Liberté, Égalité, Fraternité, République Française Trésor Direction générale
Accueil » » Les services économiques à l'étranger » Egypte
 

Egypte

Ce pays est rattaché à la zone de compétence du site suivant : Liban

L’Egypte a parcouru depuis 2004 un chemin considérable en matière de modernisation de son économie et d’ouverture aux échanges et aux investissements, tirant parti de son poids démographique (marché de 90 millions d’habitants aujourd’hui, plus de 100 millions en 2020), de son positionnement stratégique (au carrefour de 3 continents et de deux mers, canal de Suez) et de son influence au sein du monde arabe. Des réformes majeures ont ainsi été accomplies, comme la refonte de la fiscalité des sociétés ou encore la restructuration et la consolidation du secteur bancaire. L’Egypte a en outre su développer ses relations économiques, tant avec l’Europe (1er partenaire commercial, 1er investisseur, 1er bailleur d’aide au développement), qu’avec les Etats-Unis et ses voisins du Proche et Moyen-Orient. Elle se tourne aujourd’hui vers des marchés plus lointains (Asie, Amérique latine) tout en affichant une volonté de resserrer ses liens avec les pays africains au sein d’une nouvelle union douanière.  C’est ainsi que le 10 juin 2015, à Charm-El-Cheikh, le Marché commun pour l’Afrique de l’Est et du Sud (COMESA), la Communauté de l’Afrique de l’Est (CAE) et la Communauté de Développement de l’Afrique australe (SADC) ont décidé de fusionner pour former le plus grand espace de libre-échange en Afrique.

Cette politique de réforme et d’ouverture économique, qui a permis à l’Egypte d’atteindre des taux record de croissance (7% par an entre 2006 et 2008), n’a cependant pas suffisamment bénéficié aux couches les plus défavorisées de la population (près de 26,3% de la population vit encore sous le seuil de pauvreté), et le renversement du président Moubarak en février 2011 a souligné les aspirations de la population à une croissance plus inclusive.

La révolution de 2011 a ouvert une période de transition politique. En effet, suite à la destitution du Président Morsi début juillet 2013, le pays s’est engagé dans un nouveau processus politique qui a vu l’adoption d’une nouvelle constitution en janvier 2014 et l’élection d’Abdel Fattah Al Sissi comme Président de la République en juin 2014. Les élections législatives qui se sont tenues entre octobre et décembre 2015 et la première réunion du nouveau Parlement en janvier 2016 ont marqué la dernière étape de cette transition.

L’économie égyptienne a été particulièrement affectée par l’instabilité politique avec un taux de croissance compris entre 1,8% et 2,2% sur les trois dernières années. Les réformes structurelles engagées sous la présidence Al Sissi ont permis un retour de la confiance des acteurs économiques  qui s’est traduite par un taux de croissance de 4,2% en 2014/15, une remontée des investissements étrangers (+55%) et par l’amélioration de la notation souveraine de l’Egypte. La consolidation de la reprise économique reste néanmoins tributaire de la continuation des réformes comme de l’évolution de la situation sécuritaire.

Les compétences du Service économique du Caire se déclinent ainsi : analyse et veille économique et financière, échanges bilatéraux, commerce extérieur, IDE ; suivi des politiques publiques et des réformes structurelles ; gestion des procédures financières (garanties, aide liée), relations avec les administrations égyptiennes, organisation des missions officielles en Egypte et en France ; suivi des affaires bilatérales et multilatérales, soutien aux grands contrats et promotion de l’attractivité du territoire français.

service-public.fr legifrance.gouv.fr gouvernement.fr france.fr

© Ministère de l'Économie et des Finances - 2016