Accueil » Ressources » Publications et événements » Chiffres clés » Balance des paiements
 

Hausse du déficit commercial français au 1er semestre 2016

- Au 1er semestre, le déficit du commerce extérieur se dégrade légèrement, à 9,7 Md€ (biens et services), après 8,5 Md€ au 2ème semestre 2015. Cette détérioration est due à l’industrie et au négoce international, tandis que le solde s’améliore sur l’énergie et les services.

- Les exportations reculent, à la fois en valeur (-2,4%) et en volume (-0,1%).

- La dégradation de nos échanges hors énergie qui a débuté en 2013 s’est accélérée depuis l’automne 2015, sous l’effet de plusieurs facteurs. A l’export, ils incluent des retards d’approvisionnement d’Airbus, qui pèsent sur les livraisons de l’avionneur, les grèves dans les raffineries, qui ont pénalisé les exportations de produits pétroliers. Les impacts positifs de la dépréciation passée de l’euro commencent également à s’estomper. A l’import, plusieurs facteurs contribuent à dégrader le solde : rebond des importations de machines qui bénéficient actuellement du dispositif de suramortissement ; hausse des acquisitions de véhicules automobiles dans un contexte de reprise progressive de l’activité ; dynamisme des achats, notamment de composants, par l’industrie aéronautique.

- Au total, plusieurs prévisions (INSEE, Euler Hermès) tablent désormais sur une dégradation du déficit du commerce extérieur en 2016.

- Le semestre enregistre toutefois également des évolutions positives. La part de marché de la France dans le commerce mondial se maintient depuis 4 ans maintenant, à 3,5% sur les biens et services, à 3,1% sur les biens, alors qu’elle reculait continûment depuis le début des années 2000. Notre compétitivité-coût à l’exportation s'est améliorée depuis 2 ans, soutenue notamment par le Crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE) et le Pacte de responsabilité et de solidarité : elle est en hausse de près de 7% par rapport à nos concurrents de l’OCDE par rapport à début 2014 et l'écart avec l'Allemagne continue de se réduire

Matthias Fekl : « La priorité, c'est de simplifier l'environnement à l'export » - retrouver l’interview du Secrétaire d’État sur le site du Figaro 

Crédit illustration©Europa 2016


Publié le 06/08/2016