Accueil » Ressources » La direction générale du Trésor » Les services économiques à l'étranger » Territoires Palestiniens
 

Territoires Palestiniens

Ce pays est rattaché à la zone de compétence du site suivant : Liban

Carrefour de civilisations, territoire disputé, la Palestine est l'objet d'un conflit qui semble interminable entre l'État d'Israël et les Palestiniens.

Les Territoires palestiniens se composent de deux zones séparées par Israël, à savoir la Cisjordanie (5655 km²) qui comprend Jérusalem-Est (72 km²) et la Bande de Gaza (365 km²). Environ 5 millions de Palestiniens résident dans les Territoires palestiniens à fin 2016 (dont 3 millions en Cisjordanie et 1,9 million dans la Bande de Gaza). Cette population connait un accroissement naturel important (près de 3% par an) et se caractérise par sa jeunesse, 39% des Palestiniens ayant moins de 15 ans, et 69% moins de 30 ans (les 15-29 ans comptent pour 30% de la population). Les implantations israéliennes dans les Territoires et Jérusalem Est regroupent 650 000 personnes. En outre la diaspora compte plus de 7 millions de Palestiniens (plus 1,5 million en Israël), dont 3,4 millions de réfugiés principalement en Jordanie, Liban et Syrie. 5,6 millions résident dans les pays arabes (un peu plus de 3 millions en Jordanie, 400 000 au Liban, 630 000 en Syrie, plus de 500 000 dans les pays du Golfe dont 170 000 dans les EAU, 100 000 au Qatar et 80 000 au Koweït), et plus d’un million dans le reste du monde, dont 500 000 au Chili, 250 000 au Honduras, 255 000 aux Etats-Unis, 80 000 en Allemagne et 20 000 au Royaume-Uni.

La situation particulière des Territoires palestiniens, territoire occupé, divisé, aux conditions d’accès et de mouvements précaires, rend la survie économique des territoires largement dépendante de financements externes assurés par les transferts de la diaspora, les revenus des Palestiniens qui travaillent en Israël, ainsi que par un nombre important de bailleurs de fonds. Fin 2007, ceux-ci, réunis à Paris, s’étaient mobilisés en faveur de l’Autorité palestinienne et engagés, en contrepartie d’une gestion stricte de l’économie et des finances publiques, à fournir 7,7 milliards de dollars sur trois ans. Ce double objectif a été atteint et a permis, en assurant un taux de croissance élevé, de réduire la dépendance à l’aide budgétaire internationale. Toutefois depuis 2013, en l’absence de progrès dans le processus de paix, et en présence d’une réduction progressive de l’aide internationale, la tendance est à un ralentissement de la croissance.

L’économie des Territoires palestiniens est intimement liée aux situations politique et sécuritaire. Après le cycle vertueux (diminution des contraintes imposées par Israël / hausse de l’aide internationale / réformes structurelles de l’Autorité palestinienne - AP) conduisant à une forte croissance économique jusqu’en 2011, l’économie s’est fortement ralentie. Après avoir enregistré une récession due aux effets de l’opération « Bordure protectrice » à Gaza en 2014 (-0,2%, dont -15,1% dans la bande de Gaza), la croissance a rebondi en 2015 et 2016 (3,5% et 4,1%), portée notamment par les aides internationales destinées à la reconstruction. En 2017, la contraction du volume de ces aides s’est traduite par une baisse de l’activité et de la consommation. Les estimations pour l’année donnent une croissance inférieure à 3% en 2017.

En octobre 2017, le taux de chômage reste très élevé (29% de la population active ; 44% chez les 15-29 ans, plus de 60% dans la bande de Gaza). Pour 2017 le PIB par habitant est estimé à 2 892 USD. Malgré des progrès continus de consolidation budgétaire depuis 2007 et une baisse régulière de son déficit, la situation financière de l’AP reste critique et particulièrement sensible aux chocs. Fin 2011, 25,8% de la population vivait sous le seuil de pauvreté (17,8% en Cisjordanie et 38,8% à Gaza). Les Territoires palestiniens se situent au 114ème rang de l’indice du développement humain du PNUD en 2015.

Le Service économique de Jérusalem, établi au sein du Consulat Général de France à Jérusalem, sous l’autorité du Consul Général, est compétent pour l’ensemble des relations économiques et commerciales avec les Territoires palestiniens. La France y est présente au travers d’un effort important de coopération dans les domaines humanitaire, culturel, de développement et économique.

Dans la perspective de la création d’un Etat palestinien indépendant et viable, il est important que les entreprises françaises s’intéressent à un marché, modeste par sa taille, mais offrant de nombreuses opportunités tant à l’exportation que dans le domaine de l’investissement.

Ressources

  • Le commerce extérieur des Territoires palestiniens en 2016 - 07/11/2017

    En raison notamment des contraintes imposées par Israël, qui limitent fortement la circulation des biens et des personnes et nuisent à la compétitivité des entreprises palestiniennes, les échanges commerciaux des Territoires palestiniens (TP) sont...

  • Situation économique et financière palestinienne en novembre 2017 - 06/11/2017

    L’économie palestinienne est fortement contrainte par les restrictions découlant de l’occupation israélienne et les incertitudes liées au conflit israélo-palestinien qui nuisent à sa compétitivité. Le cycle vertueux enclenché par la Conférence de ...