IDE et présence française en Bulgarie en 2016

Les investissements étrangers jouent un rôle décisif dans l’économie bulgare, le stock d’IDE est évalué à 40 Md EUR fin 2016, soit 85 % du PIB. En 2016, les flux d’IDE ont diminué de 73 % et atteignent 0,6 Md EUR  (1,4 % du PIB). Les Pays-Bas, l’Autriche et la Grèce sont les trois premiers investisseurs en Bulgarie, détenant à eux seuls plus de 33 % du stock. La France est le 11ème investisseur en 2016, avec 2,8 % du stock d’IDE. La présence économique française en Bulgarie s’appuie sur plus de 200 entreprises, générant un chiffre d’affaires estimé à 1,9 Md EUR. Les principales sociétés françaises présentes en Bulgarie sont Société Générale, BNP Paribas, Total, Schneider Electric, Véolia, Air Liquide, Décathlon, Montupet, Renault, Saint Gobain et M. Bricolage.

Les firmes étrangères occupent une place significative dans l’activité économique en Bulgarie

Les investissements étrangers en Bulgarie sont importants, le stock total d’IDE cumulé en Bulgarie jusqu’en 2016 s’élève à 40 Md EUR selon la BNB, soit 85 % du PIB. La Bulgarie a bénéficié d’importants investissements avant la crise de 2008, le stock d’IDE ayant quadruplé entre 2004 et 2008 mais n’augmente que modestement depuis. Fin 2016, les principaux investisseurs en termes de stock d’IDE sont les Pays-Bas (1er avec 17 % de stock d’IDE), l’Autriche (2ème avec 10 %), la Grèce (3ème avec 6,5 %), l’Allemagne (4ème avec 6 %), et l’Italie (5ème avec 6 %).

Le stock d’IDE se répartit, fin 2016, entre les secteurs suivants : l’immobilier, l’industrie manufacturière et les activités financières et d’assurance avec chacun 17 % du stock suivi par le commerce à hauteur de 12 %.  Lukoil (société russe dont les investissements transitent par les Pays Bas) et AES Maritza Est I (Etats-Unis), sont parmi les plus grandes sociétés étrangères implantées en Bulgarie. A noter que les banques étrangères détiennent plus de 77 % des actifs bancaires en juin 2016.

Les flux d’IDE s’élèvent à 0,6 Md EUR, soit 1,4 % du PIB en 2016. Les principaux investisseurs en termes de flux ont été l’Autriche (31 % du total), la France (20 %) et l’Allemagne (18 %). Les secteurs ayant attiré le plus d’IDE ont été le commerce (29 % des flux), les activités financières (24 %) et la construction (17 %).

La présence française progresse de manière continue depuis 2010

Selon la BNB, fin 2016, le stock d’investissements français en Bulgarie s’élève à 1,1 Md EUR, faisant de la France le 11ème investisseur avec 2,8 % du stock. Le stock français a nettement augmenté par rapport à fin 2015 (978 M EUR).

La présence économique française en Bulgarie s’appuie sur plus de 200 entreprises employant plus de 16 000 personnes et générant un chiffre d’affaires estimé à 1,9 Md EUR. La Bulgarie accueille des industriels français de premier ordre, dont Schneider Electric, Saint Gobain, Montupet et Air liquide qui dispose de trois usines de production de gaz. Les activités de services couvrent un ensemble de métiers, notamment la banque et l’assurance (Société Générale et BNP Paribas), les services urbains (Veolia gère l’eau de la ville de Sofia et une partie du réseau chaleur de Varna), la distribution (M. Bricolage et Décathlon qui compte 6 implantations en Bulgarie), l’hôtellerie (le groupe Accor a ouvert un Novotel à Sofia et finalisé un projet d’Ibis).

A noter que le groupe Latécoère (équipementier de premier rang du groupe Airbus) construit actuellement une usine de production à Plovdiv. Par ailleurs, le groupe Total, présent depuis plusieurs années en Bulgarie dans le commerce de lubrifiants pour l’automobile et l’industrie, dispose depuis 2012, avec ses partenaires OMV et Repsol, d’un permis d’exploration-production d’hydrocarbures en mer Noire susceptible d’être renouvelé en 2018, suite à la découverte d’indices d’huile.

La Bulgarie dispose de plusieurs atouts pour attirer les investissements étrangers

Membre de l’Union européenne depuis 2007, la Bulgarie se caractérise par un taux d’imposition des entreprises faible (flat tax de 10 %) et un coût de la main d’œuvre parmi les moins élevés en Europe (fin 2016, le salaire brut mensuel moyen est de 491 EUR, d’après les données officielles). La Loi sur la promotion des investissements régule les conditions et les procédures d’investissement dans le pays. Les projets d’importance, titulaires de certificats délivrés par l’Agence pour les investissements (organisation gouvernementale rattachée au ministère de l’Economie), bénéficient du soutien prioritaire de l’Etat. La compagnie nationale « Zones industrielles », créée en 2009 pour améliorer le climat de l’investissement en Bulgarie et faciliter la réalisation des projets, gère actuellement trois zones industrielles (cinq autres étant en développement).

A noter que l’implantation de firmes étrangères pourrait être freinée par la situation sur le marché du travail. Les entreprises présentes peinent à recruter localement de la main-d’œuvre qualifiée qui a tendance à partir travailler à l’étranger. La corruption représente également une entrave à l’amélioration de l’environnement des affaires dans le pays.

 

Annexes IDE BG

Publié le