Israël entretient de solides relations économiques avec la Chine qui est désormais l’un de ses principaux partenaires. Le gain d’un nombre significatif de grands contrats par des entreprises chinoises, notamment l’exploitation partielle des deux principaux ports commerciaux d’Israël, en est l’une des principales illustrations. Le renforcement des passerelles entre les deux écosystèmes de l’innovation traduit par ailleurs l’appétence de la Chine pour le savoir-faire israélien ainsi que l’attrait d’Israël pour le marché et les financements chinois. L’échec, très récent, de deux entreprises chinoises dans le cadre d’appels d’offres internationaux pour des projets d’infrastructures stratégiques tendrait cependant à démontrer une prise de conscience des israéliens quant aux risques que représente une trop grande proximité avec la Chine. Davantage encore que les pressions américaines, la signature, le 13 juillet dernier, d’un accord de coopération stratégique, sur 25 ans, entre la Chine et l’Iran pourrait bien mettre un terme aux ambitions de l’Empire du Milieu en Israël et se révéler être un changement de paradigme de la stratégie chinoise.