Accueil » » Les services économiques à l'étranger » Sao Tome et Principe
 

Sao Tome et Principe

Ce pays est rattaché à la zone de compétence du site suivant : Cameroun, Gabon

Ancienne colonie portugaise, São-Tomé-et-Príncipe, indépendante depuis 1975 est un micro-État insulaire d’Afrique occidentale, situé à environ 300 km au large de la côte atlantique dans le golfe de Guinée, face au Gabon et à la Guinée Equatoriale. L'archipel est composé de deux îles.

La dernière élection présidentielle s’est tenue en juillet 2016. L'archipel appartient à la « Comunidade dos Paises de Lingua Portuguesa » (CPLP) et il est membre de la CEEAC (Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale) dont l’intégration économique de ses dix Etats membres (les six pays de la CEMAC plus l’Angola, le Burundi, la RDC et Sao Tome et Principe) tarde à se mettre en place. Sao Tomé et Principe a signé par ailleurs, en décembre 2004, un accord de libre-échange avec la CEMAC. L’archipel met en œuvre toutefois un arrimage de sa monnaie, le dobra, à l’euro (plutôt qu’une intégration dans la zone franc) en raison de la forte dépendance du pays envers le Portugal (son principal partenaire).

L’économie santoméenne est dominée par les secteurs de l’agriculture et de la pêche qui fournissent la majorité des emplois. Ces secteurs restent globalement peu performants car peu professionnalisés. Les autres secteurs porteurs de l’économie sont, d’une part, le secteur du bâtiment et des travaux publics qui bénéficie des programmes d’investissements publics en infrastructures routières ou urbaines (principalement sur financements extérieurs) et, d’autre part, le tourisme qui se développe lentement grâce à des investissements portugais et sud-africains. Le PIB de Sao Tomé aurait enregistré une croissance de 4% en 2015, une croissance plus forte étant prévue en 2016.

Sao Tome a une vision ambitieuse de son développement. Présentée devant les investisseurs et les bailleurs de fond l’année dernière à Londres, elle repose sur la maximisation du positionnement géographique de l’archipel en développant l’appui logistique et la prestation de services. Le pays reste toutefois très endetté et dépend dès lors fortement de l’aide extérieure.  

Des espoirs importants se portent néanmoins depuis plusieurs années sur les perspectives pétrolières : les découvertes en off-shore ultra profond faites dans les zones maritimes du Nigeria et de la Guinée équatoriale rendent très vraisemblable la présence d’autres gisements pétroliers dans la zone maritime nord de Sao Tomé, et notamment dans une zone conjointe avec le Nigeria. On ne peut toutefois guère s’attendre à une  production avant plusieurs années.

Le pays importe 90 % des denrées alimentaires, le pétrole et tous les produits manufacturiers.

En relais du Service Economique régional pour l’Afrique centrale basé à Yaoundé (Cameroun), le Service Economique de Libreville au Gabon assure une veille économique sur le pays et le suivi des grands projets.

  • Lettre d'Afrique Centrale n°7 - 04/05/2017

    Ce numéro de la LAC est axé sur les résultats des  échanges 2016 de la France avec l’Afrique centrale.   Nos exportations avaient baissé de 2% en 2015. Sans surprise, la détérioration de la conjoncture se traduit par une nouvelle baisse de nos exp...

  • Situation économique de Sao Tomé & Principe - 22/12/2016

    Après une longue période de déséquilibres économiques et financiers, les performances économiques récentes de Sao-Tomé sont plus favorables (croissance moyenne supérieure à 4% par an depuis 2012). Le pays reste toutefois considéré comme présentant...

  • Réunion du Comité interministériel de la coopération internationale et du développement (CICID), 30/11/2016 - 02/12/2016


    Consulter la synthèse du relevé de décisions Consulter l'annexe du relevé de décisions Consulter le relevé de décision - version longue Le Premier Ministre a réuni le 30 novembre 2016 le Comité interministériel de la coopération internationale ...

  • Le commerce extérieur de Sao Tomé & Principe et échanges bilatéraux 2015 - 15/04/2016

    L’économie santoméenne est fragile et peu diversifiée. Elle reste dominée par l’agriculture et la pêche, secteurs demeurant globalement peu performants car peu professionnalisés. Le revenu national repose essentiellement sur les recettes d’exporta...


service-public.fr legifrance.gouv.fr gouvernement.fr france.fr

© Ministère de l'Économie - 2017