IDE et présence française en Albanie en 2016

Le stock d’IDE en Albanie a augmenté en 2016 pour atteindre 4,7 Md EUR, soit 43 % du PIB. Les flux d’IDE se sont élevés à 1068 M EUR (9,7 % du PIB). La Grèce, les Pays-Bas et le Canada sont les trois premiers investisseurs en Albanie, détenant à eux seuls plus de la moitié du stock. La France est, quant à elle, le 11ème investisseur. Les principales sociétés françaises présentes sont la Société générale, Morpho et KLP Industries. Les investissements français devraient continuer de progresser, Technip et Spiecapag ayant remporté des contrats pour la construction du gazoduc TAP.

La hausse du stock d’IDE se poursuit grâce aux grands projets d’infrastructures

 

Selon la CNUCED, le stock d’IDE a continué d’augmenter en 2016 (+9 % après +35 % en 2015). Il ressort à 4,7 Md EUR, soit 43 % du PIB, un ratio encore relativement faible par rapport aux autres pays des Balkans. Pour la Banque d’Albanie, le stock d’IDE est supérieur, s’établissant à 5 Md EUR en 2015.

Selon la Banque centrale d’Albanie, la Grèce demeure le premier investisseur avec 25 % du stock d’IDE en 2015. Les entreprises grecques sont présentes dans des secteurs stratégiques tels que le secteur bancaire (trois banques grecques), les télécommunications (TELEKOM Albania), la santé (hôpital Hygeia) et l’industrie (Titan Cement, Alumil). Les Pays-Bas sont le 2ème investisseur en Albanie, représentant 14 % du stock d’IDE, avec notamment la présence du groupe pétrolier Shell. Le Canada est le 3ème investisseur avec 13 % du stock en 2015. Ce dernier pays voit néanmoins sa position se dégrader avec la cession à des investisseurs chinois de la société pétrolière Bankers Petroleum. L’Italie est le 4ème investisseur en Albanie (11 % du stock).

Les principaux secteurs récipiendaires d’IDE en 2015 sont l’information et la communication (1er avec 26 % du stock total d’IDE), les activités financières et d’assurance (2ème avec 17 %), l’électricité, gaz et eau (3ème avec 12 %), l’industrie extractive (12 %) et l’industrie manufacturière (11 %). Les principaux groupes étrangers présents sont Raiffeisen, Uniqa, Intesa Sanpaolo Bank, Vodafone, Statkraft, Calik Energy, Conad, Titan et Shell.

Les flux nets d’IDE se sont élevés à 1068 M EUR en 2016 selon la CNUCED, soit 9,7 % du PIB, et couvrent près de 80 % du déficit courant (12,1 % du PIB en 2016). Ils ont progressé à nouveau en 2016. Ces flux devraient croître significativement ces prochaines années en raison du projet Trans Adriatique Pipeline (TAP), de la construction de deux centrales hydroélectriques sur la rivière Devoll et de différents investissements programmés en matière d’infrastructures routières, ferroviaires et électriques ainsi que dans le tourisme.

Le stocke d’IDE français en Albanie reste majoritairement concentré dans le secteur financier

 

Selon la Banque de France, le stock d’IDE français en Albanie s’établit à 134 M EUR en 2016. Il a légèrement diminué par rapport à 2015 lorsqu’il s’élevait à 137 M EUR. Selon la Banque centrale d’Albanie, la France est le 11ème investisseur en Albanie en 2014.

Le secteur financier regroupe l’essentiel du stock d’IDE français en Albanie avec 62,7 M EUR, via la Société Générale (6 % du total des actifs bancaires du pays). Le Crédit Agricole a quitté le pays en octobre 2015. Le stock d’IDE français dans l’industrie manufacturière est nettement plus modeste : il ressort à 17,4 M EUR. Les principales entreprises françaises présentes en Albanie sont Morpho (Safran), KLP Industries et Schneider Electric. Spiecapag, filiale du groupe Vinci, a remporté en février 2016 un contrat de plus de 400 M EUR pour la pose du gazoduc TAP sur la partie terrestre du territoire albanais (215 km).

Les IDE en Albanie sont encadrés par une série de lois spécifiques

 

L’Albanie se caractérise par un coût de la main d’œuvre parmi les moins élevés en Europe avec un salaire minimum de 179 EUR en 2017. La loi sur les investissements étrangers a pour objectif de créer un climat favorable pour les investisseurs étrangers dans le pays. Aucune autorisation du gouvernement n’est nécessaire pour un investissement initial et aucun secteur n’est fermé aux investissements étrangers. Une nouvelle loi sur les partenariats public-privé réduit les délais et les procédures, garantissant la qualité des projets. La loi sur les investissements stratégiques, entrée en vigueur en janvier 2016, introduit des procédures administratives spéciales et des facilités fiscales, pour promouvoir et attirer les investissements domestiques et étrangers dans les secteurs définis comme stratégiques, à savoir l’énergie, les infrastructures, le tourisme, l’agriculture, les mines et les zones de développement économique.

L’Albanie se positionne en 58ème position dans le classement de la Banque mondiale Doing Business 2017, la Banque estimant qu’elle est performante au regard de la protection des investisseurs et du commerce transfrontalier. En revanche, des dysfonctionnements sont identifiés concernant le raccordement à l’électricité, l’exécution des contrats et l’obtention de permis de construire.

 

Annexes IDE ALB

Clause de non-responsabilité - Le service économique s’efforce de diffuser des informations exactes et à jour, et corrigera, dans la mesure du possible, les erreurs qui lui seront signalées. Toutefois, il ne peut en aucun cas être tenu responsable de l’utilisation et de l’interprétation de l’information contenue dans cette publication.

Publié le