Liberté, Égalité, Fraternité, République Française Trésor Direction générale
Accueil » » Les services économiques à l'étranger » Espagne
 

Espagne

Les zones de compétences de ce site sont: Andorre, Portugal

L’Espagne compte 46,4 millions d’habitants pour une superficie de 504 757 km2.

Le régime politique est une monarchie constitutionnelle dont le chef d’État est le roi Felipe VI depuis juin 2014.

Les élections législatives du 20 décembre 2015 et du 26 juin 2016 ont mis en évidence la crise du bipartisme qui organisait la vie politique depuis la fin du franquisme. Le Parti Populaire, à droite et le parti Socialiste, à gauche, ne rassemblent à tous les deux qu’un peu plus de la moitié des votes des électeurs espagnols. Aucun des deux n’est capable de réunir sur ses candidats une majorité et ils doivent composer avec de nouveaux partis, Podemos à gauche issu du mouvement des indignés et de la crise sociale qui s’est développée depuis 2008, et Ciudadanos à droite qui milite pour la régénération de la vie politique et la lutte contre la corruption.

Aucun parti ne parvenant à réunir une majorité suffisante aux Cortes pour qu’un gouvernement soit investi après les élections du 20 décembre, de nouvelles élections ont été organisées le 26 juin. Elles n’ont pas modifié radicalement la situation ; aucun parti ne recueillant plus du tiers des voix, un compromis devra être trouvé pour obtenir aux Cortes le nombre de voix permettant l’investiture d’un gouvernement qui dépendra de toute façon de cette accord pendant la suite de la législature.

L’Espagne comporte quatre niveaux d’administration : l’État central, les communautés autonomes (17 et 2 villes disposant du Statut d’autonomie), les provinces (50) et les municipalités (8 112). Les communautés autonomes disposent de compétences très importantes et d’une large autonomie qui font de l’Espagne un pays fortement décentralisé.

Avec un PIB de 1 081 Md€, l’Espagne est la 14ème puissance économique au monde et la 4ème de la zone Euro en 2015. L’économie espagnole est dominée par les services qui représentent 74,9 % de la valeur ajoutée brute tandis que l’industrie (dont construction) et l’agriculture représentent respectivement 22,6 % et 2,5 % de la valeur ajoutée brute. L’économie espagnole, qui a connu une forte récession de 2008 à 2013 (excepté en 2011), a renoué avec la croissance en 2014 (+1,4 %). La reprise de l’activité économique se confirme en 2015 (+3,2 %) alors que les perspectives de croissance pour 2016 placent l’Espagne en tête des économies les plus dynamiques de la zone euro (+2,6 % selon la Commission européenne). Le rebond économique amorcé au 2ème trimestre 2013 est tiré par la demande intérieure, particulièrement la consommation des ménages et l’investissement privé, alors que le secteur extérieur pèse négativement sur la croissance.

Cette reprise se matérialise par des créations d’emplois, majoritairement à durée déterminée. La situation sociale reste difficile avec un taux de chômage élevé (20,4 % au T1 2016, soit 4,7 millions de chômeurs) qui touche en particulier les jeunes (le chômage touche 46 % des moins de 25 ans) et les chômeurs de longue durée (59,5 % des chômeurs sont à la recherche d’un emploi depuis plus d’un an).

Les pressions déflationnistes se confirment en 2015 (-0,5 % au lieu de -0,2 % en 2014) notamment en raison de la baisse du prix des matières premières. En revanche, l’inflation sous-jacente (hors biens alimentaires et énergétiques) reste en territoire positif à +0,6 %. Les prévisionnistes s’accordent sur une perspective de reprise de l’inflation en 2016 de -0,1 % et -0,4 % selon la Commission européenne et le FMI respectivement.

En ce qui concerne le commerce bilatéral : la France est le deuxième fournisseur de l’Espagne et son premier client. En 2015, le solde commercial bilatéral de la France vis-à-vis de l’Espagne enregistre un excédent de 1 Md€. En ce qui concerne le commerce total de l’Espagne : malgré des gains de compétitivité-coût notables et une dynamique soutenue des exportations espagnoles, la balance commerciale de l’Espagne est déficitaire de 24,2 Md€ en 2015, en raison notamment de la forte reprise des importations (+3,3 % en 2015), qui retrouvent leur niveau d’avant crise. Les exportations ont progressé quant à elles à un rythme soutenu (+4,0 %) pour atteindre un montant équivalent à 22,9 % du PIB. Le poids de la zone euro dans les échanges commerciaux de l’Espagne se renforce, malgré la stratégie de diversification géographique de ses exportations.

Les finances publiques restent très dégradées. La dette publique a explosé, passant de 35,5 % du PIB en 2007 à 100,5 % du PIB au T1 2016, en raison d’un déficit budgétaire annuel très important sur la période et du coût du sauvetage des banques. Ainsi, l’excédent du solde public chiffré à 2 % du PIB en 2007 a cédé place à un déficit annuel de l’ordre de 10 % du PIB entre 2008 et 2012, sous l’effet conjoint d’un plan de relance en 2008-2009 (supérieur à 7 points de PIB), de la chute des ressources fiscales et de l’augmentation mécanique des dépenses liées à la crise (chômage, charges de la dette,…). Depuis, la tendance est à l’amélioration compte tenu de la politique de consolidation budgétaire entreprise par le gouvernement de Mariano Rajoy. Mais le déficit public reste élevé en 2015 (–5 % du PIB), très au-dessus de l’engagement de réduction pris par le gouvernement espagnol (– 4,2 %) vis-à-vis de ses partenaires européens. Face à ces déficits budgétaires répétés, la Commission européenne doit se prononcer sur une éventuelle mise en demeure et l’imposition de sanctions à l’Espagne (pouvant atteindre 0,2 % du PIB) dans le cadre de la Procédure pour déficit excessif. Elle devrait soumettre ses recommandations au Conseil de l’Union européenne de juillet. 

