Liberté, Égalité, Fraternité, République Française Trésor Direction générale
Accueil » » Les services économiques à l'étranger » Mauritanie
 

Mauritanie

Ce pays est rattaché à la zone de compétence du site suivant : Côte d'Ivoire

Situé à l’Ouest du continent africain, à mi-chemin entre Sahara et Sahel, le Pays des mille poètes s’étend sur 1 030 700 km², compte 600 kms (Nouadhibou / Ndiago) de côtes Atlantique et partage ses frontières terrestres avec 4 pays : le Sahara Occidental (1564 kms), l’Algérie (463 kms), le Mali (2236 kms) et le Sénégal (742 kms). Trois saisons principales caractérisent son climat : des pluies (juillet/octobre), une saison sèche et froide (novembre/mars) et une période chaude (avril/juin). La Mauritanie dispose d’un cours d’eau permanent (le fleuve Sénégal, 1640 kms) dont le bassin se répartit sur 450 000 km² entre Mauritanie, Mali, Guinée et Sénégal et de quelques oueds (rivières fossiles) aux lits ensablés qui ne coulent toutefois que quelques jours tous les trois ou quatre ans. Les principales villes sont Nouakchott (capitale, ouest, 958 000 habitants), Nouadhibou (nord) et Rosso (sud). Elles regroupent aujourd’hui 61,30% d’une population jeune (40,3% âgés de moins de 15 ans) estimée à 4,142 000 habitants et dont le taux de croissance est de 2,4% par an. La densité est donc faible (3,7 habitants/km²) mais varie fortement entre concentrations urbaines et régions périphériques. Le pays est divisé en 13 régions (Wilayas) subdivisées en 52 Mougahtaa. Le paysage comporte trois franges horizontales inégales : désertique au nord et au centre (70% du territoire), steppe au centre (zone d’élevages, 15%) et savane et cultures (15%, cultures du mil, sorgho et palmiers).

***

La Mauritanie connait depuis quelques mois une conjoncture macroéconomique difficile. Favorable depuis 2009, la trajectoire du cadre macroéconomique mauritanien a en effet connu en 2015 une rupture. Supérieur pour la 3ème année successive à 5 % en 2014, le taux de croissance annuel du PIB s’est établi à 2%. Cette évolution résulte essentiellement de l’effondrement (2015) des cours mondiaux des matières 1ères et tout particulièrement de ceux du fer. Le taux d’inflation limité s’établit à 2,8% grâce notamment à des cours mondiaux des denrées alimentaires moins élevés que prévus. Le déficit du compte courant extérieur, qui a bénéficié de prix plus bas du pétrole, est estimé à 19 % du PIB. Fin 2015, la dette mauritanienne publique et à garantie publique représente 94 % du PIB. Cette conjoncture difficile ne doit toutefois masquer, ni le cycle de plusieurs années consécutives de solides performances économiques, ni les perspectives favorables qu’offre le pays à moyen et long termes. Depuis le milieu des années 90, l’économie mauritanienne présente en effet des caractéristiques de croissance et de développement favorables que ce soit en termes de PIB[1], de PIB/Habitants, d’inflation ou encore de diversification progressive de son économie[2]. Cette évolution, conjuguée aux opportunités offertes (mise en valeur des ressources naturelles, projets d’augmentation des capacités productives de l’industrie extractive avec une production annuelle de fer qui doit passer de 11 à 18 millions de tonnes/an entre 2015 et 2016, programme ambitieux d’investissements publics en cours de finalisation pour 2016-2021…) font que la Mauritanie reste un pays attractif pour les investisseurs.

***

Plusieurs défis restent à relever. La Mauritanie doit poursuivre l’effort de diversification de son économie pour réduire son exposition aux chocs exogènes (70% de ses exportations et 30% de ses recettes budgétaires dépendent du seul secteur extractif). Pour ce faire, elle entend développer ses exportations énergétiques (Mali, Sénégal), accélérer la relance de ses activités de pêche, endiguer le déclin des activités manufacturières en développant notamment les activités de transformation sur son territoire. Même s’il progresse, le pays devra par ailleurs poursuivre ses efforts pour améliorer un climat des affaires qui reste difficile en pratique. La Mauritanie se classe 168ème/189 (gain de huit places) au classement Doing business 2016 de la Banque Mondiale (amélioration du cadre institutionnel et règlementaire, Guichet unique de création d’entreprise, instauration d’un Centre International de Médiation et d’Arbitrage, révision du Code de commerce…), 112/168 au classement Transparency International 2015 sur la lutte contre la corruption et 41ème/54 à l’indice 2015 de la fondation Ibrahim Mo sur la gouvernance en Afrique./.



[1] PIB mauritanien 2007 : 2,8 Mds USD. Année 2015 : 4,1 Mds USD. Prévisions 2016 à 6,4 Mds USD et 2020 à 4 Mds USD (FMI).

[2] La répartition sectorielle du PIB 2014 la suivante : primaire (21%), secondaire (34,5%), tertiaire (39,1%) et autres (5,4%, administrations).

 

 

  • Mauritanie : situation économique et financière, perspectives - 30/06/2016

    Résumé : la Mauritanie continue de faire face à une forte dégradation de ses termes de l’échange. L’économie présente toutefois sur le moyen et long termes, une évolution et des perspectives favorables. I/-La Mauritanie continue de faire face à u...

service-public.fr legifrance.gouv.fr gouvernement.fr france.fr

© Ministère de l'Économie et des Finances - 2016