Liberté, Égalité, Fraternité, République Française Trésor Direction générale
Accueil » » Les services économiques à l'étranger » Madagascar
 

Mieux se nourrir à Madagascar

L’économie de Madagascar repose en grande partie sur l’agriculture. Le secteur agricole contribue au PIB malgache à hauteur de 30% (43 % en intégrant les industries agroalimentaires) et emploie 80% de la population active.

La disponibilité des terres arables du pays (98% de la surface agricole de la région océan Indien) constitue un potentiel de développement important au niveau des secteurs agricole et agroalimentaire.

Enjeux

En 2013 la Commission de l'océan Indien/COI a souligné le rôle que pouvait jouer Madagascar comme « grenier alimentaire de la région océan Indien ». Madagascar ambitionne d’accroitre sa production pour satisfaire les besoins nationaux ainsi que ceux des îles voisines. Une intensification de la production figure parmi les priorités du Ministère de l’agriculture à travers des projets d’appui aux petits agriculteurs et des projets d’agrobusiness.

Au plan national, l’augmentation de la demande alimentaire des populations liée à l’urbanisation et à la croissance démographique ainsi qu’au développement des pôles intégrés de croissance, continuera de représenter un marché à satisfaire.

Position de la France et atouts pour demain

Le montant des exportations françaises de produits agroalimentaires à destination de Madagascar s'est élevé en 2012 à 37 millions d'€. Le premier poste est représenté par les exportations d'aliments pour animaux (14 millions d'€, en hausse de +9 %, pour un tonnage de 11 100 tonnes, en légère baisse de -2%). Le deuxième poste est constitué par les produits de conserve et d'épicerie sèche (7 millions d'€, chiffre en hausse de +30 % par rapport à 2011).

Les modes très français de consommation des élites urbaines malgaches et la présence d’une communauté de 25 000 Français à Madagascar représentent une opportunité importante pour les exportations françaises de produits IAA.

La filière aquacole absorbe la totalité des aliments pour animaux à destination de Madagascar. 95% de la production sont exportés, générant des devises importantes pour le pays.

Plusieurs projets sont sur le point de voir le jour dont celui porté par La Réunion pour la coproduction à Madagascar de matières premières agricoles et celui de Mayotte pour l’exportation de carcasses de viande, de produits de la mer et de grains et légumes secs.

En matière agricole et agro-alimentaire, et même s’il ne faut pas minimiser les difficultés liées au faible pouvoir d’achat des populations rurales,  la France pourrait améliorer sa présence :

- Sur les équipements et intrants pour les industries agroalimentaires/IAA : l’émergence de structures de production agro-industrielles devrait permettre aux entreprises françaises de se positionner en particulier sur les filières lait et viande (bœuf, porc et volaille) ainsi que sur les céréales et fruits & légumes  en plein développement (irrigation, serres, ...).

- Sur les intrants et petits équipements agricoles : semences améliorées, engrais, races améliorées… La disponibilité et l’accessibilité des intrants améliorés devraient permettre l’accroissement de la production agricole afin de couvrir les besoins nationaux et régionaux.

Une Commission « Mieux se nourrir » a été créée au sein de la section locale des Conseillers du Commerce Extérieur de la France/CCEF représentant la filière. Par ailleurs, sont membres de cette Commission : le Service Economique et la Chambre de Commerce et d'Industrie France Madagascar/CCIFM. Cette Commission a d’ores et déjà été ouverte à des personnalités qualifiées de ce secteur (CIRAD, expert AFD,…)


Publié le 22/11/2013
service-public.fr legifrance.gouv.fr gouvernement.fr france.fr

© Ministère de l'Économie et des Finances - 2016