Accueil » » Les organismes rattachés » Commission économique de la Nation
 

Rapport économique, social et financier - PLF pour 2013

Perspectives économiques 2012-2013.

La France traverse depuis quatre ans une crise sévère, qui a frappé l’ensemble de l’économie mondiale, et qui s’est ravivée depuis un an avec l’intensification de la crise européenne. Mais la crise n’explique pas tout ; elle a joué comme un révélateur des fragilités structurelles de l’économie française et de ses déséquilibres persistants. Le chômage frappe désormais plus de 10 % de la population active, des niveaux jamais atteints depuis 1999. La dette publique avoisine désormais les 90 % du PIB, les parts de marchés à l’exportation s’érodent continument depuis dix ans, et les inégalités se sont creusées aux deux extrêmes de l’échelle des revenus. Dans ce contexte, la France ne peut espérer qu’une croissance atone en 2012, de 0,3 %.

Face à cette situation économique, sociale et financière extrêmement difficile – plus difficile que lors du débat d’orientation des finances publiques – le gouvernement entend conduire avec détermination un agenda de réformes ambitieux respectueux de notre modèle social et des équilibres environnementaux, pour renouer avec une croissance plus forte, plus équilibrée et plus solidaire, en mobilisant toutes les énergies et tous les atouts : - Au plan européen, sous l’impulsion du Président de la République, la réorientation des politiques européennes en faveur de la croissance a été engagée lors du Conseil européen des 28 et 29 juin.

- Les mesures d’urgence en faveur de l’emploi et du pouvoir d’achat en particulier des classes moyennes et populaires permettent de préserver la demande à court terme : augmentation de l’allocation de rentrée scolaire, encadrement des loyers en zone tendue, revalorisation du Smic, baisse du prix des carburants, annulation de la hausse de TVA dite sociale, création de 150 000 emplois d’avenir.

- Des chantiers d’envergure ont été amorcés pour rééquilibrer et renforcer notre croissance de long terme : réforme du financement de l’économie, réforme du financement de notre protection sociale en faveur de la compétitivité, réforme du marché du travail avec les négociations sur la sécurisation de l’emploi et les contrats de génération, réforme de l’action publique, réforme de la politique du logement,…

- Le projet de loi de finances pour 2013 s’inscrit dans cette stratégie de croissance : la politique de désendettement est menée de façon à préserver la demande et l’offre productive, en renforçant la progressivité de l’imposition des ménages et en rééquilibrant l’imposition des entreprises. Le projet de loi de finances concilie ainsi la nécessaire réduction des inégalités et les impératifs d’efficacité économique.

Dans un contexte international encore vulnérable, la croissance de la France se redresserait graduellement pour s’établir à 0,8 % en 2013, hypothèse sur laquelle est bâti le projet de loi de finances. Cette reprise serait tirée par une accélération de la demande mondiale adressée à la France qui soutiendrait ses exportations (+ 4,8 %), sous l’hypothèse d’une dissipation progressive des tensions dans la zone euro. L’amélioration des perspectives de débouchés conduirait les entreprises à investir davantage (+ 1,5 %) et à moins puiser dans leurs stocks. La demande des ménages continuerait de résister, avec une consommation en légère progression (+ 0,3 %) et une reprise de l’investissement en logement grâce aux mesures du PLF en faveur de la construction. L’inflation serait moins forte qu’en 2012 mais encore soutenue (+ 1,8 % après + 2,0 %), notamment du fait de la hausse récente du prix du pétrole et des matières premières agricoles. L’économie recommencerait progressivement à créer des emplois en dépit de la faiblesse de la croissance, grâce à la montée en charge des emplois d’avenir, à la fin du non-remplacement d’un départ en retraite sur deux dans le secteur public et à la mise en œuvre des contrats de génération.


Publié le 02/10/2012

service-public.fr legifrance.gouv.fr gouvernement.fr france.fr

© Ministère de l'Économie - 2017