Relations commerciales bilatérales

Le commerce bilatéral entre la France et l’Angola, s’établie à 631 M€ en 2017.

Il est en diminution depuis 2014, suivant la tendance baissière du commerce extérieur angolais dû à la crise que connait le pays depuis la chute des prix du pétrole.

Alors que les importations françaises depuis l’Angola (principalement de pétrole), sont en recul à 328 M€, les exportations françaises vers le pays reprennent en 2017 (+17.9%) à 303 M€.

En 2016, la France est le 8e client de l’Angola, destination de 3.3% de ses exportations. La même année, la Chine absorbait 56% des exportations angolaises, viennent ensuite l’Inde (7%) et le Canada (4%).

Selon les premières données pour 2017, la France serait le 7e fournisseur de l’Angola, représentant 3.7% de ses importations. Le Portugal est le premier fournisseur avec (17.4%), viennent ensuite la Chine (15%) et les États-Unis (6.8%).

1. La France importe des hydrocarbures et du gaz Les hydrocarbures, qui représentent 95% des exportations totales de l’Angola, représentent 88% des importations françaises depuis ce pays en 2017. Les importations françaises de gaz naturel ont commencé en 2017 et représentant 11% du total de nos importations depuis l’Angola. En 2015, l’Angola était le 5ème fournisseur en hydrocarbures de la France, contribuant à hauteur de 7.58% de l’approvisionnement pétrolier de notre pays.

2. Les exportations françaises se composent :

- Pour 60% de biens d’équipements destinés principalement au secteur pétrolier. Il s’agit notamment de produits industriels, de produits métalliques et de produits mécaniques et électroniques

- Pour 21% de produits agricoles et agroalimentaires, tels que les céréales et la farine.

- Pour 19% de matériel de transport comprenant véhicules, navires et structures flottantes.

3. La balance commerciale de la France se rapproche de l’équilibre, avec un déficit de 25.7 M€ au profit de l’Angola.

Publié le