1. Principales caractéristiques des retraites en Hongrie

     

  • La part des dépenses de retraites et de prestations dans la richesse nationale représentait 9,7% du PIB en 2016, ce qui signifie 1,5 point de moins que la moyenne de l’Union européenne (11,2%).
  • En 2016, le rapport entre pension moyenne et salaire net moyen (taux de remplacement net) s’est élevé à 90%, soit 19% de plus que la moyenne de l’UE (71%). La Hongrie affiche le 6ème taux le plus élevé parmi les 28 Etats-membres.
    En 2017, le rapport de la pension moyenne au salaire moyen nominal par tête a été de 58,3%.
  • Seulement 10% des retraités perçoivent une retraite plus élevée que le salaire moyen (contre 13% en 2016). En 2017, un retraité a reçu en moyenne 66% du salaire moyen (contre 71,4% en 2014). Le taux de pauvreté chez les personnes âgées de 65 ans ou plus s’est élevé à 14,7 % en 2017, contre 13,4% pour l’ensemble de la population.
  • Les Hongrois prennent leur retraite plus tôt que la moyenne de l’UE. L’âge moyen de sortie du marché du travail est de 61 ans pour les femmes (contre 62,6 pour l’UE) et 62,5 ans (contre 63,4) pour les hommes en 2016.
  • L’espérance de vie à 65 ans en Hongrie est inférieure à la moyenne de l’UE (16,6 ans contre 19,7 en 2015), soit 14,5 ans pour les hommes et 18,2 pour les femmes.
  • Le taux d’emploi des seniors (55-64 ans) en Hongrie est de 51,7%. Les pays voisins, tels que la Slovaquie (52,95%) ou l’Autriche (51,27%) ont des résultats comparables, inférieurs à la moyenne de l’UE (57,05%).
  • En Hongrie, la part des personnes âgées de 65 ans ou plus dans la population totale est de 18,3% (contre 19,2% pour l’UE) en 2016.
  • A l’horizon 2070, le vieillissement de la population devrait être plus déterminant en Hongrie que dans l’ensemble de l’UE. Entre 2015 et 2070, le ratio de dépendance des personnes âgées devrait augmenter de 25,6 points contre 22,4 pour l’UE.
  • Il y a actuellement 312 Français retraités en Hongrie et 447 Hongrois retraités en France.

     

    Le système des retraites en Hongrie est fondé sur un seul pilier basé sur la répartition des cotisations des actifs entre les retraités.

     

    • Conditions d’ouverture des droits

      Conformément à la décision prise en 2009, l'âge légal de la retraite en Hongrie, auparavant fixé à 62 ans, augmente progressivement de 6 mois afin d'atteindre 65 ans pour les assurés nés à partir de 1957. En fonction de l'année de naissance, l'augmentation évolue comme suit :

      L'âge légal de la retraite en Hongrie

      En outre, 20 années d’activité sont exigées tant pour la pension liée à la rémunération que pour la pension minimum ; 15 années d’activité sont requises pour percevoir une pension partielle.

       

      • Calcul des prestations

      Le montant de la pension vieillesse obligatoire est exprimé sous la forme d'un pourcentage du revenu net mensuel moyen acquis depuis 1988 (après réévaluation), en fonction de la carrière contributive de l'assuré : 33 % pour les 10 premières années de cotisations, plus 2 % par année entre la 11-25ème année d'assurance. Ce taux augmente de 1% par année entre 25-36 ans, de 1,5% entre 37-40 ans et de 2% à partir de 40 ans ou plus d’activité.

      • Pension minimum

      Le montant minimum de la pension fixé par la loi, qui ne s'applique qu'à une pension exigeant au moins 20 ans d'activité, s'élève à 28 500 HUF (88 EUR) par mois en 2018 (une somme qui n’a pas changé depuis 2008). En pratique, dans la très grande majorité des cas, le montant des pensions vieillesse dépasse le montant minimum, ainsi en 2017 la moyenne des pensions s’est élevée à environ 124 343 HUF (383 EUR) (2 917 HUF de plus qu’en 2016). Ce montant moyen net est plus élevé pour les hommes (133 459 HUF) (411 EUR) que pour les femmes (117 886 HUF) (363 EUR). Si le montant du salaire de base de référence des cotisations est inférieur au montant minimum légal de la retraite, l'allocation sera égale à 100 % du montant du salaire moyen.

      Depuis 2013, il n’existe aucun montant maximum de la pension.

      • Retraite anticipée

         Depuis le 1er janvier 2011, les femmes, indépendamment de leur âge, justifiant d'au moins 40 années d’activité peuvent prendre leur retraite. Les périodes ouvrant des droits sont les suivantes : période d’activité rémunérée ou de versement de l’allocation de grossesse-accouchement, de l’allocation de garde de l’enfant, de l’allocation d’éducation ou l’allocation de soins.

         Depuis 2013, la possibilité d’un départ en retraite anticipée a été complétement éliminée, et les conditions d’obtention de la pension d’invalidité ont été considérablement renforcées. Avant cette date, la retraite anticipée offrait de généreuses options pour les personnes ayant exercé un emploi dangereux pour la santé, ou pour les artistes et les mineurs réalisant au moins 25 années d’activité

       

      • Retraite différée

        Il est possible de retarder la liquidation de la retraite liée à la rémunération. La pension est majorée de 0,5% par mois de report. Depuis le 1er janvier 2011, la revalorisation mensuelle est égale à 0,5% du revenu annuel perçu divisé par 12.

        Comparaison des revenus des actifs et des retraités