Accueil » Ressources » La direction générale du Trésor » Les services économiques à l'étranger » Pérou
 

Pérou

Les zones de compétences de ce site sont: Bolivie

Économie de taille moyenne avec un PIB de l’ordre de 200 Mds USD, le Pérou a connu une « décade dorée » entre 2003 et 2013 avec un taux de croissance annuel moyen de plus de 6%. L’activité économique a certes ralenti depuis 2014, en raison principalement du ralentissement chinois (premier client du Pérou) et de la baisse des prix des matières premières. L’économie péruvienne reste néanmoins l’une des plus dynamiques d’Amérique latine, avec une croissance du PIB de 3,9 % en 2016, fortement soutenue par le secteur minier (cuivre).

Les fondamentaux économiques du Pérou restent excellents, sa dette publique est bien gérée, elle ne s’élève qu’à 25 % du PIB fin 2016, ses réserves internationales sont importantes et représentent 20 mois d’importation. Le système financier est très solide, le pays dispose notamment de fonds de stabilisation qui représentent plus de 4% du PIB. Après que l’inflation a accéléré en 2015 à 4,4 %, soit nettement au-dessus de l’objectif de la banque centrale (1% à 3%), cette dernière a amorcé depuis septembre 2015 un cycle de hausse de son taux directeur qui est passé de 3,25 % à 4,25 %. La pression inflationniste, surtout imputable à la dégradation du taux de change et à la hausse des prix de certains produits alimentaires de base a baissé en 2016 et l’inflation a été ramenée à près de 3 %.

Le Président Pedro Pablo Kuczynski, intronisé fin juillet 2016, fonde sa politique économique sur une relance de l’investissement public, grands travaux d’infrastructures, avec comme secteur prioritaire l’eau et l’assainissement. D’ores et déjà sont parues des règlementations pour réformer le système d’investissement public, réduire la bureaucratie et améliorer l’efficacité de la passation des marchés publics.

Les relations économiques entre la France et le Pérou sont encore insuffisantes, eu égard aux opportunités offertes par ce pays. En 2015, les échanges commerciaux franco-péruviens ont atteint 680 M€ (+ 32 %). Nos exportations vers le Pérou connaissent actuellement une bonne dynamique puisqu’elles ont cru de 24 % en 2015 pour atteindre 250 M€ (FAB - source douanes françaises). Toutefois le niveau de nos exportations reste modeste, ce qui s’explique en bonne partie par l’absence de grands groupes français de distribution ou d’usines d’assemblage, et de l’approvisionnement du marché en produits ou marques français effectué majoritairement à partir de pays tiers.

Avec près de 80 filiales ou bureau de représentation d’entreprises françaises qui emploient environ        15 000 personnes, la France est le 16ème investisseur au Pérou (environ 1,5% du stock d’IDE), au 5ème rang des pays de l’UE. Les principaux secteurs d’investissement français sont les hydrocarbures, la génération électrique et les concessions routières. La présence française est aussi marquée dans le secteur de l’eau et de l’assainissement.

Ressources

  • Macroconsult prévoit une croissance de 1,9 % au T3 - 29/09/2017

    Cette projection, bien moins optimiste que celle de la BCR qui table sur 2,7%, se fonde sur un plus faible dynamisme du secteur primaire (+0,9% seulement), en particulier du fait d’un ralentissement de la croissance du secteur minier et de la pêch...