Commerce extérieur de l'Albanie en 2020

Sous l’effet de la crise sanitaire et économique, les échanges commerciaux ont diminué de - 7,5 % en 2020, les exportations (2,2 Mds EUR) et les importations (4,9 Mds EUR) s’étant respectivement contractées de -9,0 % et -6,8 %. Le déficit commercial, très élevé, s’est par conséquent réduit de -4,9 % pour s’établir à 20,3 % du PIB. Le pays importe de fait l’essentiel de ses besoins et exporte principalement des produits de l’habillement (38,3 % des exportations) et des minéraux (14,7 %). L’Italie demeure le principal partenaire commercial de l’Albanie, absorbant 45,4 % de ses exportations et représentant 25,1 % des importations. Les flux d’IDE ont baissé de -13,0 % en 2020 à 7,1 % du PIB. Les principaux détenteurs[1] du stock d’IDE (66,7 % du PIB) demeurent la Suisse (18,9 % du stock), les Pays-Bas (16,1 %), le Canada (12,8 %) et la Turquie (7,2 %).

1/ Le déficit courant s’est dégradé malgré une réduction du déficit commercial

 En 2020, le déficit commercial, élevé, s’est réduit de 0,6 pp pour atteindre 20,3 % du PIB (-333,3 Mds ALL, soit 2,7 Mds EUR), les exportations (16,6 % du PIB) et les importations (36,9 % du PIB) s’étant respectivement contractées de -9,0 % et de -6,8 % sous l’effet de la crise sanitaire et économique.

Malgré la diminution du déficit commercial, le déficit courant s’est dégradé de -1,6 pp, à 9,60 % du PIB, en raison notamment de la contraction des exportations nettes de services (-15,8 % en 2020).

L’important déficit de la balance commerciale des biens demeure partiellement compensé par :

  • D’importants flux nets de remises migratoires, estimés à 5,2 % du PIB en 2020 par la Banque mondiale (5,2 % en 2019), malgré des coûts de transfert élevés[2] ;
  • Le Dynamise des exportations nettes de services du pays (au premier rang desquelles le tourisme), malgré les restrictions de déplacement en 2020 [3]- avec un solde excédentaire réduit à 8,1 % du PIB en 2020 selon la Banque Mondiale (contre 9,3 % en 2019)
  • Les flux d'IDE entrants, de l'ordre de 7,1 % du PIB en 2020 (contre 7,9 % en 2019).
2/ L’Albanie, dépendante des importations, exporte des produits peu diversifiés

L’Albanie souffre de l’étroitesse de sa base productive, en témoigne son indice de complexité économique à -0,32[4] (76ème rang) : le pays continue d’importer l’essentiel de ses besoins[5] et ses exportations sont peu diversifiées.  

En 2020, la structure des importations albanaises demeure inchangée, avec, dans l’ordre :

  1. Machines, appareils mécaniques et électriques, chaudières (15,0 % ; -2,5 % en g.a.) ;
  2. Combustibles minéraux (8,4 % des importations ; -30,5 % en g.a.) ;
  3. Véhicules autres que ferroviaires et tramway (7,0 % ; -5,5 % en g.a.) ;
  4. Fer et acier (4,8 % ; +11,9 % en g.a.) ;
  5. Produits pharmaceutiques (4,2 % ; +4,0 % en g.a.).
Les produits de l’habillement demeurent les principaux produits exportés par l’Albanie (38,3 % des exportations ; -13,7 % en g.a.), notamment le textile (21,1 %), les chaussures (16,6 %) et autres cuirs (0,7 %). Au deuxième poste des exportations albanaises, on retrouve les produits minéraux (14,7 % ; -20,6 % en g.a.) : combustibles minéraux (8,5 %), minerais (3,0 %) et autres sels et soufres (3,2 %). L’Albanie exporte également du fer et de l’acier (7,8 % ; -16,2 % en g.a.).
3/ L’UE, notamment l’Italie, demeure son principal partenaire commercial
Pour mémoire, l’Albanie est membre de l’Accord de libre-échange centre-européen (ALECE). Le pays a également conclu un accord d’association et de stabilisation avec l’UE, des accords de libre-échange avec la Turquie, les Etats-Unis et l’Association européenne de libre-échange (AELE), ainsi que plusieurs accords bilatéraux de coopération économique et commerciale. Le 26 mars 2020, le Conseil européen a donné son aval au principe d’ouverture des négociations d’adhésion de l’Albanie à l’UE.

Les principaux partenaires commerciaux de l’Albanie sont les Etats membres de l’Union européenne (58,0 % des importations albanaises ; 74,7 % des exportations) et les pays de l’ALECE (7,5 % des importations ;15,5 % des exportations).

