Accueil » » Les organismes rattachés » Commission économique de la Nation
 

Rapport Économique, Social et Financier - PLF pour 2012

Perspectives économiques 2011-2012.

Les prévisions du Gouvernement pour l’année 2012 sont à la fois marquées par la robustesse des fondamentaux de l’économie française et par de fortes incertitudes internationales.

L’activité mondiale demeure convalescente. La crise de 2008-2009 s’est nourrie de déséquilibres profonds et notamment de niveaux d’endettement des ménages et/ou des États trop élevés dans de nombreux pays. L’action résolue et coordonnée des pays du G20 a permis d’en limiter amplement les conséquences mais au prix d’une augmentation des dettes publiques alors que le désendettement privé n’a été que partiel. L’assainissement effectif des bilans des agents prendra du temps, entrainant une reprise modérée et hétérogène, certains pays étant dans des situations très difficiles.

La reprise mondiale peut ainsi connaître des à-coups. Sa fragilité la rend vulnérable aux chocs, positifs comme négatifs. Au 1er trimestre 2011, grâce à une progression marquée de l’investissement en Europe, la croissance de la zone euro a atteint + 0,8 %. Dès lors, un ralentissement par contrecoup était attendu au trimestre suivant. Toutefois une succession d’événements au Japon, aux États-Unis, en Europe et sur le marché pétrolier, ont entrainé un regain de tensions sur les marchés boursiers et de dettes souveraines.

Si elle subit ces soubresauts internationaux, la croissance française repose sur des fondamentaux sains. Les ménages français sont peu endettés. La masse salariale est dynamique, soutenue par des créations d’emplois importantes (+ 111 600 au 1er semestre, chiffre supérieur à la prévision initiale) et une progression significative des salaires. L’inflation – hors énergie et produits alimentaires – est contenue. De plus, après l’extinction du dispositif de prime à la casse, la consommation devrait renouer avec une croissance plus stable tandis que l’investissement des entreprises conserverait son dynamisme. Toutefois, pour tenir compte de l’environnement international dégradé, la prévision de croissance du Gouvernement a été révisée à la baisse à 1,75 % pour 2011.

La dissipation des turbulences actuelles permettrait d’atteindre à nouveau une croissance de 1,75 % en 2012. La baisse de l’inflation, la poursuite du rétablissement du marché du travail et la diminution de l’épargne de précaution soutiendraient la consommation. La demande domestique et le retour du commerce mondial sur des rythmes tendanciels soutiendraient alors l’investissement.

Le Gouvernement agit à de multiples niveaux pour dissiper au plus vite les tensions et assurer un environnement propice à une croissance robuste. En France, le projet de loi de finances pour 2012 confirme l’engagement intangible du Gouvernement à restaurer l’équilibre des finances publiques. En Europe, la mise en œuvre rapide et complète des décisions prises lors du Conseil européen du 21 juillet, y compris l’approbation par les parlements de la zone euro des nouvelles modalités d’intervention du Fonds Européen de Stabilité Financière (FESF), constitue une priorité.

 


Publié le 12/01/2012

service-public.fr legifrance.gouv.fr gouvernement.fr france.fr

© Ministère de l'Économie - 2017