Les échanges commerciaux France - Mozambique

 - Après 10 années de progression tendancielle, les échanges franco-mozambicains (import + export) affichent un important reflux et s’établissent à 149,2 M€ (-37%). Du fait de l’effondrement de nos exportations, notre solde commercial avec le Mozambique devient déficitaire (-95,8 M€).

- La baisse de nos exportations (-81%) s’explique par la fin des livraisons de navires et de médicaments qui représentaient 77% de nos ventes en 2016. Nos importations sont en revanche soutenues (+30%) mais restent concentrées sur l’aluminium, la joaillerie/bijouterie et la houille (92% de nos achats).

- Le Mozambique reste un partenaire modeste de la France mais suscite de forts espoirs pour le futur.

 

1. Après 10 années de progression tendancielle, les échanges franco-mozambicains sont en fort reflux en 2017. La solde de ces échanges devient défavorable à la France.

Alors qu’ils marquaient une progression tendancielle depuis 10 ans, les échanges de la France avec le Mozambique sont revenus à leur niveau de 2012. Après le léger reflux constaté entre 2015 et 2016 (-0,6%), les échanges commerciaux franco-mozambicains ont fortement reculé (-37%) pour s’établir à 149,2.M€. Cette évolution s’explique uniquement par l’effondrement de nos exportations (-81%). Les livraisons de navires et de structures flottantes et de préparations pharmaceutiques, auparavant nos principaux postes d’exportations (77% de nos ventes) ayant pris fin l’année dernière, nos exportations sont ramenées à 26,6 M€. en 2017 (après 142 M€ en 2016), leur plus bas niveau depuis 2008.

 Le Mozambique reste un partenaire commercial de la France très modeste (0,005% de ses exportations et 0,02% de ses importations), ce qu’il convient de mettre en parallèle avec l’étroitesse de son économie (PIB de 13 Md $ en 2017) et de sa relative pauvreté (PIB d’environ 470 $/hab.)

 

2. Les échanges franco-mozambicains 2017 sont très déséquilibrés au profit du Mozambique.

 Favorables à la France depuis 2014, les relations commerciales franco-mozambicaines deviennent fortement bénéficiaires en faveur du Mozambique qui dégage un excédent record de 95 M€.

 Le niveau de nos exportations est revenu à un niveau très modeste (26,7 M€) :

 - L’effondrement de nos principaux postes de ventes a entrainé une forte réduction de nos exportations : les exportations de préparations pharmaceutiques (58 M€ en 2017) et celles de navires et structures flottantes (52 M€) sont ramenées à leur plus simple expression et ne sont pas compensées par la vente d’autres produits.

- Les exportations françaises vers le Mozambique sont donc réduites à 26,7 M€ et ventilées entre principalement une dizaine de produits : matériels électriques (4,5 M€), malt (2,5 M€), équipements de communication (2,4 M€), machines pour l’industrie agroalimentaire (2,1 M€) et piles et accumulateurs électriques (0,9 M€).

 

Nos importations sont soutenues (+30%) mais restent toujours concentrées sur l’aluminium, la joaillerie/bijouterie et la houille qui représentent 92% de nos achats :

 - L’aluminium issu des fonderies de la société Mozal – un des plus grands investissements étrangers au Mozambique - représente depuis plusieurs années un poste d’importation majeur de la France. La baisse des cours qui a touché cette commodité a eu un impact sur la valeur des ventes mozambicaines, qui après un record de 53,5 M€ en 2015 s’établissent à 26,5 M€ en 2017.

- Poste habituel d’importation, les achats d’articles de joaillerie et de bijouterie  s’établissent à 37,6 M€ en 2017.

- Les importations de houille sont multipliées par 4 en un an pour atteindre 48,4 M€ ce qui est sans doute le reflet de la hausse des cours dans l’industrie charbonnière.

Nos autres postes d’importations portent sur l’achat de produits des IAA et/ou des produits agricoles, sylvicoles, de la pêche et de l’aquaculture, mais à des niveaux anecdotiques.

 

 

Commentaire :

 Très modeste et sans doute impactées par la situation économique au Mozambique, les exportations françaises sont ramenées à un niveau historiquement bas comparable à celui de 2008. Les flux commerciaux franco-mozambicains seront cependant amenés à se renforcer et se diversifier à moyenne échéance, tout particulièrement si l’émergence du Mozambique en tant que grand exportateur de gaz se concrétise.

 

Annexe 1 : Evolution des échanges commerciaux franco-mozambicains.

 

 

 

 

 

 

 

Annexe 2 : principaux postes d’importation et d’exportation de la France.

 

  • Principales importions

 

 

2016

2017

 

 

 

Houille

12 174 656 

48 359 902 

Articles de joaillerie et bijouterie

30 197 024 

37 560 739 

Aluminium

44 661 844 

26 525 965 

Autres minerais métalliques

3 704 184 

3 481 193 

Préparations et conserves à base de poisson et de produits de la pêche

1 668 364 

3 236 546 

Tabac brut

16 038 

647 135 

Fruits à pépins et à noyau

370 701 

547 461 

TOTAL (EUROS)

94 240 366 

122 491 591 

 

 

  • Principales exportations

 

2016

2017

Autres matériels électriques

3 131 722 

4 448 791 

Malt

3 135 812 

2 503 448 

équipements de communication

1 117 268 

2 412 019 

Machines pour l'industrie agroalimentaire

4 886 651 

2 114 150 

Piles et accumulateurs électriques

321 421 

909 352 

Autres vêtements de dessus

813 407 

885 352 

Équipements aérauliques et frigorifiques industriels

92 724 

820 890 

Plats préparés

18 

806 193 

Machines pour l'extraction ou la construction

1 161 739 

777 124 

Ordinateurs et équipements périphériques

118 957 

774 013 

Autres produits minéraux non métalliques n.c.a.

2 805 766 

709 732 

Matériel de distribution et de commande électrique

1 387 724 

418 009 

Préparations pharmaceutiques

58 003 669 

126 766 

Navires et structures flottantes

52 046 239 

75 696 

TOTAL

142 328 251 

26 656 940 

 

 

Publié le