Le marché de l’électricité en Hongrie se caractérise avant tout par des capacités de production en baisse et insuffisantes par rapport à la demande, qui progresse. A l’instar du marché du gaz, la Hongrie présente une forte dépendance aux importations d’électricité, provenant essentiellement du nord du pays (Ukraine, Slovaquie, Autriche) qui lui permettent de combler le différentiel entre la production et la consommation. Le nucléaire, le charbon et le gaz sont les principales sources d’électricité, mais les centrales du pays sont vieillissantes et confrontent d’autant plus le pays aux limites de son indépendance énergétique, malgré l’essor récent de l’énergie solaire. Du fait de l’instauration d’un marché universel de l’électricité aux prix régulés par le gouvernement, le coût de l’électricité pour les consommateurs est un des plus faibles d’Europe. Les enjeux primordiaux pour la Hongrie se situent donc au croisement de sa sécurité électrique et de son indépendance énergétique.

1. Etat des lieux de l’offre et la demande

1.1) Les capacités de production sont en diminution constante…

Consommation et production

 

Le total des capacités installées en Hongrie est d’environ 8500 MW. La capacité de production d’électricité décroît progres-sivement, principalement en raison de l’ancienneté des centrales existantes.

En termes de capacité installée, les grandes centrales (+50 MW) représentent 81,7% du nombre total d’installations, contre 18,3% de petites centrales. 

 

En 2016 la production brute s’élevait à 31,3 TWh, un chiffre qui ne cesse de diminuer depuis 2009-2010. La majorité de l’électricité provient du nucléaire (plus de 50%), via l’unique centrale du pays Paks, qui représente à elle seule une capacité de 2400 MW. Le charbon et le gaz naturel constituent respectivement les deuxième et troisième sources de production d’électricité (19% et 17%).

1.2) ...Tandis que la consommation ne devrait pas cesser d’augmenter

Si la production est en baisse, la consommation en revanche ne cesse d’augmenter jusqu’à atteindre environ 40 TWh en 2016. De manière générale, la consommation a augmenté continuellement depuis les années 1970 en dépit de quelques épisodes de baisse ponctuels, selon la situation économique du pays. Entre 2005 et 2015, la consommation a augmenté d’environ 5% malgré une baisse notable en 2009, et tend désormais à se stabiliser.

Les secteurs les plus consommateurs sont l’industrie (41% en 2015) et au sein de celle-ci, particulièrement le secteur pétrochimique, la machinerie et l’industrie alimentaire et du tabac. Le deuxième plus gros consommateur est le secteur résidentiel (29% en 2015). Depuis 2005, la consommation résidentielle tend à diminuer après plusieurs décennies d’augmentation, mais dans des proportions moindres (-2% sur 2005-2015).  Enfin, la consommation du secteur commercial et des services publics (24% en 2015) a enregistré une diminution de près de 20% entre 2005 et 2015 (ce chiffre doit néanmoins être relativisé, en raison d’un changement de la méthodologie statistique des autorités). Les transports et l’énergie représentent environ 3% chacun de la consommation totale d’électricité. Le secteur énergétique a connu une chute de sa consommation de 64% sur 2005-2015 tandis que celle des transports a augmenté de 6% sur cette période.

2) Une situation qui fragilise la sécurité énergétique du pays dans un contexte de dépendance aux pays voisins          

2.1) Le gouvernement met l’accent sur la diversification des sources d’énergie      

Face à cet état des lieux qui fait courir à la Hongrie un risque de dépendance énergétique accru, le gouvernement a positionné la sécurité énergétique comme pilier prioritaire de la stratégie du pays. En effet, l’écart entre l’offre et la demande risque de se creuser encore à l’avenir : la Hongrie est de plus en plus confrontée au vieillissement de ses centrales et à leur baisse de compétitivité, en premier lieu la centrale nucléaire de Paks, qui va faire l’objet d’une extension via l’ajout de deux nouveaux réacteurs (VVER), qui devraient être opérationnels en 2027 au plus tôt. Les centrales à gaz, majoritaires, sont elles aussi vieillissantes.

Il en résulte qu’à l’horizon 2030, le gestionnaire de réseau (MAVIR) prévoit que sur les 8500 MW actuels installés, seulement 4887 MW de cette capacité demeureront en opération.

