Accueil » Ressources » La direction générale du Trésor » Les services économiques à l'étranger » Argentine
 

Les grands projets d'ouvrage d'art en Argentine

Depuis son accession au pouvoir, le Président Macri a fait de l’amélioration des transports une priorité pour baisser les coûts logistiques et améliorer la compétitivité du pays. Outre la relance du fret ferroviaire avec le plan Belgrano, et l’amélioration de la connectivité aérienne, de grands projets de corridors terrestres sont planifiés. Plusieurs ouvrages d’art complexes seront nécessaires pour la réalisation de ces corridors. Les plus emblématiques visent le franchissement des Andes en direction du Chili, et des grands fleuves du Nord-est du pays. Parmi ces projets, le tunnel routier binational d’Agua Negra fait l’objet d’une pré-qualification et les appels d’offres pour les ponts Santa Fe-Paraná et Chaco-Corrientes devraient être lancés d’ici la fin de l’année.

Le tunnel routier d’Agua Negra vise à améliorer les liaisons terrestres avec le Chili

En dépit des 5150 km de frontière terrestre commune, la majorité des échanges commerciaux entre l’Argentine et le Chili s’effectue par la mer, qui représente environ 80% du fret entre les deux pays. Plusieurs projets routiers et ferroviaires sont envisagés afin d’améliorer les connexions terrestres entre les deux pays.

a.      Les pré-qualifications sont en cours pour le tunnel routier d’Agua Negra

Agua Negra est un projet de tunnel routier de 14 km entre le Chili et l’Argentine (à hauteur de la province de San Juan). Il permettrait un passage entre les deux pays à 4000 m d’altitude (contre 4800 m pour le passage actuel). L’ouvrage s’inscrit dans un ambitieux projet de corridor bio-océanique visant à relier les façades maritimes des deux continents en connectant Porto Alegre (Brésil) à Coquimbo (Chili). La BID est intéressée à co-financer l'ouvrage estimé à 1,4 Mds USD. Un appel à intérêt avait été lancé en 2013 avec la participation de 23 consortiums. Le processus est relancé depuis le 25 août 2016, les consortiums intéressés devant soumettre leur dossier avant mai 2017.

b.      Le tunnel routier de las Leñas constituerait une alternative directe au tunnel du Christ Rédempteur

Le principal passage terrestre entre l’Argentine et le Chili est situé sur l’axe Mendoza-Santiago. Le Paso Internacional Los Libertadores (aussi appelé tunnel du Christ Rédempteur), inauguré en 1980, est situé à 3200 m d’altitude. Ce tunnel de 3 km est souvent fermé durant l’hiver austral entre mai et octobre, en raison des importantes chutes de neige. Il arrive aujourd’hui à saturation et plusieurs alternatives à la voie du Christ Rédempteur ont été étudiées à partir de 1995. Le projet du tunnel Jean Paul II, d’une longueur de 27 km, situé à 20 km du passage actuel, a été rapidement écarté en raison de son coût. Les études menées par un consortium comprenant Scetauroute (aujourd’hui Egis) en 1998, ont permis d’identifier deux options : Las Pircas (19 km de tunnel) et Las Leñas (13 km). Cette dernière est aujourd’hui privilégiée par les autorités. D’un montant estimé à 1,2 Mds USD, cette option se situerait au sud de Santiago à 2260 m d’altitude, permettant au tunnel de rester ouvert toute l’année. L’Entité binationale tunnel Las Leñas (Ebileñas) a été officiellement créée en 2015 pour superviser le projet de construction des routes d’accès et du tunnel. Elle s’est réunie la première fois en août 2016.

c.       D’initiative privée, le tunnel ferroviaire du Corridor bio-océanique Aconcagua est aujourd’hui à l’arrêt

Le projet de tunnel ferroviaire Corridor bio-océanique Aconcagua provient d’une initiative privée d’un consortium mené par le groupe de travaux publics argentin Corporación América (groupe de la seconde fortune argentine Eduardo Eurnekian). Situé dans le secteur du tunnel du Christ Rédempteur, ce projet de 52 km de tunnel nécessiterait un investissement de 3 Mds USD. Déclaré d’intérêt national par les deux pays en 2008, les études de faisabilité ont été présentées en 2009. Le projet est aujourd’hui à l’arrêt, les autorités des deux pays ayant privilégié la réalisation du tunnel routier d’Agua Negra.

