Commerce extérieur de l'Arménie en 2019

En 2019 les règlements douaniers de l’Union économique Eurasiatique (UEE) sont entrés partiellement en vigueur. Plusieurs effets concomitants se sont produits et resteront déterminants sur longue période : augmentation des droits de douanes (ex. voitures), augmentation des échanges au sein de l’UEE et les pays ayant des accords avec l’Union et dont les produits sont désormais plus compétitifs, tel l’Iran, pour qui l’impact est significatif. La balance des échanges, bien que fortement déficitaire, s’est améliorée, les exportations restant insuffisamment diversifiées.

 

L’Arménie connait un important déficit commercial, qui tend à se réduire. De l’ordre de 15% de PIB en 2018, il ressort à 13% de PIB en moyenne sur les trois premiers trimestres de l’année 2019.

Les échanges extérieurs de l’Arménie se sont contractés de 2% en 2019 passant de 7,23Mds$ à 7,39Mds$ en 2018. Cette baisse s’explique par une diminution de 3% des importations (4,83Mds$ en 2019 contre 4,97Mds$ en 2018) et dans une moindre mesure celle des exportations (-0,4% à 2,4Mds$ en 2019). Le solde, bien que restant fortement négatif (-2,43Mds$ en 2019), s’est amélioré de 134K$. L’évolution du taux de change de la devise nationale et des marchés mondiaux des matières premières expliquent principalement cette évolution. A noter de bonnes prévisions de croissance pour l’année 2020 (+5,1%), que devraient tirer les exportations, en particulier d’équipements.

 

Mise à part la Russie, la Suisse, la Chine, l’Allemagne et l’Iran figurent dans le TOP5 des pays partenaires. La Chine enregistre la plus forte croissance de ses échanges globaux avec l’Arménie (+17%) et l’Allemagne la plus forte baisse (-5,2%). Parmi le TOP5 des clients de l’Arménie en 2019, figurent la Russie suivie par la Suisse, la Bulgarie, l’Irak et la Chine. La Russie absorbe 28% du total des exportations arméniennes (671M $), la Suisse 17,2% (412M $), la Bulgarie 8,4% (201M$), Irak et Chine 6,7% chacun (160M$). L’Iran absorbe 3,2% (76M$) des ventes arméniennes alors que la Géorgie voisine seulement 2,6% (63M$). Quant aux principaux fournisseurs de l’Arménie en 2019, la Russie est suivie de la Chine, l’Allemagne, l’Iran et la Turquie. La Russie avec 27%, soit 1306M$ du total des importations est le premier fournisseur, la Chine a une part de marché de 13,8% (664M$), l'Allemagne de 6,6% (321M$), Iran de 5,9% (286M$), les USA et le Turquie ont 4,9% chacun, soit 238M$. Selon les statistiques arméniennes, la part de marché de la France est de 1,5% en 2019, contre 2,2% en 2018, en contraction de 33% à 73M$ de produits importés.

 

Tout en diminuant avec l'UE (part de l’UE dans le total des échanges de l’Arménie, passe de 25% en 2018 à 21,6% en 2019, soit 1,6Mds$ en 2019 contre 1,8Mds$ en 2018), la part des échanges avec l'UEE continue d'augmenter en 2019 (passant de 27% à 28,3%, soit 2,05Md$ contre 1,9Md$). Les produits en provenance des pays de l’UEE deviennent plus compétitifs.

 

Les exportations restent insuffisamment diversifiées bien que la part des produits agricoles transformés augmente de 5 points.

D’un point de vue sectoriel, les exportations de l’Arménie demeurent très dépendantes des activités d’extraction minière (cuivre en particulier) mais cette dépendance tend à se réduire : les exportations de produits miniers représentaient 42% des exportations en valeur en 2019 contre 61% en 2015. A contrario les secteurs de l’industrie et des biens de consommation ont vu leur poids dans les exportations progresser (11,5%). Ce sont les produits agricoles et agroindustriels qui augmentent le plus significativement, leur part représentant en 2019 30% contre 25% en 2018.

 

La Russie pourvoit à 90% des besoins en importations énergétiques de l’Arménie et lui garantit un prix du gaz avantageux de 180USD pour 1000 mètres cubes après augmentation du tarif de 15USD début 2019 et sans conséquence pour les consommateurs. Le tarif sera maintenu tel quel en 2020, pour un volume annuel de 2,5 milliards de mètres cubes.

 

L’insertion de l’Arménie dans les échanges internationaux devrait progresser dans les années qui viennent. L’Arménie a accédé à l’Union économique eurasiatique en 2015; elle bénéficie d’avantages tarifaires vis-à-vis de l’UE[1] et a conclu avec elle un Comprehensive and Enhanced Partnership Agreement (CEPA). Ces démarches doivent faciliter la diversification des échanges du point de vue sectoriel et géographique.

 

Le Gouvernement réformateur, est rentré en phase de « révolution économique » en 2019. Le programme économique gouvernemental (2019-2024) est résolument tourné du côté de l’offre productive (notamment à l’exportation) et de l’amélioration du climat des affaires, en particulier par le biais de la lutte anti-corruption. Cette politique économique vise, en stimulant l’investissement productif domestique et les investissements directs étrangers, à permettre une croissance de long terme solide et soutenable.

 

Evolution du commerce extérieur de l'Arménie depuis 2013

 

Les principaux clients de l'Arménie

Parts de marché des principaux fournisseurs de l'Arménie

 

 

Principaux biens exportés par l'Arménie en 2019

Source : Service national des statistiques arménien, dernières données disponibles



[1] L’Arménie bénéfice du GSP+ (Generalized Scheme of Preferences) en vertu duquel l’UE abolit ses droits de douanes sur près de 70% de ses lignes de produits, sous conditions, en particulier en matière de respect des droits de l’homme, de droit du travail, de respect de l’environnement.

Publié le