Liberté, Égalité, Fraternité, République Française Trésor Direction générale
Accueil » » Les services économiques à l'étranger » Equateur
 

Equateur

Ce pays est rattaché à la zone de compétence du site suivant : Colombie, Panama

Réélu avec 52 % des voix, le président Rafael Correa entame la quatrième année de sa « Révolution citoyenne » et entend mettre en place, en Equateur, le « socialisme du XXIème siècle », s’alignant ainsi sur le Venezuela. Le président veut ainsi rompre avec le modèle libéral suivi par l’Equateur au cours des 25 dernières années. La nouvelle constitution, approuvée par 64 % des votants lors du référendum de septembre 2008, renforce le rôle du Plan national de développement et fait de l’Etat un acteur central dans la production de biens, la construction d’infrastructures et la régulation. Les activités financières sont désormais considérées comme un « bien public » et le contrôle des ressources naturelles par l’Etat devient un principe constitutionnel. Le président Correa entend s’attaquer à des chantiers où l’immobilisme a longtemps été la règle, en particulier l’amélioration de la qualité du système éducatif et l’efficacité de l’administration. Le gouvernement essaie de diversifier ses partenaires commerciaux, en privilégiant une coopération économique et technique Sud-Sud avec des pays comme l’Iran, la Chine et, surtout, l’ALBA (Alternative bolivarienne pour les Amériques). Le pays a quitté le Centre international de règlement des différends (CIRDI), refusant les arbitrages internationaux. Le gouvernement tente de promouvoir la création d’instances exclusivement régionales au nom de l’indépendance et la souveraineté vis-à-vis des pays industrialisés.

Bien que l’Equateur souffre d’une instabilité juridique chronique, d’une pénurie de financements et de la fermeture des marchés internationaux, le pays offre des opportunités très intéressantes, dans le domaine notamment des infrastructures. Le gouvernement entend œuvrer au développement d’infrastructures dans les secteurs stratégiques (métro, tramway, centrales hydroélectriques, routes…) qui intéressent les entreprises françaises, très favorablement réputées pour leur sérieux et leur expertise.

Le SE de Bogota  a pour mission de :

  • Suivre les problématiques économiques et financières : l’Equateur dépend du pétrole et de ses exportations pour maintenir son système monétaire dollarisé, qui lui confère une stabilité macroéconomique clé pour son développement.
  • Développer les relations économiques institutionnelles bilatérales : le Medef international a effectué une mission en Equateur en mars dernier et notamment rencontré le président Correa et plusieurs de ses ministres.
  • Appuyer et valoriser l’offre et la présence des entreprises françaises en Colombie, avec un intérêt particulier pour le suivi des grands contrats dans le secteur de l’environnement, de l’énergie et des transports urbains. Le SE de Bogota et son antenne à Quito suivent par ailleurs les évolutions de l’environnement des affaires, les contentieux éventuels, les difficultés d’accès au marché, etc.
  • Analyser l’insertion de l’Equateur dans son environnement régional et l’impact des accords de libre commerce négociés par le gouvernement sur l’activité des entreprises françaises.

Notons enfin que d’autres organisations contribuent au développement des relations franco-colombiennes (Chambre franco-colombienne de commerce et d’industrie notamment). La Coface s’est ouverte à l’étude de projets ponctuels dans le pays.

Service Public service-public.fr LEGIFRANCE, le service public de la diffusion du droit legifrance.gouv.fr http://www.gouvernement.fr gouvernement.fr France.fr france.fr

© Ministère des Finances et des Comptes publics - Ministère de l'Économie, de l’Industrie et du Numérique - 2014