De nouveaux ponts doivent permettre de franchir les fleuves Paraná et Uruguay

a.      Les ponts Santa Fe-Paraná et Chaco-Corrientes constituent une priorité pour le gouvernement Macri

Il n’existe à l’heure actuelle que quatre ouvrages de franchissement sur les 900 km du fleuve Paraná en Argentine. Le gouvernement considère comme prioritaire la réalisation de deux nouveaux ponts sur ce fleuve.

(i) Le projet de pont entre Santa Fe et Paraná, datant de 1999, vise à désengorger le tunnel existant entre les deux villes. Le projet, estimé à 1,1 Md USD, comprend également la construction de la rocade la ville de Paraná. Le gouvernement souhaite lancer l’appel d’offres pour la réalisation des travaux au dernier trimestre 2017, pour une mise en service en 2019.

(ii) La construction du pont Chaco-Corrientes, pour environ 1 Md USD, vise à doubler le pont existant entre les villes de Resistencia et Corrientes. L’idée initiale date de 1992, et un premier appel d’offres avait été lancé par le gouvernement de Cristina Kirchner en 2015. Après une révision du projet, un nouvel appel d’offres est prévu fin 2017, pour une conclusion des travaux en 2020.

b.      L’amélioration de la connexion avec l’Uruguay passe par la construction de nouveaux ponts

Trois ponts connectent actuellement l’Argentine et l’Uruguay, le plus proche de Buenos Aires étant le pont Gualeguaychú-Fray Bentos situé à 230 km de la capitale. Le pont de Colon-Paysandú (à 320 km de Buenos Aires) et Concordia-Salto (425 km) complètent les passages entre les deux pays.

(i) Un projet de pont est à l’étude à l’extrême nord de la frontière entre les deux pays :mené par la Commission administratrice du Río Uruguay (CARU), le projet de pont relierait les villes de Monte Caseros à Bella Unión (Uruguay). Il vise à améliorer l’accès de la zone de triple frontière, la ville uruguayenne disposant déjà d’une connexion terrestre avec le Brésil. Si le Fonds pour la convergence structurelle du Mercosur (FOCEM) est évoqué, les sources de financement restent encore à déterminer pour cet investissement estimé à 250 M USD.

(ii) Les discussions autour d’un pont facilitant la connectivité entre Buenos Aires et l’Uruguay ont été relancées : le projet de pont d’environ 8 km relierait Zarate (à 90 km de Buenos Aires) à la ville uruguayenne de Nueva Palmira. Les autorités des deux pays doivent à présent s’accorder pour initier les études de faisabilité. Ce projet enterre définitivement le projet de pont de 40 km entre Buenos Aires et Colonia qui avait fait l’objet d’un accord entre les deux pays en 1991.

Carte : localisation des grands projets d'ouvrages d'art

Carte : localisation des grands projets d'ouvrages d'art

Commentaires : les projets d’amélioration de la connectivité terrestre du pays sont nombreux, mais le gouvernement est confronté à des ressources budgétaires limitées. Il est cependant déterminé à concrétiser à court terme un certain nombre de projets : le tunnel Agua Negra avec le Chili et les ponts nationaux Santa Fe-Parana et Chaco Corrientes.


Publié le 20/07/2017
Argentine

Focus sur

Le secteur bancaire argentin

Secoué par une série de crises financières et bancaires au cours des décennies précédentes, notamment celle  de 2001, durant laquelle les Argentins ont vécu l’expérience traumatisante du « corralito »...

- 04/10/2017

@FR_EcoArgentina

- 13/08/2017

L’écosystème du numérique en Argentine

L’Argentine est en phase de rattrapage dans la mise en place d’infrastructures et d’un cadre favorables au développement du numérique :

En 2016, l’Argentine était classée 89ème selon l’index NRI (Net...

- 18/07/2017

Voir tous les Focus sur...