Accueil » Ressources » La direction générale du Trésor » Les services économiques à l'étranger » Taiwan
 

Taiwan

Ce pays est rattaché à la zone de compétence du site suivant : Chine

Taïwan compte, avec la Corée du Sud, Hong-Kong et Singapour, parmi les quatre “dragons asiatiques” qui se sont industrialisés de façon accélérée pendant la deuxième moitié du XXème siècle et ont connu une croissance économique spectaculaire grâce au commerce extérieur. Avec 23 millions d’habitants et un PIB qui s’élevait en 2016 à 530 Md USD, Taïwan est aujourd’hui la 6ème économie en Asie et la 22ème économie mondiale (source Banque Mondiale) et est classé par le FMI dans le groupe des économies avancées. Sur le plan politique, Taïwan est une démocratie jeune mais mature. Après 8 années de gouvernement du président MA Ying-jeou (KMT - Kuo Ming Tang), l’élection de janvier 2016 a porté au pouvoir Mme TSAI Ing-weng (Democratic Progressive Party), entrée en fonction le 20 mai, deux  ans après un mouvement important de protestation de la jeunesse taïwanaise et de la société civile pour plus d’indépendance vis-à-vis de la Chine continentale (mouvement dit des tournesols). Taïwan souffre néanmoins d’une absence quasi-généralisée de reconnaissance officielle par la communauté internationale, et n’est pas membres des différentes instances des Nations-Unies par exemple.

Au sein de l’économie mondiale, et plus particulièrement en Asie, Taiwan est une plate-forme d’échanges et de production industrielle, avec des importations et des exportations qui malgré deux années difficiles liées au ralentissement de l’économie chinoise restent équivalentes en 2016 à respectivement 43% (230 Md USD) et 53% (280 Md USD) de son PIB. Taiwan est le 18ème exportateur mondial de biens selon l’OMC. La Chine continentale (y/c Hong-Kong) est le premier client de Taïwan, en absorbant près de 40% de ses exportations, devant l’Asie du sud-est (21%), les Etats-Unis (12%) et l’UE (9,5%). Depuis 2013, la Chine continentale (y/c Hong-Kong) est également devenue le premier fournisseur de Taïwan (20% de part de marché en 2016), suivi du Japon (18%), de l’Asie du sud-est (16%), de l’UE (12,5%) et des Etats-Unis (12%). La France est son 13ème fournisseur (2,04 Md EUR d’exportations françaises en 2016 selon les douanes françaises) et son 20ème client.

Taïwan compte parmi les leaders mondiaux dans le secteur de l’électronique et des technologies de l’information et de la communication (TIC), qui représentent ensemble 43% des exportations de l'île. La part de marché mondiale de Taïwan dans les cartes mères et les ordinateurs portables est par exemple proche de 90%, en incluant les produits fabriqués en Chine continentale par des entreprises taïwanaises. Les semi-conducteurs constituent l’industrie phare de ce secteur, grâce notamment aux leaders mondiaux TSMC et UMC. Taiwan reste également très présent dans les secteurs de la métallurgie, de la mécanique, de la plasturgie et de la chimie, même si ses positions sur ces secteurs traditionnels s’érodent.

Le rapprochement économique avec la Chine continentale constituait un axe central de la politique économique du gouvernement MA, concrétisé notamment par la mise en place de liaisons directes entre les deux rives (aériennes, maritimes et postales), par un accord permettant aux touristes chinois de visiter Taiwan en groupe ou en individuel (près de 4 millions de visiteurs chinois en 2015, mais ce nombre a chuté depuis suite à la mise en place de restrictions par le gouvernement chinois) et par la signature en 2010 d’un accord-cadre de coopération économique (ECFA) prévoyant la négociation de plusieurs accords économiques spécifiques (investissements, commerce des services, commerce des biens, règlement des différends). Toutefois, seul l’accord sur les investissements a été conclu et est entré en œuvre en février 2013, et les discussions ont été suspendues depuis le changement de gouvernement. Aucun progrès n’est à attendre dans ce domaine, le gouvernement taïwanais espérant simplement un statu quo. Dans le domaine financier, une série d'accords entre les deux rives, notamment entre les deux Banques centrales, ont permis l'ouverture de Taiwan au RMB offshore en 2013.

Le gouvernement taiwanais souhaite toujours rejoindre l’accord de partenariat transpacifique (TPP) ainsi que l’accord régional RCEP mais les perspectives sur ces deux volets restent incertaines. L’île participe en revanche aux négociations plurilatérales de l’OMC sur l'accord sur le commerce des services (TiSA, Trade in Services Agreement) et sur l’accord sur les biens environnementaux. Le gouvernement cherche à diversifier ses partenariats économiques, en priorité vers l'Asie du Sud-Est dans le cadre de la "New Southbound Policy", mais les progrès sont là encore entravés par la situation politique complexe de l’île.

Les IDE taïwanais restent aujourd'hui très fortement concentrés sur la Chine continentale, où l'on estime qu’ils représentent entre 150 et 200 Md USD, et dans une moindre mesure en Asie du sud-est (Vietnam notamment). Environ 80000 entreprises taïwanaises sont implantées en Chine continentale, où elles emploient 23 millions de salariés chinois, signe de l’imbrication des deux économies au sein de la zone asiatique. L’Union Européenne est pour sa part le premier investisseur étranger à Taïwan (41,3 Md USD en stock fin 2016).

 

Ressources

  • Le commerce extérieur de Taïwan en 2016 - 11/07/2017

    Le commerce extérieur de Taïwan a légèrement reculé en 2016 à 511 Md USD, soit -2,23% par rapport à l’année précédente. Bien que ce soit la première fois dans l’histoire de l’île que son commerce extérieur baisse deux années de suite, ce léger rec...