Levées de fonds record de 5,24 Md$ pour les startups israéliennes en 2017, avec une concentration marquée des investissements vers les projets plus mûrs

Après une année 2016 déjà record pour les levées de fonds des startups, qui s’étaient élevées à 4,8 Md$, 2017 confirme dans les chiffres le dynamisme de l’investissement dans l’écosystème. Cette croissance globale dissimule cependant un changement marqué dans la nature des levées de fonds, qui se sont largement concentrées sur des startups en croissance plutôt que sur des jeunes pousses. « The Hype in Early Stages is Over » titrait par exemple l’étude IVC sur les levées de fonds en 2017, mettant en avant que leur nombre a été divisé par deux entre 2015 (746 opérations) et 2017 (seulement 367). Leur volume financier a parallèlement chuté de 13% en deux ans. Ceci traduirait, selon l’étude, le fait que les startups en early stage seraient devenues moins attractives aux yeux des investisseurs, qui préfèreraient se concentrer sur les entreprises déjà en portefeuille. L’autre facteur susceptible d’expliquer cette bascule est la maturité croissante des acteurs de l’écosystème (Business Angels, VCs, incubateurs, accélérateurs et autres structures), qui joueraient un rôle de filtre de plus en plus décisif sur les nouveaux projets. IVC relève cependant que la tendance de la diminution des financements early stage est mondiale : TechCrunch estime en effet que leur volume financier à l’échelle des États-Unis, par exemple, serait passé de 13,3 Md$ en 2014 à 5,9 Md$. En janvier 2018, les levées de fonds se sont élevées à 260 M$, un démarrage modeste malgré plusieurs belles opérations (36 M$ levés par AlgoSec en cybersécurité notamment).

Levées de fonds Israel Levées de fonds par stade en Israël (source : IVC Research Center, 2018)

CyberTech 2018 : la cyber-sécurité israélienne continue de se mettre en scène

Les estimations du volume de levée de fonds dans les start-ups israéliennes de la cyber-sécurité confirment la croissance du secteur. En 2017, d’après Start-up Nation Central, elles se sont élevées à 815 M$, en hausse de 28% par rapport à 2016. Depuis 2011, le nombre d’entreprises du secteur a presque triplé, de 150 à 420, et un tiers des nouvelles entreprises crées sont liées aux objets connectés. Le salon CyberTech, le plus grand évènement lié à la cyber-sécurité en Israël et un des plus importants à l’échelle mondiale qui s’est tenu à Tel Aviv les 30 et 31 janvier derniers, a été l’occasion de mettre en avant l’écosystème d’innovation israélien et d’attirer l’investissement étranger. L’annonce, au même moment, de l’ouverture d’un nouveau centre de recherche d’IBM, un des principaux acteurs de l’industrie, à Beer Sheva contribue à entretenir cette tendance. La conférence, qui a rassemblé environ 13500 participants (en hausse de 35%) issus de plus de 80 pays, a également permis d’évoquer largement les enjeux émergents du secteur, aussi bien pour la sécurité des entreprises que des Etats. Le constat d’une croissance importante des attaques ciblées reposant sur des moyens technologiques sophistiquées est partagé et la nécessité d’une plus grande coopération entre Etats et avec le secteur privé a été un des principaux marqueurs de l’évènement. Omniprésente dans les interventions, l’intelligence artificielle est placée au centre de la réponse technologique à la menace, avec toutefois de nombreuses nuances quant à son caractère émergent, sa vulnérabilité aux attaques, voire son utilisation à des fins offensives.

