Accueil » Ressources » La direction générale du Trésor » Les services économiques à l'étranger » Bolivie
 

Bolivie

Ce pays est rattaché à la zone de compétence du site suivant : Colombie, Pérou

Petite économie andine enclavée, la Bolivie a vu son PIB multiplié par trois en dix ans pour atteindre 33,2 Mds USD en 2015 pour 10,7 millions d’habitants, soit 3 100 USD par habitant, ce qui demeure néanmoins l’un des plus faibles d’Amérique latine. Si le niveau de pauvreté a fortement reculé, il demeure encore élevé (ramené de 60% en 2005 à 39% en 2015 et de 37% à 17% pour l’extrême pauvreté) et l’économie informelle qui représente environ 60% de l’activité économique et 65% de l’emploi ne se réduit pas.

L’économie bolivienne qui a profité de la période du « boom des matières premières »  reste solide en apparence, avec une croissance parmi les plus élevées d’Amérique latine (estimée autour de 4 % en 2016), une inflation sous contrôle (4 % en 2016) et une dette publique encore relativement peu élevée (43 % du PIB). Néanmoins le modèle économique bolivien est fondamentalement dépendant du niveau des cours pétroliers. La forte baisse des recettes d’exportation de gaz de la Bolivie (gros contrats de fourniture au Brésil et à l’Argentine) impacte ses comptes publics, ce qui se traduit par une forte dégradation de ses déficits budgétaire et courant.

La politique économique, de type socialiste, se fonde sur l’omniprésence du secteur public, un investissement public massif, notamment dans le cadre du plan quinquennal de développement économique (PDES) 2016-2020. Les entreprises publiques sont nombreuses et font très largement concurrence à un secteur privé peu considéré.

La compétitivité du pays est handicapée par un niveau de qualification insuffisant des salariés. Ainsi l’indice de compétitivité attribué par le Forum économique mondial (WEF) pour 2015-2016 place la Bolivie au 117ème rang sur 144 pays (105ème dans le classement précédent).

Les relations commerciales entre la France et la Bolivie sont très modestes : en 2016, les échanges commerciaux franco-boliviens se sont élevés à seulement 113 M EUR, dont 62 M EUR d’exportations françaises et 51 M EUR d’importations françaises. En revanche, le développement économique en cours et récent du pays nécessite de nombreux projets industriels et d’infrastructures. Nos entreprises peuvent se positionner dans certains domaines (ferroviaire, eau / assainissement, santé, agroalimentaire etc …).

La présence française est limitée en Bolivie. Les investissements français sont aujourd’hui quasi-exclusivement ceux du leader français du secteur des hydrocarbures auxquels il convient d’ajouter une dizaine d’implantations dans les secteurs de la mine, des services et de l’agroalimentaire.

Ressources

  • Hausse de l’endettement privé de 16,6% sur un an en octobre - 24/11/2017

    Selon l’Autorité de Supervision du Système Financier (ASFI), l’endettement privé s’est accru de 16,6% en termes nominaux sur un an en octobre. Le portefeuille de crédit s’établit ainsi à 18,3 Mds €. Les crédits aux ménages et aux entreprises se so...