Accueil » Ressources » La direction générale du Trésor » Les services économiques à l'étranger » Irlande
 

Irlande

Ce pays est rattaché à la zone de compétence du site suivant : Royaume-Uni

Présentation de l’économie irlandaise – site internet du service économique

Avec une population de 4,76 millions d’habitants et un PIB de  275 Mds€ en 2016, l’Irlande est l’archétype de la « petite économie ouverte ». Son modèle de développement se fonde sur le dynamisme de ses exportations et sur sa capacité à attirer les investissements directs étrangers (IDE), dont le stock en 2015 équivalait à environ 796 Mds €, soit trois fois son PIB. L’attractivité de l’Irlande se fonde en partie sur son régime fiscal, et notamment sur son taux d’impôt sur les sociétés à 12,5%. La main-d’œuvre irlandaise, qualifiée et anglophone, est un autre facteur du succès de l’Irlande auprès des investisseurs internationaux. En 2016, la croissance s’est établie à 5,1%, chiffre le plus élevé de l’Union européenne.

Le modèle économique irlandais actuel était déjà en place durant la période du « tigre celtique », qui a vu l’économie de l’Irlande converger avec les autres économies de la zone euro, grâce à des taux de croissance annuels compris entre 4,5% et 6,5%. Dès le début des années 2000, cependant, ce dynamisme conjugué au développement rapide du crédit a alimenté une bulle immobilière et une hausse généralisée des coûts et des salaires. En 2002 et 2007, le gouvernement a mené une politique budgétaire procyclique finançant les dépenses supplémentaires par des ressources fiscales non pérennes. L’éclatement de la bulle immobilière, vers la fin de l’année 2007, aggravé par le déclenchement de la crise financière mondiale en septembre 2008, a plongé l’Irlande dans une profonde récession, contractant son PIB de près de 20% en deux ans. Contrainte à restructurer et recapitaliser ses banques avec l’aide des institutions financières internationales, l’Irlande a également dû appliquer des mesures de consolidation budgétaire drastiques. (Voir le cadrage général pour plus d’information sur l’Histoire économique de l’Irlande)

Après deux ans de récession, l’économie irlandaise a renoué avec la croissance en 2010 et s’est rééquilibrée et renforcée en 2014. En 2015, la croissance réelle du PIB a atteint le niveau record de 26,3%. Ce chiffre souligne les spécificités de l’économie irlandaise, petite mais très ouverte aux investissements étrangers. En particulier, les opérations des multinationales, qui n’ont pas toujours de retombées réelles pour l’Irlande, créent des distorsions croissantes sur la comptabilité nationale (voir l’encadré de la fiche de cadrage général). Pour autant, l’assainissement et la reprise de l’économie locale sont tangibles : le taux de chômage est passé de 15,2% en janvier 2012 à 6,3% en juin 2017.

Après avoir dirigé le pays pendant six ans, Enda Kenny a démissionné du poste de Premier ministre en mai 2017. Léo Varadkar, issu du même parti, le Fine Gael, lui a succédé mais la situation politique demeure précaire : le gouvernement ne dispose toujours pas de majorité au Parlement. Par ailleurs, malgré le dynamisme de l’économie, le gouvernement doit répondre à de nombreux défis : la « crise du logement » résultant d’un déficit de l’offre immobilière, le taux toujours important de prêts non performants (14,8%) dans le bilan des banques, ainsi que l’exposition particulière de l’économie irlandaise au Brexit.

Les relations économiques entre la France et l’Irlande

Les échanges économiques entre la France et l’Irlande sont riches et variés, du fait de la proximité géographique d’une part et de l’implantation en Irlande du siège européen de nombreuses multinationales d’autre part. En 2016, la valeur du commerce bilatéral de marchandises s’élevait à 9,5 Mds€, la France étant le 7e client de l’Irlande et son 3e fournisseur. L’Irlande est également un important fournisseur de services pour la France, avec, notamment, des exportations de services informatiques à hauteur de 3,2 Mds€. Les investissements bilatéraux sont aussi conséquents, tant de l’Irlande vers la France (encours de 4,1 Mds€ en 2016) que de la France vers l’Irlande (20,8 Mds€). Près de 350 entreprises françaises disposent d’une implantation en Irlande.

Ressources

  • Éire Eco - Octobre 2017 - 09/10/2017

    Le PIB irlandais retrouve une croissance robuste au T2 2017 avec un taux de 1,4%. Bien que la situation du marché du travail s’améliore de façon structurelle en Irlande (6,1% en septembre), le taux de chômage des jeunes reste élevé (14,8%). L'ag...

  • Éire Eco - Septembre 2017 - 07/09/2017

    Forte croissance des salaires au deuxième trimestre 2017 (+2,2%), principalement stimulée par la croissance de l’emploi au premier trimestre 2017 (+3,5% en g.a.). Le PMI manufacturier s’établit en août à 56,1, son plus haut niveau depuis 2 ans. ...