Après avoir atteint un niveau record en 2015, nos exportations vers les Territoires palestiniens (TP) ont, selon les Douanes françaises, diminué en 2016 et 2017, pour atteindre finalement 13,2 M€, et nos importations de produits palestiniens ont progressé (à 2,85 M€). Malgré des opportunités réelles, la faiblesse des volumes enregistrés s’explique par la faible compétitivité palestinienne et les difficultés d’accès en raison des contraintes imposées par l’occupation israélienne, la taille du marché palestinien, et la sous-estimation des flux réels par les statistiques douanières tant françaises que palestiniennes. Nos ventes et excédent commercial avec les TP sont en réalité plus importants que ce que montrent les chiffres officiels, du fait d’un flux transitant via Israël non comptabilisé dans sa totalité.