Accueil » » Les services économiques à l'étranger » Guyana
 

Guyana

Ce pays est rattaché à la zone de compétence du site suivant : Panama, Venezuela

Avec une population estimée à 800 000 individus et un PIB de 3,2 Md USD, le Guyana est la deuxième économie la plus pauvre des Caraïbes après Haïti. Avec un PIB par tête courant de 3 993 USD estimé par le FMI en 2015, il apparait au rang des pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure. C’est une économie de tradition politique marxiste encore récente (la transition n’a été effective qu’au début des années 2000) et dont le processus de sortie de la pauvreté héritée de cette période est relativement lent. À l’issue d’une période globalement récessive dans la première moitié des années 2000, la conjugaison d’une annulation massive de dette souveraine en 2006 et du boom des cours des produits miniers extraits localement allait permettre au Guyana de connaître une croissance moyenne de 4,6 % de 2006 à 2014. En 2006, le taux de pauvreté était de 35% et en 2015 le pays se classait 124ème sur 188 au classement  du PNUD avec un IDH de 0,636.

L’économie légale repose sur cinq produits et trois secteurs : les mines (or, 10,6 % du PIB ; bauxite, 1,4 % du PIB), l’agriculture (riz, 4,9 % du PIB ; sucre, 2,2 %) et la sylviculture (3,8 % du PIB). Les services représentent 65 % de l’activité. Le modeste secteur manufacturier (6,2 % du PIB) est dominé par la première transformation du riz et du sucre. Les coûts prohibitifs de l’électricité s’opposent au développement industriel.

En 2015, la croissance a ralenti à 3% contre 3,8% en 2014, affectée par la chute des cours des matières premières. Cette croissance a cependant été soutenue par l’ouverture de deux nouvelles mines d’or au dernier trimestre 2015.  

En l’espace d’une année, Exxon Mobil a découvert deux gisements de pétroles contenant 700 millions et 800 millions de barils, ce qui est de bon augure pour le pays qui pourrait à moyen terme devenir le relais de croissance de la région caribéenne. Un « décollage » économique spectaculaire est à prévoir dans les cinq ans à venir.


service-public.fr legifrance.gouv.fr gouvernement.fr france.fr

© Ministère de l'Économie - 2017