Deuxième année consécutive de désinvestissement au Qatar, expliqué notamment par l'absence de nouveaux projets associant des partenaires étrangers dans les domaines de l'énergie et de l'industrie pétrochimique. Le Qatar a pris de nombreuses initiatives afin de renforcer et améliorer l'attractivité du pays. A contrario, le pays conserve des positions fortes à l'étranger, essentiellement via son fonds souverain.

D’après le dernier rapport de la CNUCED, le flux d’investissements directs étrangers (IDE) au Qatar a été négatif en 2019 à -2,3 Md$, pour la deuxième année consécutive. Ce désinvestissement s’explique par l’absence de nouveaux projets associant des partenaires étrangers dans les domaines de l’énergie et de l’industrie pétrochimique. L’augmentation des IDE et l’attractivité sont pourtant au cœur des priorités de la Qatar National Vision 2030, visant à la diversification de l’économie dans de nouveaux secteurs. Le Qatar a pris dans ce sens de nombreuses initiatives pouvant favoriser sur le moyen terme les investissements dans le pays. A contrario, le pays conserve un très important portefeuille  d'investissements à l’étranger, via son fonds souverain QIA et ses filiales, orientés de façon croissante vers l’Asie et les Etats-Unis.