Liberté, Égalité, Fraternité, République Française Trésor Direction générale
Accueil » » Les services économiques à l'étranger » Chili
 

Chili

Ce pays est rattaché à la zone de compétence du site suivant : Argentine

Le Chili, membre de l’OCDE depuis 2010, est une des économies les plus dynamiques d’Amérique Latine. Depuis une vingtaine d’années, le pays connaît une croissance économique solide (hausse moyenne du PIB voisine de 4,5% entre 2001 et 2013). L’économie chilienne, très dépendante des matières premières et donc du cycle chinois, a cependant enregistré un net ralentissement en 2014 avec une croissance de 1,9%. Malgré le redressement de certains indicateurs en début d’année, les perspectives de reprise se détériorent en raison des incertitudes économiques et financières croissantes affectant la Chine. Quatrième économie sud-américaine - derrière le Brésil, l’Argentine et la Colombie - avec un PIB de 258 Mds USD en 2014[1], le Chili a repris la première place dans la région en 2014 en termes de PIB par habitant en parité de pouvoir d’achat (23 143 USD).

Traditionnellement très dépendant du secteur primaire et notamment de l’extraction du cuivre (premier producteur mondial avec plus d’un tiers du marché et la moitié des exportations), le Chili diversifie peu à peu sa base productive, notamment grâce à un secteur tertiaire dynamique (distribution, NTIC) qui capitalise sur la pénétration des technologies d’information (internet, téléphonie mobile).

Malgré l’amélioration enregistrée aux T4 2014 et T1 2015, la reprise tarde à se concrétiser. En juin dernier, la Banque centrale chilienne a abaissé ses perspectives de croissance (2,25% - 3,25%) pour 2015. Le FMI a, pour sa part, abaissé sa prévision de croissance de 2,7 à 2,5 % pour cette année et de 3,3 à 3,1 % pour 2016. Par ailleurs, le cours du cuivre a accéléré sa baisse depuis le début de l’année (-15% au premier semestre 2015) avec un cours moyen à 2,65 dollars/livre en juin, ce qui marquerait, d’après les termes mêmes du Ministre des finances, Rodrigo Valdés, devant la Commission des finances de la Chambre des Députés, la fin du « super cycle » du cuivre entamé en 2004. Les importations des biens d’équipement, indicateur clef de l’investissement, ont recommencé à diminuer (de 16% au deuxième trimestre 2015 par rapport au T2 2014). Resté longtemps inerte, le taux de chômage a augmenté à 6,6% en mai 2015 en raison principalement de la diminution des emplois à domicile.

La taille réduite de son marché intérieur (17,8 millions d’habitants en 2014) a conduit le Chili à mettre en œuvre une stratégie résolue d’ouverture commerciale qui s’est concrétisée par la signature de 24 accords de libre-échange avec 63 pays. Cette stratégie permet au Chili d’importer au moindre coût les biens de consommation durables et les biens d’équipement dont il a besoin et de se positionner comme une plateforme d´exportation ou de (ré)exportation dans la région (Alliance du Pacifique, Mercosur) mais aussi au-delà, notamment vers la zone Asie-Pacifique. De fait, 93,3% des exportations du Chili sont destinées aux partenaires commerciaux avec lesquels il a des accords. Les entreprises françaises peuvent ainsi profiter des opportunités d’affaires de ce pays, ouvert, stable et prudemment géré. Le Chili présente un risque pays de toute première qualité. Le pays est noté Aa3 (Moody’s), AA- (S&P), A+ (Fitch) et A2 (Coface). La grande stabilité politique, macroéconomique et financière, conjuguée à ce positionnement comme plate-forme régionale font du Chili l’un des premiers récipiendaires d’IDE : après un fléchissement observé en 2013 (à 20 Mds USD), les entrées d’IDE ont atteint 23,3 Mds USD en 2014 et le positionnent en 11ème position des pays récipiendaires.

Sur le plan social, des progrès significatifs ont été réalisés en matière de lutte contre la pauvreté au cours des vingt dernières années au Chili. Le pays possède ainsi l’un des plus bas taux de pauvreté en Amérique Latine (moins de 15%). Néanmoins, il reste le pays de l’OCDE le plus inégalitaire.

Les relations politiques et administratives bilatérales sont excellentes. En juin 2015, Michelle Bachelet a effectué une visite en France accompagnée de plusieurs de ses ministres et d’une délégation d’hommes d’affaires. Ce voyage présidentiel a été l’occasion d’approfondir la relation bilatérale, en particulier dans les domaines stratégiques pour les deux pays (énergie, eau, innovation).

 



[1] Inférieur à l’an dernier en raison d’un effet de change défavorable

Chili

Focus sur

Chili : L’entrée en vigueur de la loi n°20.370 relative au lobbying, quelles conséquences pour les entreprises françaises ?

La loi n°20.370 portant sur le lobbying et les activités de représentation des intérêts particuliers auprès des autorités publiques a été publiée au Journal Officiel le 8 mars 2014 et rentrera en vigu...

- 23/02/2015

Attractivité #Sayouitofrance

France : key info in 10 points

À l’occasion du World Economic Forum 2015, Muriel Pénicaud, ambassadrice déléguée aux investissements internationaux et Directrice générale de Business France a effectué le déplacement avec la délég...

- 31/01/2015

La France est attractive

La France est attractive

- 28/01/2015

Voir tous les Focus sur...

Service Public service-public.fr LEGIFRANCE, le service public de la diffusion du droit legifrance.gouv.fr http://www.gouvernement.fr gouvernement.fr France.fr france.fr

© Ministère des Finances et des Comptes publics - Ministère de l'Économie, de l’Industrie et du Numérique - 2014