Pour pallier ce problème, le gouvernement promeut désormais de plus en plus l’usage des énergies renouvelables. La part de celles-ci dans le mix électrique est passée de 2,3% en 2004 à 7,2% en 2016. La biomasse est l’énergie renouvelable la plus utilisée (représentant environ la moitié  de la part des ENR utilisée) mais ces dernières années, le solaire connaît un essor massif et les leaders énergétiques du pays (MOL, MVM) ont commencé la construction de centrales importantes. Alors que la part du solaire au sein des ENR dans le mix électrique était encore de 0% en 2010, elle est désormais de 6,3% (2016).

2.2) Un réseau électrique bien interconnecté dans la région

La Hongrie est interconnectée à 6 pays : l’Autriche, la Slovaquie, l’Ukraine, la Croatie, la Serbie et la Roumanie. Le réseau est relativement bien développé, les capacités d’interconnexion les plus importantes se situent à la frontière avec l’Ukraine et avec la Slovaquie. Manque encore l’interconnexion avec la Slovénie, en cours, dont les travaux sont achevés, côté hongrois, mais prennent du retard côté slovène. L’interconnexion avec la Slovaquie devrait être encore développée d’ici 2020, pour y inclure une nouvelle ligne de 400 kV.

En novembre 2014 fut instauré le couplage de 4 marchés (4M market coupling) : Roumanie, République tchèque, Slovaquie et Hongrie. Celui-ci a permis une convergence progressive des prix du marché dans la région mais aussi une utilisation plus optimale des capacités d’interconnexion entre les pays.

 

Importations exportations

En 2016, les importations s’élevaient à 17 964 GWH tandis que les exportations s’élevaient à 5 239 GWH. En raison du différentiel production/demande, la Hongrie a un recours significatif aux importations, bien supérieures aux exportations. Les importations proviennent du nord-est du pays, majoritairement de Slovaquie, d’Ukraine et d’Autriche, tandis que les exportations se dirigent davantage vers le sud-ouest du pays, vers la Serbie, Roumanie et Croatie.

 

En conséquence du déclin de la production domestique d’électricité, les importations sont en augmentation depuis 2004 (+70% sur 2004-2016), avec un net déclin entre 2006 et 2010. Elles tendent néanmoins à se stabiliser, voire diminuer légèrement depuis 2014.

3) Structure du marché électrique

3.1) Un marché dual

Le Ministère du Développement National est l’autorité compétente pour tous les sujets relatifs au marché de l’électricité, tandis que l’Autorité de Régulation (HEA) est responsable des licences, de la supervision, de la régulation des prix et de la tarification d’accès au réseau dans le secteur électrique. L’opérateur public (TSO) est MAVIR, en charge du réseau de transmission tandis que 6 opérateurs privés étrangers se partagent le réseau de distribution (3 filiales d’EON, ELMÜ, EMASZ, Démàsz).

Le marché de l’électricité hongrois se caractérise par sa structure duale : d’une part le marché universel (régulé), d’autre part le marché libre et concurrentiel. Les centrales vendent l’électricité produite soit au fournisseur universel soit aux acteurs privés.Le secteur résidentiel est soumis à la régulation des prix, seul un nombre limité de foyers ont recours au marché concurrentiel. Un seul acteur détient une licence de service universel pour l’ensemble du pays, l’entreprise publique NKM Ltd. Du côté du marché concurrentiel, entre 30 et 40 fournisseurs sont actifs sur le marché. Les entreprises et autres industries se fournissent sur ce marché.

3.2) Un niveau de prix inférieur à la moyenne régionale

Les prix de l’électricité diffèrent donc sur ces deux segments. Les prix ont augmenté entre 2000 et 2008, avant de diminuer tant sur le marché universel que sur le marché concurrentiel. Les prix appliqués sur le marché universel sont déterminés par le Ministère du Développement National (par décret), sur la base de recommandations émises par le Régulateur. La régulation des prix sur le marché universel a permis à la Hongrie de fournir parmi les plus faibles prix de l’électricité de la région. Le prix auquel sont soumis les foyers résidentiels s’élevaient à 11,3 centimes EUR par kWh en 2017, soit un montant bien inférieure à la moyenne européenne (20,4 centimes EUR/kWh). Il en est de même pour le secteur industriel qui bénéficie en 2017 d’un prix de l’électricité à 7,4 centimes EUR par kWh, contre une moyenne européenne de 11,4 centimes EUR.   

 

Prix de lélectricité

 

Annexe : Liste des centrales de grande capacité (>50 MW) en Hongrie

 

 

Centrales de grande capacité