On rappellera en effet que la très grande majorité du riz mis en consommation sur le marché béninois repart en contrebande vers le Nigéria. Les carburants et lubrifiants arrivent en deuxième position, représentant 10,6% (194 Mds XOF) de la valeur totale des importations. L’huile de palme et ses dérivés sont le troisième poste d’importation en valeur avec 6,9% du total des importations (127 Mds XOF).

Les principaux fournisseurs du Bénin en 2018 étaient l'Inde (219 Mds XOF), la Thaïlande (191 Mds XOF) et le Togo (141 Mds XOF). Ces trois pays concentraient 30,6% de la valeur totale des biens achetés à l'extérieur. Le Togo se positionnait en troisième position en 2018 devant la Chine (144,6 Mds XOF) et la France (136,6 Mds XOF). Les importations provenant d’Inde et de Thaïlande concernent presque exclusivement l’achat de riz. En revanche, les importations du Bénin provenant du Togo regroupent un ensemble de biens plus diversifiés, dont l’énergie électrique, d'une valeur de 7,9 Mds XOF; l'huile de palme et ses dérivés, d'une valeur de 10,8 Mds XOF (15 714 tonnes) et le clinker d'un montant de 8,9 Mds XOF (224 166 tonnes).

Produits exportés et réexportés

On note une amélioration sensible des exportations y compris les réexportations (450 Mds XOF en 2018 contre 383 Mds XOF en 2017). Les ventes de produits béninois à l’étranger ont été poussées par les exportations de coton fibre (+21,2%), des noix de cajou brutes (+58,5%) et des oléagineux (+60,6%). Le coton fibre représente 54,8% de la valeur globale des exportations (246,7 Mds XOF), les noix de cajou brutes 15,7% (70,5 Mds XOF) et les oléagineux, 4,4% (19,7 Mds XOF)). Les premières destinations des exportations béninoises sont le Bangladesh (120 Mds XOF de biens exportés), l’Inde (74 Mds XOF) et le Vietnam (55 Mds XOF), totalisant à eux trois près de 55% de la valeur totale des exportations. Ces pays importent majoritairement le coton et les noix de cajou béninoises.

Les réexportations progressent de 59,4% passant de 48 Mds XOF en 2017 à 76,5 Mds XOF en 2018. Les trois principaux produits en 2018 étaient les turbines à gaz (25,9% de la valeur globale des réexportations, soit 19,8 Mds XOF), les carburants et lubrifiants (17,8%, soit 13,6 Mds XOF) et les tréfilés (7,1%, soit 5,4 Mds XOF). Formellement, l’Inde était en 2018 la première destination des réexportations béninoises, grâce, principalement, à la livraison des turbines à gaz, certainement en lien avec le démantèlement de la centrale électrique temporaire Aggreko.

Des données difficiles à exploiter en raison de la prépondérance du marché informel

Les importations enregistrées pour le Bénin donnent une image tronquée du potentiel de ce marché. En effet, les chiffres sont biaisés par les livraisons de marchandises (riz, viande congelée, …) en fait destinées au marché nigérian et qui ne peuvent faire l’objet d’aucun suivi statistique de réexportation.

Pour plus de détails, le lecteur pourra se référer au rapport de l’INSAE « Les échanges extérieurs du Bénin en 2018 » téléchargeable sur ce lien.

113

Publié le