Commerce bilatéral France-Argentine

Echanges commerciaux bilatéraux en 2020

Les échanges commerciaux entre la France et l’Argentine connaissent deux dynamiques distinctes cette dernière décennie. Jusqu’en 2015, nos échanges enregistraient une tendance très nette à la progression, passant de 1,2 Md MEUR en 2009 à 1,73 Md en 2015, soit une hausse de 45,1% en sept ans. Dans un contexte où l’Argentine affichait une certaine croissance (1,69% en moyenne annuelle sur la période, malgré le trou d’air de 2009 – récession de 5,9% – dû à la crise des subprimes), et par ailleurs une surévaluation manifeste du peso, cette progression était au demeurant beaucoup plus marquée pour nos exportations (+89% à 1,29 Md en 2015), si bien que notre solde commercial progressait régulièrement, de 173 MEUR en 2009 à 853 en fin de période.

Toutefois, la fin du super-cycle des matières premières à partir de 2014/2015, et le fort ralentissement de la croissance qui en a résulté pour l’Argentine (une seule année de croissance en 2017 et une récession moyenne de 1,4% sur la période), ont conduit à un brusque renversement de tendance. Nos exportations s’affichent ainsi en repli chaque année depuis 2016 : la baisse atteint désormais 52,2%, nos exportations passant de 1,29 Md en 2015 à 616,5 MEUR en 2020, soit leur niveau le plus faible depuis au moins 10 ans.

Concernant le volume des échanges, il reste stable en 2020, autour de 1 Md EUR (+0,2 % sur un an), en dépit de la crise de la covid-19. 

Les exportations françaises à destination de l’Argentine affichent une relative résilience, en recul de seulement 2,6 % sur un an, pour s’établir à 616,5 MEUR. A titre de comparaison, les ventes françaises en Amérique latine baissent de 30,8 % (-29,9 % pour le Brésil) et de -15,9 % au niveau mondial. Le « matériel de transport », principal poste à l’export (29 % des ventes françaises), enregistre une croissance dynamique (+118 % sur un an) pour atteindre 180 MEUR. En revanche, les ventes d’« équipements mécaniques, matériel électrique, électronique et informatique », deuxième poste à l’export avec 102 MEUR, chutent lourdement (-45,2 % sur un an). De leur côté, les « produits pharmaceutiques » (87 MEUR) progressent de 2,8 % sur un an. 

Sur la période, les importations augmentent de 4,6 % pour s’établir à 417,2 MEUR. Les achats de « produits des industries agroalimentaires » (224 MEUR) et de « produits agricoles, sylvicoles, de la pêche et de l’aquaculture » (75 MEUR) augmentent de respectivement 4,4 % et 28,3 %. Ces deux postes représentent près des ¾ des importations de produits argentins en France. Bien qu’en diminution, le solde commercial reste en faveur de la France, à 199 MEUR en 2020, contre 234 MEUR un an plus tôt.

Avec une part de marché de 1,8% en 2020, la France est le 11ème fournisseur de l’Argentine. Elle occupe la 3ème place en Europe derrière l’Allemagne (4,7%) et l’Italie (2,4%). Au niveau de la région sud-américaine, l’Argentine est  le 4ème client de la France derrière le Brésil, le Mexique et le Chili. Au niveau mondial, l’Argentine est le 58ème client de la France, alors qu'elle était au 55ème rang en 2017. Concernant les achats à l'étranger de la France, l’Argentine est le 66efournisseur (70ème en 2019). L'Argentine est le 5ème  fournisseur en Amérique latine, derrière le Brésil, le Mexique, le Chili et le Pérou. 

Investissements directs étrangers

Selon les données de la Banque de France, le stock d’investissements directs français en Argentine s’élevait à 783 MEUR en 2019, contre 1,9 Md EUR en 2018 (soit une baisse de 58,8%). En 2019, l’Argentine n’était plus que le 6ème récipiendaire de nos IDE en Amérique latine, derrière le Brésil (27,7 Mds EUR), le Mexique (4,7 Mds EUR), le Chili (3,2 Mds EUR), le Venezuela (1,4 Md EUR – stocks historiquement élevé en raison des activités énergétiques) et la Colombie (1,2 Md EUR). 

Publié le