Liberté, Égalité, Fraternité, République Française Trésor Direction générale
Accueil » » Les services économiques à l'étranger » Guatemala
 

Guatemala

Les zones de compétences de ce site sont: Bélize, Costa Rica, El Salvador, Honduras, Nicaragua

Pays centroaméricain le plus peuplé (16 millions d’habitants, soit 33% de la population de la zone), le Guatemala est la première économie d’Amérique centrale (PIB de 64 milliards USD en 2015) qui a bénéficié d’une croissance consolidée depuis 2011 (évolution annuelle entre 3 et 3,7%, cette dernière en 2015), ayant résisté au choc de la crise mondiale, avec des perspectives encourageantes (entre 3,5 et 4% attendus sur 2016-2017). La demande intérieure demeure le principal moteur de l’économie, soutenue par le développement de la consommation, le dynamisme du crédit bancaire au secteur privé (+11% en 2015), mais surtout par l’importance des transferts de migrants (9% du PIB), principalement des États-Unis.

Comme l’ensemble des pays d’Amérique centrale, le Guatemala a été affecté positivement par la baisse des prix des matières premières (et notamment du pétrole), dont il est importateur net. Ceci explique en grande partie la stabilité du taux de change. Le pays mise sur un « policy-mix » conservateur qui lui confère une certaine stabilité macro-économique. Le système bancaire apparaît en effet solide : il est très liquide, bien capitalisé et régulé ; la dollarisation du système est assez importante, mais des garde-fous réglementaires ont été mis en place. De plus, le déficit fiscal et la dette sont sous contrôle (respectivement 1,6 et 24% du PIB, l’un des niveaux les plus faibles d’Amérique centrale). Toutefois, le Guatemala a le taux de perceptions fiscales le plus bas au monde parmi tous les pays pour lesquels la Banque Mondiale a des statistiques (10,2% du PIB en 2015) et il est 135éme sur 151 pour le rapport investissements publics / PIB (ne représentant que 2,3% du PIB selon le FMI). La planification de l’action publique en est donc extrêmement limitée. Le secteur privé est le moteur de l’économie au Guatemala (dont les investissements représentent 13% du PIB), le secteur public ne pesant qu’à hauteur de 8% dans le PIB. Un des freins à une plus forte croissance est donc bien l’insuffisance d’investissements publics.

Si ces paramètres témoignent, de façon générale, d’une économie en bonne santé, les indicateurs sociaux restent médiocres et ne décollent pas : PIB par habitant à 3.890 USD, 54% de la population en-dessous du seuil de pauvreté (chiffre Banque Mondiale, soit un des  pays les plus pauvres d’Amérique latine) et un des plus mauvais IDH du continent latino-américain (0,628, soit la 125éme position mondiale et avant-dernière de la zone devant le Nicaragua). En outre, l’État est fragilisé par les scandales de corruption depuis 2015 : suite aux révélations de la Commission Internationale contre l’Impunité au Guatemala (CICIG) ayant conduit à l’incarcération de nombreux hauts responsables publics (Président et Vice-présidente de la République, ministres, hauts fonctionnaires, …), Jimmy Morales (homme relativement nouveau sur la scène politique) a été élu Président de la République en octobre 2015 et a pris ses fonctions le 14 janvier 2016. La nouvelle équipe gouvernementale doit faire face à de nombreux défis : conserver la confiance des investisseurs et des banques multilatérales, renforcer la résilience de l’économie, assurer une croissance soutenue et plus inclusive (revenus inégalement répartis et PIB par tête stagnant malgré la croissance soutenue, ce qui se traduit par l’absence d’amélioration des conditions de vie de la majorité de la population) tout en consolidant l’état de droit, la transparence et l’efficacité des politiques publiques.

Une vingtaine d’entreprises françaises est implantée localement, sous forme de filiales, dans l’exploitation pétrolière (Perenco, premier producteur local), les biens de consommation (L’Oréal), les produits alimentaires (Danone, Lactalis), le matériel électrique (Schneider Electric, Legrand), la construction (Solétanche Bachy), la chimie (Rhodia), la santé (Sanofi), l’horticulture (Gaignard) et les services (Accor, Bureau Veritas, Cap Gemini, Publicis, IPSOS, JC Decaux).

Le Guatemala est le premier client et second partenaire commercial de la France en Amérique Centrale après le Costa Rica, avec des échanges bilatéraux de 138 M€ en 2015. Les exportations françaises se sont élevées à 79 M€ pour des importations  de 59 M€ en 2015, dégageant un solde bénéficiaire de 19,5 M€ (1er excédent régional). Les produits pharmaceutiques ont été le 1er poste de nos exportations (13,8 M€), devant les hélicoptères (6,7 M€), les équipements de télécommunication (5,3 M€), les produits chimiques (4,9 M€), les pesticides et engrais (4,6 M€) et les parfums et cosmétiques (4,3 M€) ; nos ventes de produits agroalimentaires représentent 9,6 M€, dont notamment du malt pour l’industrie de la bière (4,5 M€) et des produits laitiers et fromages (1 M€). En 2015, les produits agricoles et agroalimentaires ont représenté 50% de nos achats au Guatemala (29,5 M€) alors que nos achats de produits métallurgiques et métalliques ont atteint 20,8 M€ ; nos principaux achats agricoles sont le café (8,1 M€), le tabac (2,6 M€), les céréales (2,1 M€) et le sucre (2,1 M€), alors que nos importations de produits agroalimentaires concernent les produits de la pêche (7,4 M€) et le rhum (2 M€). Nous achetons également 3,7 M€ de produits textiles et 1,2 M€ d’huiles de parfums.

Les principales opportunités de marché concernent les infrastructures (ponts, transports publics, eau et déchets, …), l’agro-industrie (et notamment le sucre dont le Guatemala est le 4éme exportateur mondial) et la consommation (dont les franchises).

  • Brèves économiques Mexique et Amérique centrale du 11 au 17 août 2016 - 19/08/2016

    Mexique Economie -          Le Mexique a reçu 14,385 Mds USD d’IDE au premier semestre 2016, soit 4,6% de plus que sur la même période de l’année précédente (Secretaria de Economía). -          La Banque centrale a décidé de maintenir le taux...

  • Amérique centrale: Commerce extérieur en 2015 - 30/06/2016

    En 2015, les échanges de biens de l’Amérique centrale (hors Panama) ont atteint 93,15 Md USD (-3,85% par rapport à 2014) sous l’effet, principalement, d’une diminution des exportations de 6,18% (-2,3 Md USD). Le déficit commercial régional a augme...

  • Brèves macroéconomiques Mexique Amérique Centrale au 11 mai 2016 - 23/05/2016

    Mexique Économie -          La formation brute de capital fixe en données désaisonnalisées augmente de 5,2% (g.a.) en février 2016 (Inegi) ; -          La consommation des ménages a augmenté de 3,2% (g.a.) en février 2016 (Inegi) ; -          ...

  • Brèves économiques pour le Mexique et l'Amérique latine au 11 avril 2016 - 15/04/2016

    Mexique Économie -          Les estimations de croissance du PIB mexicain en 2016 sont revues à la baisse (-0,2 pdp FMI, -0,3 pdp Cepal, constant pour la Banque mondiale) ; -          Le Mexique est le 3ème récepteur mondial de transferts de mi...

service-public.fr legifrance.gouv.fr gouvernement.fr france.fr

© Ministère des Finances et des Comptes publics - Ministère de l'Économie, de l’Industrie et du Numérique - 2016