Accueil » Ressources » Europe et international » Aide au développement
 

Stratégie française pour l'aide multilatérale 2017-2021

Le gouvernement a publié en avril 2017 sa stratégie pour l’aide au développement multilatérale, qui définit les priorités portées par la France dans les institutions multilatérales de développement.

 Celles-ci comprennent la Banque mondiale et les autres banques multilatérales de développement (BMD), les organisations onusiennes compétentes en matière de développement, les grands fonds thématiques intervenant par exemple sur le climat ou la santé (ex. Fonds vert pour le climat, Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme), ainsi que les institutions de l’Union européenne.

 Cette stratégie s’articule autour de 3 grands objectifs :

-          la France promeut un système multilatéral de développement œuvrant en priorité pour les plus vulnérables. A cet effet, la France encourage ses partenaires multilatéraux à définir des orientations stratégiques différenciées pour les pays les moins avancés (PMA) et à adapter davantage leurs stratégies d’intervention aux contextes de crise et de fragilité. L’égalité femmes-hommes, la prise en compte des défis rencontrés par les populations soumises aux risques climatiques sont également considérés par la France comme les leviers d’action essentiels d’une politique multilatérale au service des plus vulnérables ;

 -          la France œuvre pour un système multilatéral performant et adapté aux enjeux de l’Agenda 2030. Cet objectif est notamment porté par la promotion : d’une meilleure rationalisation du système multilatéral (réduction de la fragmentation, meilleure efficacité) ; d’un alignement stratégique des politiques multilatérales sur les objectifs de développement durable ; de partenariats multi-acteurs à l’échelle locale ; de modèles soutenables de financement du développement ; et un suivi rapproché de la performance des organisations multilatérales. A ce titre, la France contribue activement au MOPAN (réseau d’évaluation de la performance des organisations multilatérales), dans l’objectif de mutualiser les travaux d’évaluation mais également de réduire la pression exercée sur nos partenaires en matière de rapportage. Les résultats de ces évaluations sont communiqués aux services compétents afin d’alimenter les réflexions internes et le dialogue de nos services avec les organisations concernées ;

 -          la France promeut un système multilatéral cohérent avec la vision française d’un développement durable. Cet objectif se traduit par la promotion des priorités sectorielles françaises, par une meilleure articulation entre instruments bilatéraux et multilatéraux, par la promotion de l’expertise française et par la valorisation des acteurs français au sein des enceintes multilatérales. 

 


Publié le 05/09/2017