Accueil » » Les services économiques à l'étranger » Saint Vincent et les Grenadines
 

Saint Vincent et les Grenadines

Ce pays est rattaché à la zone de compétence du site suivant : Panama

Les autochtones, appelés Caribs, ont empêché jusqu’en 1719 la colonisation de ces îles situées entre la Mer des Caraïbes et l’Océan Atlantique Nord, au nord de Trinité et Tobago. Pomme de discorde entre la France et le Royaume-Uni, les îles furent cédées aux Britanniques en 1783. Saint-Vincent-et-les-Grenadines ont accédé au statut d’autonomie en 1969 et à l’indépendance en 1979.

Le dynamisme de l’économie de ce pays d'un peu plus de 110 000 habitants est fortement tributaire des variations saisonnières dans les secteurs agricole, touristique et de la construction. Il dépend également des flux de remises des émigrés. De fait, si une grande part de la main d’œuvre est employée dans la production bananière et le tourisme, le chômage structurel a encouragé de nombreux ilotes à quitter leur terre. En outre, ce pays aux revenus moyens-bas est exposé aux catastrophes naturelles telles que les inondations ou les ouragans qui ravagent régulièrement les récoltes (1994, 1995, 2002, 2010) destinées principalement à l’exportation. La récession globale s’est, en outre, répercutée sur Saint-Vincent-et-les-Grenadines en 2009, dans la continuité du ralentissement de l’économie observé depuis 2006. Ainsi, en 2008, l’île a compté plus de 200.000 entrées de touristes, en majeure partie pour les Grenadines, représentant une baisse de près de 20 % par rapport à 2007. Le gouvernement Gonsalves, en place depuis 2001 et récemment élu pour son quatrième mandat consécutif, souhaite à présent récolter les fruits du patient investissement réalisé avec de multiples appuis extérieurs dans la construction d'un aéroport international qui lance son activité en 2016 et par lequel le pays escompte un important surcroît d'entrées touristiques. Par ailleurs, la capacité du gouvernement à investir dans les programmes sociaux (chômage) et à répondre aux chocs externes est réduite par le fardeau que représente la dette publique, que le projet d'aéroport a alourdie et qui est officiellement autour de 80 % du PIB. Les finances publiques devraient aussi subir l'impact du recul des volumes de carburants livrés dans le cadre du programme Petrocaribe (le pays étant proche du Venezuela et membre de l'ALBA). La croissance économique, faible à négative depuis 2008, tend à réaccélérer depuis 2015 (+1,6 %), mouvement qui se poursuivrait en 2016 (+2,2 %).

Bien que restreint, Saint-Vincent a également son propre secteur bancaire offshore et a démontré sa volonté d’adhérer aux standards règlementaires internationaux en matière d'échange d'informations financières.


service-public.fr legifrance.gouv.fr gouvernement.fr france.fr

© Ministère de l'Économie - 2017