Liberté, Égalité, Fraternité, République Française Trésor Direction générale
Accueil » » Les services économiques à l'étranger » Croatie
 

Croatie

Les zones de compétences de ce site sont: Bosnie-Herzégovine

1.   Présentation macroéconomique du pays

Dernier Etat Membre entré dans l’Union européenne, le 1er juillet 2013, la Croatie en assurera la présidence en 2020.

Peuplée de 4,3 millions d’habitants, dont le revenu moyen atteint, en parité de pouvoir d’achat, 58% de la moyenne de l’Union européenne, la Croatie est l’une des économies les plus avancées, en Europe du Sud-Est, dans le processus de convergence. Sa façade maritime, son réseau d’autoroutes ainsi que la qualité des services  (banques ; télécommunications ; ressources humaines) en font une destination touristique confirmée et une plate-forme logistique potentielle pour l’hinterland d’Europe centrale, de l’est et des Balkans.

Au long des années 2000, la Croatie a connu une croissance de 4,2% par an, avec des indicateurs macroéconomiques stables. La crise de 2008-2009 a entraîné une récession, avec contraction du crédit et de l'investissement, fort ralentissement de la demande et augmentation du chômage. Elle a affecté la croissance (-13,1% de PIB entre 2009 et 2014) et la contraction des recettes fiscales a creusé les déficits publics, accumulant la dette publique (40% du PIB en 2008; 86,7% en 2015). A son entrée dans l’Union, la Croatie était en récession et, dès 2014, elle est entrée dans une procédure de déficits excessifs.

En 2015, elle est sortie de récession et en 2016, la croissance aura été supérieure aux prévisions initiales, à 2,8%. En 2017 et 2018, les prévisions de croissance, tant du gouvernement, de la Banque centrale, que de la plupart des institutions internationales, sont de l’ordre de +3%.

Tirée par la demande externe, mais aussi par la consommation interne et les investissements mieux soutenus depuis 2015 par les fonds européens, la conjoncture s'améliore. L’économie reste toutefois vulnérable, étant exposée à des risques, pour certains structurels (démographie déclinante, chômage élevé, productivité faible, taille de l’économie informelle, transition inachevée, poids de la dette et risque de renchérissement des taux, dépendance de l’économie au secteur touristique). A moyen et long termes, la consolidation de la croissance dépend de l’achèvement du processus de transition, dont la modernisation du service public et le renforcement du secteur privé, et de la valorisation des avantages comparatifs. Pour rééquilibrer l’économie et consolider sa croissance, la Croatie bénéficie de fonds structurels européens substantiels (10,6 Mds EUR sur la période 2014-2020, hors fonds européen d’investissement stratégique – soit environ 2% de PIB annuellement), avec des taux de cofinancement allant jusqu’à 85%.

En 2016, la saison touristique a atteint de nouveaux records en termes d'arrivées (estimées à 15M), de nuitées (75 M) et de revenus générés (8,5 Mds EUR). Depuis 2013, une stratégie concertée d’investissement dans ce secteur vise à rehausser le niveau d’équipements touristiques, y compris hôteliers, et à monter en gamme – stratégie qui commence seulement à porter des fruits. Par ailleurs, le nouveau gouvernement croate, en fonction depuis le 19 octobre 2016, et conscient des déséquilibres macroéconomiques, travaille au renforcement d’autres secteurs, notamment industriels et agricoles. Des réformes structurelles pour renforcer la compétitivité, se mettent également en place. Dès sa formation, le nouveau gouvernement a ainsi adopté une réforme fiscale significative, en vigueur depuis le 1er janvier 2017. A  long terme, le gouvernement vise une croissance de 5%, afin de ramener le taux de chômage (13% en août 2016) au moins au niveau de la moyenne de la zone euro (10%).

S’agissant des finances publiques, le nouveau gouvernement a annoncé son objectif de maintenir le déficit public sous la barre de 2% du PIB (niveau fin 2016), afin d'inverser la courbe de l'endettement public. A 85% du PIB fin 2016, la dette a d’ailleurs reculé pour la première fois depuis 1999. En dépit d'une prime de risque encore élevée, comparativement aux pays voisins, l’Etat croate continue de se financer à des taux soutenables sur les marchés financiers internationaux et n’a pas eu recours au Fonds monétaire international pour équilibrer sa balance des paiements, excédentaire depuis 3 ans déjà (+3% en 2016). A noter que la perspective de la notation souveraine, encore placée dans la catégorie dite "non investment grade", vient d’être réévaluée de « négative » à « stable ».

De façon constante, la politique monétaire, dite de bande étroite, maintient la monnaie nationale, la kuna (HRK), dans un rapport d’environ 1 à 7,5 HRK avec l’euro. Approche d’autant plus nécessaire que 80% de l’endettement domestique et des dépôts sont indexés sur l’euro. Cette politique exigeante de la Banque centrale croate écarte à court et moyen terme l’utilisation du change pour la compétitivité extérieure : la Croatie est contrainte d’améliorer structurellement sa compétitivité et sa productivité, en privilégiant ses avantages comparatifs. Début 2017, le nouveau gouvernement a annoncé sa volonté de travailler à rejoindre la zone euro. 