L’Italie reste, de loin, le premier fournisseur (25,1 % des importations) et client de l’Albanie (45,4 % des exportations). L’Albanie se fournit principalement en textiles (17,1 % des importations albanaises) et en machines et équipements électriques (16,8 %) auprès de l’Italie. Elle y exporte principalement des chaussures et des produits textiles (62,3 % des exportations). Parmi les Etats membres, sont également des partenaires commerciaux importants :

  • La Grèce : 3ème fournisseur (9,0 % des importations) et 5e client (4,9 % des exportations) ;
  • L’Allemagne : 5ème fournisseur (7,7 %) et 4e client (5,9 %) ;
  • La France : 8ème fournisseur (2,0 %) et 8e client (2,0 %).

La Turquie est le 2ème fournisseur (9,6 % des importations) et 15ème client (1,1 % des exportations) de l’Albanie.

A noter le recul de la Chine à la 4ème place des fournisseurs en 2020 (8,9 % des importations), compte tenu du ralentissement des importations albanaises (-9,5 % en g.a.), et à la 10ème place des clients (1,8 % des exportations ; -19,4 % en g.a.).
4/ Les flux d’IDE demeurent robustes en 2020

Un fort ralentissement des flux entrants d’IDE était attendu en 2020, compte tenu de la finalisation de projets énergétiques majeurs (centrale hydroélectrique sur la rivière Devoll et gazoduc TAP) et du ralentissement de l’économie mondiale. Les flux d’IDE ont in fine seulement diminué de -13,0 % en 2020, pour s’établir à 7,1 % du PIB, au delà des projections d’avril 2020 du FMI (5,8 % du PIB). 

Le stock d’IDE a poursuivi sa progression en 2020, pour s’établir à 8,8 Mds EUR au T4 2020 selon la Banque centrale (+8,2 % en g.a. ; 66,7 % du PIB). La Suisse (18,9 % du stock d’IDE au T4 2020), les Pays-Bas (16,1 %), le Canada (12,8 %), l’Italie (9,9 %) et la Turquie (7,2 %) demeurent les principaux investisseurs en Albanie. La Grèce, qui était le premier investisseur en Albanie jusqu’en 2017, figure désormais à la 8e place (6,0 % du stock), devant la France (3,8 % du stock). La méthode de l’investisseur intermédiaire tend à diminuer la part des pays investisseurs ultimes, tels que la Chine. Pour mémoire, l’entreprise Bankers Petroleum Ltd, originellement canadienne et produisant 95 % du pétrole brut albanais, a été rachetée en 2016 par le groupe chinois Geo-Jade Petroleum.

Les principaux secteurs récipiendaires demeurent l’énergie (29,9 % du stock d’IDE en 2020), l’industrie minière et extractive (14,2 %), les activités financières et d’assurance (12,8 %), le secteur de l’information et des communications (12,8 %) et l’industrie manufacturière (8,5 %).
 

Commerce extérieur de l’Albanie, M EUR :

im1

Source : Douanes albanaises

Principaux postes d’exportations et d’importations :

data

Source : Douanes albanaises

Principaux clients de l’Albanie, en % des exportations totales :

data

Source : Douanes albanaises

Principaux fournisseurs de l’Albanie, en % des importations totales :

data

Source : Douanes albanaises

Stocks et flux d'IDE en Albanie, M EUR :

data

Source : Banque Centrale (BoA)

Principaux pays investisseurs en fonction de la part du stock d’IDE :

data

Source : Banque Centrale (BoA)

Stocks d’IDE par activité :

data

Source : Banque Centrale (BoA)

[1] Selon la méthode de l’invstisseur intermédiaire

[2] Les coûts de transfert de remises migratoires de la Suisse vers l’Albanie (10,0 % au T1 2021) et du Royaume-Uni vers l’Albanie (10,1 %) sont parmi les plus élevés au monde.

[3] Selon le PRE 2021-2023, les recettes touristiques ont chuté de -55,3 % sur les 9 premiers mois de l’année 2020 en g.a..

[4] Selon l’Atlas of economic complexity du Growth Lab de l’université d’Harvard (2018). L’indice de complexité économique (ICE) mesure la diversité et la complexité des exportations d’un pays. Plus la structure des exportations d’un pays est complexe, plus son ICE est élevé. A titre de comparaison, la France avait en 2018 le 16e indice de complexité économique le plus élevé au monde, à 1,37.

[5] Le taux de couverture des importations par les exportations est limité à 44,9 % en 2020.

Publié le