Accueil » Ressources » La direction générale du Trésor » Les services économiques à l'étranger » Grèce
 

Grèce

Ce pays est rattaché à la zone de compétence du site suivant : Italie

Pays d’une population de 10,8 millions d’habitants, la Grèce est entrée dans la Communauté Economique Européenne en 1981 et dans la zone euro en 2001. Economie de services (79% du PIB), elle bénéficie de recettes en balance courante, provenant de deux pôles d’activité où ses avantages comparatifs sont reconnus : le tourisme et la marine marchande, la flotte grecque étant leader mondial en termes de capacité de transports.

La Grèce reste un acteur modeste du commerce mondial. L’Union Européenne reste le principal débouché de la Grèce (55,7%). Le déficit commercial de la Grèce s’accroît de nouveau en 2016, à 17,8 Mds€. Cette dégradation est due principalement au dynamisme des importations hors produits pétroliers (+6,0% à 33,2 Mds€), pour partie sous l’effet d’acquisitions exceptionnelles de navires à la Corée du Sud. Dans le même temps, les exportations hors produits pétroliers continuent de croître, bien qu’à un rythme moins soutenu (+1,8% à 18,2 Mds€ en 2016, après +7,8% en 2015). Sur le plan géographique, les succès rencontrés à l’exportation sur les marchés voisins de Chypre et des Balkans (excédent de +1,8 Md€) ne peuvent compenser le lourd déficit vis-à-vis des pays de l’Union européenne (-9 Mds€). La France maintient son rang de 7e fournisseur de la Grèce et devient son 11e client (13e en 2015).

Après 10 années de croissance soutenue (4% en moyenne sur 1997/2007), tirée surtout par la consommation des ménages et les investissements publics, la Grèce traverse depuis 2008 une crise économique sans précédent, traduisant un effondrement du PIB de plus de 26% début 2016.

En mai 2010 et en novembre 2012, la Commission européenne, la BCE et le FMI ont mis en place deux plans d’aide à la Grèce, auxquels a succédé à l’été 2015, un 3ème programme de 86 Mrds € d’aides. En contrepartie ; le pays a dû assainir ses finances publiques et son secteur bancaire et mettre en œuvre un ensemble de réformes structurelles visant à moderniser l’Etat, singulièrement l’administration fiscale, lutter contre la corruption et la fraude, libéraliser l’économie afin de la rendre plus compétitive et plus attractive pour les investisseurs. L’objectif est in fine, de créer les conditions d’une croissance économique soutenable, tirée principalement par les exportations et l’investissement privé, de nature à permettre au pays de résorber un chômage aujourd’hui record, à 23% de la population active, et de rembourser un endettement public de 177% du PIB fin 2015.

La Grèce a adopté un impressionnant paquet de réformes structurelles, portant notamment sur le régime des retraites et la fiscalité, ainsi que certaines privatisations. L’activité économique qui avait enregistré en 2014, une légère reprise de 0,7%, s’est de nouveau contractée, de 0,3% en 2015 et de 0,3% en 2016. Bien que la situation financière du pays se soit améliorée, avec un excédent primaire de 3,9% du PIB en 2016 (dépassant largement l’objectif assigné de 0,5% PIB), ainsi qu’un excédent budgétaire de 0,7% PIB, la confiance des investisseurs reste très mesurée et le système bancaire encore affaibli.

Le Service économique de l’Ambassade (SE) fait partie du réseau international de la direction générale du Trésor et est chargé de l’analyse et de la veille sur les sujets économiques, financiers, et sur les politiques publiques sectorielles, notamment dans le cadre d’études comparatives internationales. Le SE est aussi l’une des composantes du dispositif d’appui au développement international de nos entreprises, incluant Business France, la Section grecque des Conseillers du Commerce Extérieur de la France (« CCEF »), la Chambre de Commerce et d’Industrie France Grèce. Le SE assure la coordination des différentes instances chargées de l’appui au développement international de nos entreprises, y compris les PME et les ETI. 

Ressources

  • Situation économique et financière de la Grèce - 24/07/2017

    Compte tenu du troisième plan d’aide, qui devrait s’achever en juillet 2018, portant sur un montant initial d’environ 86 Mrds € de prêts, la dette publique s’est élevée à 177,4% fin 2015, puis  augmenté à 179,7% du PIB fin 2016, à savoir au même n...