Accueil » Ressources » Europe et international » Aide au développement » Budget de l'aide publique au développement
 

Réunion du Comité interministériel de la coopération internationale et du développement (CICID), 30/11/2016

Consulter la synthèse du relevé de décisions

Consulter l'annexe du relevé de décisions

Consulter le relevé de décision - version longue

Le Premier Ministre a réuni le 30 novembre 2016 le Comité interministériel de la coopération internationale et du développement (CICID), dont la Direction générale du Trésor assure le secrétariat, conjointement avec la Direction générale de la mondialisation du ministère des Affaires étrangères.

Il a été l’occasion de réaffirmer les grands objectifs de la politique française de développement, au premier rang desquels la lutte contre la pauvreté et les inégalités, ainsi que la priorité forte accordée à l’Afrique.

Il a confirmé la forte hausse des moyens financiers de l’aide publique au développement (APD) française dans le projet de loi de finances pour 2017, avec une progression de plus de 360 M€.

Il annonce également la création d’une facilité pour l’atténuation des vulnérabilités et la réponse aux crises, mise en œuvre par l’Agence française de développement (AFD) et dotée de 100 millions d’euros par an. Il a par ailleurs décidé de ré-abonder le Fonds d’expertise et d’échanges d’expériences (FEXTE), qui doit aider au montage de projets dans les économies en développement.

Le CICID a également fixé des objectifs de concentration de l’aide française, sur une liste actualisée de 17 PMA (pays les moins avancés) d’Afrique et à Haïti, qui recevront au moins la moitié de l’effort en subvention de l’Etat et les deux-tiers des subventions mises en œuvre par l’AFD. Par ailleurs, 75% de l’effort financier de l’Etat en subventions et en prêts (hors annulations de dette) et au moins 85% de celui de l’AFD seront consacrés à la zone Afrique et Méditerranée.

Enfin, le comité a validé l’adhésion de la France à l’initiative internationale pour la transparence de l’aide (IATI), pour une meilleure transparence et une plus large diffusion des données sur les projets financés par la France.

 

 

Crédit photo: © Dominic Chavez/World Bank


Publié le 02/12/2016