Liberté, Égalité, Fraternité, République Française Trésor Direction générale
Accueil » » Les services économiques à l'étranger » Maurice
 

Maurice

Les zones de compétences de ce site sont: Seychelles

Depuis le début de la décennie, Maurice (9 200 $ de PIB / hab.) a enregistré une croissance relativement faible du fait d’un environnement international dégradé, d’une certaine érosion des secteurs sur lesquels s’appuyait traditionnellement le pays (sucre, textile, tourisme) et d’une période d’attentisme marquée par une année 2014 focalisée sur une échéance électorale majeure. Le pays veut se relancer – les nouveaux dirigeants parlent de 2ème « miracle économique » - en mettant en avant de nouveaux domaines de croissance (plates-formes régionales pour le maritime et l’aérien, économie bleue, tourisme médical, éducation, …), pour compléter la « panoplie » des secteurs qui ont émergés au cours des dernières années (services financiers, TIC, transformation de produits de la mer, externalisation de services, …).

Si Maurice conserve la confiance des institutions multilatérales et bilatérales pour son développement, il est indéniable que les infrastructures (énergie, eau potable et assainissement, travaux publics) ont besoin d’être mises à niveau. Le programme d’investissements du secteur public (PSIP) pour les 5 ans à venir (janvier 2015 / juin 2020), présenté lors du dernier débat budgétaire et qui s’établit à près de 3 Mds EUR, pourrait donner au pays le nouvel élan dont il a besoin.

Pour faire retrouver à Maurice le rythme de développement d’avant la crise de 2008 et lui permettre d’accéder, en 2020, au statut de « pays à revenu élevé », le Gouvernement s’est fixé des objectifs de croissance de 5,3% pour 2015/2016 et de 5,7% pour 2016/2017. Le succès de cette politique dépendra en grande partie des décisions d’investissement du secteur privé, alors que la plupart des grands groupes mauriciens sont actuellement à la recherche de croissance vers l’Afrique continentale, leur terrain de jeu insulaire étant devenu trop étroit pour assurer leur diversification et leur développement. Par ailleurs, l’île s’appuie sur de nombreux accords de non-double imposition et de protection réciproque des investissements pour renforcer son rôle de place financière entre l’Asie (Inde, essentiellement) et l’Afrique.

La présentation du budget 2015/16 a été l’occasion de définir les grands axes de développement du pays pour retrouver une croissance comparable à celle du début des années 2000. Le lancement de plusieurs villes nouvelles (« smart cities »), l’utilisation des ressources de la mer (aquaculture, systèmes de refroidissement par eau profonde), la mise en œuvre d’une plate-forme régionale portuaire (stockage pétrolier, accueil de gros conteneurs, port franc) ou aérienne (terminal cargo, mise en valeur de la zone de l’aéroport), développement des énergies renouvelables, … sont quelques-uns des projets mentionnés. Ils nécessitent toutefois un fort relais du secteur privé, dont l’investissement productif à Maurice a eu tendance à baisser ces dernières années.

Maurice

Focus sur

Objectif Afrique, lettre d’information économique hebdomadaire

Visuel Objectif Afrique

- 30/09/2016

Maurice : Fiche énergies renvouvelables

Une partie de l’électricité d’origine renouvelable est injectée dans le réseau et revendue au CEB par des IPP (« Independent Power Producer ») dans le cadre de contrats d’une durée de 20 ans.

Depuis ...

- 30/08/2016

Les projets de "smarts cities" à Maurice

Annoncés par le Ministre des Finances et du Développement économique, lors de la présentation du Budget 2015-2016, puis confirmés par le Premier Ministre, lors du discours « Vision 2030 » du 22/08/201...

- 20/07/2016

Voir tous les Focus sur...

service-public.fr legifrance.gouv.fr gouvernement.fr france.fr

© Ministère de l'Économie et des Finances - 2016