Le secteur bancaire, dont 80% des actifs sont détenus par six groupes étrangers, dispose de solides fonds propres, la Banque centrale imposant une politique prudentielle plus exigeante que les normes en la matière. Accumulé après la crise, le niveau de prêts non performants reste toutefois élevé (30% dans le secteur des entreprises) mais celui-ci se réduit sous les effets de la restructuration de ces prêts. La réforme fiscale prise récemment par le nouveau gouvernement devrait aider à leur résorption.

 2.   Aspects bilatéraux.

Un accord de partenariat stratégique entre la France et la Croatie a été signé en juillet 2010. Le nouveau plan d'action de ce partenariat a été adopté en 2015 à Paris. Des accords de protection des investissements et de non-double imposition sont en vigueur. 

En 2015, la France a exporté 364 M€ vers la Croatie, soit 2,3% de part de marché. Au 1er semestre 2016, les exportations françaises avaient augmenté de 12% et la part de marché atteignait 2,6%. L'excédent commercial de la France envers la Croatie, structurel, a atteint 193 M€ sur la même période. On compte environ 500 000 touristes français, sur un total de 14,5 millions. Quelques 20 000 touristes croates visitent la France, notamment pour les sports d'hiver.

Les principaux investisseurs français en Croatie sont : Bouygues (Bina-Istra/concession d'autoroutes en Istrie, concession de l'aéroport de Zagreb), ADP (concession de l'aéroport de Zagreb), Lactalis (Dukat - agro-industrie), Axereal (agro-industrie), Decathlon (distribution), Lesaffre (Kvasac - agro-industrie), Atos (IT), St Jean Industries (industrie) ou encore Cristal Union (sucre). La Société générale a annoncé, fin 2016, la cession de sa filiale croate Splitska Banka à la banque hongroise OTP. Au total, on dénombre quelque 60 filiales d'entreprises françaises, qui emploient près de 6 500 salariés dans le pays, et qui se réunissent au sein de la Chambre franco-croate de commerce et d'industrie, organisation de droit local et le correspondant de Business France. . 

 

Coordonnées du Service économique de l'Ambassade de France:
Hebrangova 2 - 10000 Zagreb, Croatie
Courriel: zagreb@dgtresor.gouv.fr

 

  • Croatie : la dette publique en 2016 - 17/01/2017

    Fin août 2016, la dette publique croate atteignait 85,6% du PIB (290 Mds HRK soit 38,7 Mds EUR). D’un niveau semblable à la moyenne des dettes souveraines dans l’Union européenne, la dette croate a plus que doublé depuis 2008 et quadruplé depuis 1...

  • Croatie : le commerce extérieur au 1er semestre 2016 - 28/11/2016

    Sur les six premiers mois de 2016, les ventes de la Croatie vers les marchés étrangers continuaient de croître (+3,4%)  mais de manière moins soutenue qu’au cours des années 2014 et 2015 (10% en moyenne). Les importations repartaient nettement en ...

  • Croatie : Cadrage général - 10/10/2016

    CROATIE Informations générales Superficie 56 594 km² Population (millions de personnes) 4,238 millions d'habitants Données politiques Régime politique Démocratie parlementaire Pa...

  • Croatie : Analyse du secteur hôtelier - 13/09/2016

    La structure de l’hébergement en Croatie est très particulière, les logements privés en location représentent près de la moitié de la capacité d’hébergement du pays. Concernant le niveau de gamme du secteur hôtelier, 75% des lits dans les hôtels s...

Croatie

Focus sur

Croatie : appels à projets européens 2017 "Compétitivité et Cohésion"

Présentation du tableau indicatif 2017 de publication des appels à projets sur le programme opérationnel « Compétitivité et Cohésion » - thèmes éligibles au financement et ou titres des projets à para...

- 09/02/2017

Croatie / Affaires européennes : procédure de déséquilibres macroéconomiques

La Commission européenne a publié, le 6 février 2017, son rapport sur l’état de la procédure pour déséquilibres macroéconomiques excessifs en Croatie. Selon ce rapport, la correction des déséquilibres...

- 08/02/2017

Conférence sur le « Plan d’investissement pour l’Europe : les possibilités d’investissements dans les projets transfrontaliers et dans le secteur énergétique », le 5 décembre 2016 à Zagreb – Compte-rendu

Compte tenu de succès d’utilisation du FEIS au cours de sa première année de mise en œuvre, la Commission souhaite doubler sa durée d'existence et sa capacité financière, pour engendrer au moins 500 M...

- 06/12/2016

Voir tous les Focus sur...

service-public.fr legifrance.gouv.fr gouvernement.fr france.fr

© Ministère de l'Économie et des Finances - 2017