Accueil » Ressources » La direction générale du Trésor » Les services économiques à l'étranger » Singapour
 

Singapour

Depuis son indépendance en 1965, Singapour connaît une réussite exceptionnelle fondée sur une stratégie d’insertion dans les échanges commerciaux internationaux et une politique économique volontariste, destinée à préserver une attractivité avérée à l’égard des investisseurs étrangers.En moins d’un demi-siècle, les Singapouriens ont fait de leur cité un État prospère, stable politiquement et socialement, dont le PIB par habitant est le 4ème  le plus élevé au monde (mesuré en parité de pouvoir d’achat : 87 855 USD en 2016 selon le Fonds monétaire international).

La position stratégique de Singapour, au cœur de l’Asie du Sud-Est et à l’entrée du détroit de Malacca, en fait une plate-forme commerciale de rang mondial, dont l’économie très ouverte (taux d’ouverture commerciale de 115% du PIB en 2015) se caractérise par un poids élevé des réexportations (1/2 des exportations totales). Ses échanges sont majoritairement intra-asiatiques (76% des exportations en 2015, dont 12,6% vers la Chine), bien que les marchés des économies du G3 restent un débouché important (la zone euro, le Japon et les Etats-Unis attirent 21% de ses exportations).

L’économie singapourienne repose sur trois piliers :

Ventilation PIB singapourien par secteur 2016

Ces secteurs s’appuient sur la première place financière d’ASEAN (3ème marché mondial des activités de change, actifs du secteur bancaire équivalents à 575% du PIB), une dynamique commerciale étroitement liée à la fonction prééminente du port (2ème mondial, à l’origine de 7% du PIB) ainsi que sur un cadre règlementaire et fiscal attractif conforme aux normes internationales de référence. Singapour est ainsi le 2ème pays le plus compétitif au monde selon le Global Competitiveness Report2016-17 du Forum économique mondial, 2ème pays où il est le plus facile de faire des affaires d’après le Doing Business Banque Mondial en 2017.

La croissance a toutefois ralenti de 4,7% en 2013, à 3,3% en 2014 pour atteindre 2,0% en 2016, pour la 2nde année consécutive, un niveau comparable aux performances économiques des pays du G3. La forte intégration de Singapour dans les échanges internationaux la rend en effet vulnérable au ralentissement de l’économie mondiale, résultant de la croissance moins rapide en Chine et en Asie émergente qui se combine à l’atonie des économies européenne et japonaise. L’activité a été soutenue par une demande publique vigoureuse (+6,3% en ga en 2016 après +8% en 2015) alimentée par des contrats publics de grande envergure (autoroute Nord-Sud, développement du réseau de métro). La consommation privée n’a cependant contribué qu’à hauteur de 0,2 points de PIB en 2016 (après 1,6 pdp en 2015), contre 2,7 pdp pour les exportations nettes, et l’investissement privé continue de reculer (-0,7 pdp). La forte contribution des échanges commerciaux s’explique aussi par l’anémie persistante de la demande intérieure qui distingue l’économie mature de la cité-Etat des économies émergentes d’Asie du Sud-Est

Confrontées au tassement de la croissance, à une concurrence intra-asiatique grandissante, au vieillissement de la population et à la rareté de l’espace disponible, les autorités singapouriennes ont engagé le pays dans une stratégie de transformation pour orienter en priorité l’économie dans des activités à forte valeur ajoutée, tous secteurs d’activités confondus. De nombreuses agences nationales sont en conséquent mobilisées, en particulier dans le cadre du programme Smart Nation qui vise à faire de Singapour une ville intelligente et durable de référence. L’initiative SkillsFuture, pour sa part, favorise la formation tout au long de la vie d’une population amenée à travailler de plus en plus longtemps. L’externalisation de certaines activités, le développement et la mise en œuvre de solutions techniques permettant de réduire l’intensité en main d’œuvre constituent également l’une des priorités.

Avec une politique d’attractivité très efficace, une population relativement bien formée, un goût marqué pour la planification et des efforts en matière de R&D sans cesse croissants, Singapour dispose assurément de sérieux atouts pour pérenniser sa réussite économique et financière.

Le taux de croissance du PIB pour 2017 est anticipé entre 1,0% et 1,3% par la MAS. La persistance du ralentissement économique s’expliquerait principalement par un recul de la demande extérieure. La MAS anticipe par ailleurs un taux d’inflation moyen entre 0,5% et 1,5% en 2017.


Le Service économique régional de Singapour a pour principales missions :

-       le suivi des questions économiques et financières de Singapour et des pays de l’ASEAN

-       l’analyse des politiques sectorielles de Singapour et des pays de l’ASEAN

-       l’appui aux intérêts des entreprises françaises à Singapour et dans la région ASEAN

-       la publication régulière d’analyses des dynamiques économiques, financières et commerciales de l’ASEAN en coopération avec les Services économiques de la région (Brèves de l’ASEAN, Horizon ASEAN)

-       le développement et l’approfondissement de la relation bilatérale dans toutes ses composantes économiques, en coopération avec Business France, les Conseillers du commerce extérieur de la France (CCEF) et la Chambre de commerce et d’industrie (FCCS)

Ressources

  • Brèves de l'ASEAN semaine 28 (2017) - 14/07/2017

    Les fonds souverains singapouriens publient leurs résultats 2016 et poursuivent leur stratégie de diversification en Europe ; Réduction surprise des taux d’intérêts de la Banque centrale du Vietnam ; Interdiction définitive des exportations de sab...

  • Brèves de l’ASEAN semaine 27 (année 2017) - 14/07/2017

    Prise de participation de Temasek dans le producteur de malt Boortmalt, filiale d’Axereal ; Dialogue économique de haut niveau entre la France et la Thaïlande ; Le GAFI accepte la candidature de l’Indonésie

Singapour

Focus sur

Le commerce France-ASEAN en 2016 reste dynamique et confirme sa spécialisation

Les échanges commerciaux entre la France et l’ASEAN ont progressé pour la deuxième année consécutive, de 7,6% en 2016 après 6,5% en 2015. Cette augmentation s’explique par le rebond de nos ventes (+11...

- 17/03/2017

Les conclusions consensuelles du Comité sur l’économie du futur de Singapour

Après un an de travaux et de consultations tous azimuts, le Comité sur l’économie du futur (Committee on the Future Economy – CFE) vient de présenter son rapport dans lequel sont exposées sept grand...

- 21/02/2017

L’ASEAN, une région où le développement des infrastructures est un enjeu primordial

Le déficit des infrastructures physiques dans la région, en particulier depuis la crise financière asiatique de 1997, bride le potentiel de croissance des pays de l’ASEAN. Résultat, en premier lieu, n...

- 16/03/2016

Voir tous les Focus sur...