Le commerce de biens entre la France et Trinité et Tobago en 2018

Depuis 2010, le solde de la balance commerciale de la France vis-à-vis de Trinité et Tobago est déficitaire, s’établissant en 2018 à -181 M EUR. Les exportations de produits français vers Trinité et Tobago restent encore marginaux, s’établissant en 2018 à seulement 29 M EUR alors que les importations de produits trinidadiens demeurent stables, à 209M EUR.

Depuis 2010, le solde de la balance commercial de la France vis-à-vis de Trinité et Tobago reste déficitaire. En 2018, ce dernier s’établit à -181 M EUR, soit une diminution de 22,7% par rapport à 2017 (-234 M EUR). Alors que les exportations de produits français vers Trinité et Tobago avaient connu un boom en 2013 pour atteindre 148 M EUR, celles-ci n’ont cessé de diminuer depuis pour s’établir à 29 M EUR en 2018. Une diminution des exportations de 11,4% est observée par rapport à 2017 qui comptabilisaient pour cette année-là 32 M EUR. De la même manière, on enregistre une baisse des importations en provenance de Trinité et Tobago, de 21,4% par rapport à 2017 (total de 209 M EUR). Au sein de la zone des Caraïbes anglophones, Trinité et Tobago est notre 7ème client et notre 1er fournisseur. Au sein de l’ensemble de la région Amérique Latine et Caraïbes, Trinité et Tobago est notre 23ème client et notre 9ème fournisseur.

Les exportations de produits français vers Trinité et Tobago sont essentiellement portées par les « boissons alcoolisées distillées », qui ont connu une légère augmentation en 2018 (+3,2% ; 5,7 M EUR), les « carrosseries automobiles ; remorques et semi-remorques », avec une très forte augmentation (+133,3% ; 3,8 M EUR) se positionnant comme le 2ème poste d’exportations, alors qu’il n’était que le 4ème poste d’exportations en 2017 ; et enfin les « produits alimentaires », 3ème poste d’exportations (+22,9% ; 1,9 M EUR). Alors que les « moteurs, génératrices et transformateurs électriques » représentaient le 2ème poste des exportations françaises en 2017, ils ne sont plus que le 5ème poste en 2018, avec une diminution de 65,4% (+1,3 M EUR). La même tendance est observée concernant les exportations de « vin » qui ont diminué de 2,4% pour s’établir à 1,8 M EUR.

Certains produits, malgré une contribution réduite aux exportations françaises, enregistrent une forte progression en 2018, notamment les « produits du raffinage du pétrole » (940 K EUR en 2018 contre 38 K EUR en 2017). Ces exportations se placent en 2018, au 7ème rang des exportations françaises et correspondent essentiellement à l’exportation de lubrifiants. La même tendance est observée pour les « pompes et compresseurs » qui bien que faibles en valeur absolue (753 K EUR), augmentent de 507% par rapport à 2017.

En ce qui concerne les importations de produits trinidadiens, ces dernières restent encore importantes malgré une baisse de 21,4% pour s’établir à 209 M EUR. Les « produits chimiques organiques de base » restent le premier poste d’importations (84 M EUR), suivis des « produits du raffinage du pétrole » (deuxième poste d’importations, malgré également une baisse de 6,5%, à 59 M EUR). Les « engrais et composés azotés » représentent le 3ème poste d’importations et ont connu une diminution de 16,2% pour s’établir à 45 M EUR. Enfin le « gaz naturel, liquéfié ou gazeux » représente le 4ème grand poste d’importations avec 15 M EUR. Le secteur gazier est aujourd’hui le principal moteur de l’économie trinidadienne avec 3 producteurs majeurs BP, Shell et BHP.

Publié le