Le secteur bancaire espagnol a été fortement restructuré à partir de 2009, bénéficiant notamment en 2012 d’un prêt de 41,3 Md€ du Mécanisme Européen de Stabilité. L’effort de concentration et d’assainissement des bilans a permis de dissiper les doutes sur sa solvabilité.

Lors de l’exercice 2015, les bénéfices sont en hausse et la marge d’intérêt, qui reflète l’activité bancaire, résiste dans un environnement européen de taux bas. Au chapitre des difficultés, les provisions exceptionnelles du dernier trimestre 2015 et le fort taux de créances douteuses et d’actifs improductifs ont freiné la croissance des résultats bancaires en 2015. Enfin, l’exposition des finances publiques au secteur bancaire demeure importante. A noter sur ce début d’année 2016, la banque espagnole Banco Popular a réalisé avec succès une augmentation de capital de 2,5 Md€.

 Actualisé le 27 juin 2016

  • Nouvelles d'Espagne - n°43 (21 novembre 2016) - 30/11/2016

    Actualité Économique Macroéconomie BBVA révise à la hausse ses prévisions de croissance pour 2017 (+2,5 %). La croissance trimestrielle au T4 2016 serait supérieure à +0,7 % t/t, conduisant à un taux de croissance interannuel de +3,3 % en 2016....

  • Nouvelles d'Espagne - n°42 (14 novembre 2016) - 15/11/2016

    Actualité Économique Macroéconomie L’excédent commercial qu’entretient la France vis-à-vis de l’Espagne atteint 421 M € sur les 9 premiers mois de l’année. La dynamique de début d’année, qui avait mené à l’apparition d’un déficit commercial au ...

  • Nouvelles d'Espagne - n°39 (24 octobre 2016) - 24/10/2016

    Actualité Économique MACROECONOMIE Le PIB espagnol devrait retrouver son niveau d’avant-crise au S1 2017. Selon le ministre de l’Économie, Luis de Guindos, l’économie espagnole requerrait encore 2 ou 3 trimestres pour retrouver son niveau de PI...

  • Nouvelles d'Espagne - n°37 (10 octobre 2016) - 10/10/2016

    Actualité Économique Macroéconomie Le FMI revoit à la hausse ses prévisions de croissance pour l’Espagne (tableau 1). Dans ses prévisions d’octobre, le FMI revoit à la hausse le taux de croissance du PIB pour l’année 2016 (qui atteindrait + 3,1...

  • Nouvelles d'Espagne - n°44 (28 novembre 2016) - 30/11/2016

    Actualité Économique Macroéconomie La consommation privée tire la croissance du PIB au T3 2016 (Cf. Tableau 1). L’INE confirme la croissance du PIB de +0,7 % t/t (+3,2 % en glissement annuel) au T3 2016 (contre +0,8 % t/t ; +3,4 % g.a. aux T1 e...

  • Nouvelles d'Espagne - n°41 (7 novembre 2016) - 07/11/2016

    Un nouveau gouvernement sans grand changement. Le Président du gouvernement, Mariano Rajoy, a reconduit la plupart des anciens Ministres à la tête de leur portefeuille. Soraya Santamaría reste vice-présidente mais prend en charge le portefeuille d...

  • Nouvelles d'Espagne - n°38 (17 octobre 2016) - 17/10/2016

    Actualité Economique Macroéconomie L’inflation en hausse au mois de septembre (+0,2 % g.a.). Après 13 mois consécutifs passés en territoire négatif (à l’exception du mois de décembre 2015), l’indice général des prix à la consommation est à nouv...

  • Les relations économiques entre la France et l'Espagne au premier semestre 2016 - 14/09/2016

    Au premier semestre 2016, notre solde commercial devient déficitaire (-299 M€) après deux années de solde excédentaire pour la France. D’une part, l’impact positif de la demande intérieure espagnole sur la dynamique exportatrice française s’essouf...

Espagne

Focus sur

Les dispositifs de soutien à l’internationalisation des entreprises en Espagne

De nombreux organismes publics soutiennent l’internationalisation de l’économie espagnole. L’ICEX, équivalent de Business France, accompagne les entreprises sur les marchés extérieurs et promeut l’inv...

- 04/10/2016

Évolution des finances publiques des communautés autonomes pendant la crise

Les communautés autonomes (CCAA, équivalent des régions) ont participé à l’effort de consolidation budgétaire à partir de 2010, au travers d’une réduction des investissements et des dépenses de person...

- 01/07/2016

La présence des entreprises françaises en Espagne

La France est un des principaux partenaires économiques de l’Espagne : 9 entreprises françaises apparaissent dans le Top 100 des entreprises en Espagne,  les entreprises françaises sont les premières ...

- 21/06/2016

Voir tous les Focus sur...

Focus sur Vidéo

Espagne : quelles opportunités pour les entreprises françaises ? (avril 2016)

Expertise du Service économique régional de l'ambassade de France en Espagne (témoignages de Jean-François Collin, Ministre-conseiller pour les affaires économiques et chef du SER ; Jérôme Frouté, conseiller pour les Affaires agricoles et la Pêche au SER ; Robert Mauri, conseiller Industrie et Développement durable au SER)

- 29/04/2016

service-public.fr legifrance.gouv.fr gouvernement.fr france.fr

© Ministère de l'Économie et des Finances - 2016