Brèves de l’écosystème

  • [crowdfunding] La plateforme de crowdfunding OurCrowd, qui rassemble une base de 25 000 investisseurs, a tenu son sommet annuel à Jérusalem le 1er février, rassemblant 10 000 participants, dont 1000 start-ups, 500 VC et 500 multinationales issues de 90 pays. A cette occasion, John Medved, CEO de Ourcrowd, a dressé le bilan d’un total de 650 M$ de fonds levés réparties dans 145 start-ups et 12 fonds depuis sa création en 2013. La plate-forme entend dépasser 1 Md$ d’actifs en 2018.
  • [e-commerce] Le groupe chinois Alibaba a confirmé son expansion en Israël tout au long du dernier mois. Après avoir participé à une levée de fonds de 30 M$ de Nexar, une start-up israélienne de l’automobile, le groupe a annoncé un accord de coopération avec la plateforme de gestion de base de données cloud SQream. Alibaba a également annoncé que son président et fondateur Jack Ma effectuerait une visite en Israël en mai pour rencontrer des investisseurs et des start-ups locales et pour recevoir le titre de docteur honoris causa de l’université de Tel Aviv.
  • [medtech] Benyamin Netanyahou et le CEO de SAP ont annoncé au forum économique de Davos un projet d’investissement d’un milliard de NIS sur 5 ans sur la santé numérique. L’objectif est de promouvoir le développement de la médecine personnalisée et préventive reposant sur des technologies comme l’intelligence artificielle pour détecter des anomalies de manière plus précise et prévoir des réponses individualisées. Les activités de recherche liées au projet devraient être installées en Israël.
  • [gaming industry] Le développeur israélien de jeux-vidéos Playtika, acquis par le géant américain des casinos Caesars en 2011 pour moins de 100 M$, et désormais contrôlé par un consortium chinois composé de onze fonds d’investissement dont un appartenant à Jack Ma, président fondateur d’Alibaba, après le rachat de la totalité des parts pour 4,4 Mds$ en 2016, a annoncé l’ouverture d’un fond d’investissement Playtika Growth Investment de 400 M$. Le fond prévoit d’investir dans des start-ups israéliennes de divertissement digital et de produits de consommation. Les investissements seront concentrés sur des entreprises rentables ou proches de la rentabilité avec un revenu annuel d’au moins 10M $.
  • [smart mobility] Le nouveau fond d’un milliard de dollars, Alliance Ventures, établi par Renault-Nissan-Mitsubishi, ciblant les « new mobility » technologies, ouvrira un bureau à Tel Aviv. L’alliance formée par les constructeurs a déjà lancé en 2017, à travers Renault, un projet de laboratoire d’innovation pour la coopération avec les startups israéliennes de la mobilité.
  • [smart mobility, energy] Siemens a annoncé l’ouverture d’un laboratoire d’innovation à Tel Aviv. Ce programme, similaire à celui de leur concurrent General Electric, a pour objectif d’accompagner  les start-ups locales dans leur développement jusqu’au stade de la commercialisation en les intégrant à l’écosystème de Siemens et de permettre à l’entreprise de réaliser plusieurs acquisitions.
  • [exit, IoT] Le plus grand groupe brassicole du monde Anheuser-Busch InBev a réalisé l’acquisition de WeissBeerger, une start-up israélienne de l’IoT utilisant des outils connectés visant à améliorer la production et la distribution de bière, pour 80 M$.
  • [exit] La start-up française du commerce électronique Akeneo a réalisé l’acquisition de Sigmento, une start-up israélienne qui utilise l’intelligence artificielle et le machine learning pour aider les commerçants à mieux organiser et enrichir les informations de leurs produits. Le montant n’a pas été communiqué.
  • [fundraising] Après avoir annoncé une levée de fonds de série C de 32,5 M$ en septembre 2017, le fabriquant de drones Airobotics a annoncé une nouvelle levée de fonds de 10 M$ auprès de OurCrowd, ce qui porte à 71 M$ les fonds levés par l’entreprise depuis sa création en 2014.
  • [fundraising] BigID, start-up israélienne qui utilise des technologies de machine learning pour aider les entreprises à remplir leurs obligations en matière de protection des données personnelles, a annoncé une levée de fonds de série A d’un montant de 14 M$, avec la participation de Comcast Ventures et SAP.
  • [taxation] Selon les nouvelles lignes directrices publiées par la Tax Authority israélienne, les fonds d’investissement étrangers disposant d’un bureau en Israël pourront désormais s’acquitter de taxes basées sur leurs dépenses locales, plutôt que de se voir appliquer un taux de 10% à 15% sur leurs plus-values (selon l’origine des investisseurs). Pour mémoire, les fonds domestiques sont quant à eux taxés à 30%. Cette nouvelle possibilité représente une réduction fiscale importante, en particulier pour les grands fonds étrangers.