Accueil » Ressources » La direction générale du Trésor » Les services économiques à l'étranger » Niger
 

Niger

Ce pays est rattaché à la zone de compétence du site suivant : Côte d'Ivoire

Le Niger est un vaste pays d'Afrique de l'Ouest d’une superficie de 1,267 million km², enclavé entre l'Algérie, le Bénin, le Burkina Faso, le Tchad, la Libye, le Mali et le Nigeria. Il compte actuellement près de 21 millions d’habitants et affiche l’un des taux de croissance démographique les plus élevés au monde (3,9% par an).

L’économie nigérienne repose essentiellement sur le secteur primaire (42,3% en 2016) et le secteur tertiaire (36,3%). De son côté, le secteur secondaire (industriel) contribue pour 14,9% au Produit Intérieur Brut (PIB). Malgré cela, les secteurs minier et pétrolier continuent de jouer un rôle stratégique pour l’avenir du pays, principalement en termes de finances publiques.

En dépit des chocs sécuritaires et humanitaires, des prix de matières premières défavorables et de la baisse des échanges avec les pays voisins, les résultats macroéconomiques du Niger sont jugés satisfaisants dans l’ensemble, avec une croissance estimée à 5% en 2016, contre 4% en 2015 et 7,5% en 2014. Pour l'année 2017, le FMI prévoit une croissance de 4,5%, taux qui excède à peine le taux de croissance démographique de 3,9%.

A la fin du premier semestre 2017, le Niger est sur le point de finaliser l'élaboration de son Plan de Développement Economique et Social 2017-2021 (PDES II). Cet exercice de planification économique devrait constituer la première déclinaison quinquennale de la Stratégie de Développement Durable et de Croissance Inclusive (SDDCI) qui définit la vision du Niger à l’horizon 2035.

En 2016, les échanges franco-nigériens se sont effondrés : les exportations de la France vers le Niger ont diminué de -27,9% avec un volume de 128,9 MEUR (moyenne Afrique de l’Ouest à -12,6%), tandis que les importations de la France en provenance du Niger ont chuté de -55,5% avec un volume de 220,0 MEUR (moyenne Afrique de l’Ouest à -26,5%). En Afrique de l’Ouest (15 pays), le Nigeria (1.156,4 MEUR/-10,8%) reste le 1er client de la France devant la Côte d’Ivoire (1.073,4 MEUR/-3,0%) et le Sénégal (758,3 MEUR/-1,1%), alors que le Niger n’occupe que le 10ème rang. A l’échelle de l’Afrique subsaharienne (52 pays), le Niger est en 2016 le 23ème client de la France (128,9 M EUR), son 9ème fournisseur (220,0 MEUR) et son 5ème solde négatif (-91,1 MEUR).

Sur janvier-mai 2017, les échanges franco-nigériens ont repris des couleurs : les exportations de la France vers le Niger augmentent de +45,7% avec un volume de 78,3 MEUR (moyenne Afrique de l’Ouest à -7,4%), tandis que les importations de la France en provenance du Niger croissent de +15,8% avec un volume de 174,2 MEUR (moyenne Afrique de l’Ouest à +6,9%). A l’échelle subsaharienne (52 pays), le Niger remonte au 16ème rang des clients de la France (78,3 MEUR) et de 6ème fournisseur (174,2 M EUR), mais devient son 3ème solde négatif (-95,9 MEUR).

Les dernières élections présidentielles et législatives se sont déroulées entre le 21 février  (premier tour) et le 20 mars 2016 (deuxième tour). Le président sortant Mahamadou Issoufou a remporté les élections avec 48% des voix contre son opposant Hama Amadou et son 2ème mandat quinquennal court jusqu’en 2021.

Avec un taux de pauvreté de 48,9% et un revenu par habitant estimé à 370 € en 2017, le Niger est l’une des nations les plus pauvres du monde. En 2016, il se situait à l’avant-dernier rang du classement de l’indice de développement humain du Programme des Nations Unies pour le développement, occupant le 187ème rang sur 188 pays (juste devant la République centrafricaine). En revanche, le Niger a amélioré sa position dans le classement Doing Business mesurant la facilité de faire des affaires en passant de la 168ème place en 2015 à la 158ème rang en 2016 et à la 150ème en 2017 (sur 189 pays).

Fin septembre 2016, une délégation du MEDEF a réalisé la plus importante mission de ce type jamais venue à Niamey. Cette visite, constructive et réussie, confirme les attentes des Nigériens à l’égard du secteur privé et leurs très bonnes dispositions, assorties néanmoins de difficultés d’application dans un cadre macro-économique et sécuritaire toujours difficile…Un partenariat entre Business France et la Chambre de Commerce, d’Industrie et d’Artisanat du Niger (CCIAN) est en cours d’élaboration, pour venir appuyer les entreprises françaises s’intéressant au Niger.

SE Ouagadougou/Niamey, juillet 2017